Georges Franju

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Georges Franju

Naissance 12 avril 1912
Fougères (Ille-et-Vilaine)
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès 5 novembre 1987 (à 75 ans)
Paris
Profession Réalisateur
Films notables Les Yeux sans visage
Judex

Georges Franju est un réalisateur français, né le 12 avril 1912 à Fougères (Ille-et-Vilaine) et mort le 5 novembre 1987 à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir été décorateur de théâtre, Georges Franju rencontre en 1934 Henri Langlois avec lequel il participe en 1936 à la création de la Cinémathèque française, bénéficiant du soutien de Paul-Auguste Harlé[1]. Il devient en 1938 secrétaire exécutif de la Fédération internationale des archives du film (FIAF).

Georges Franju se fait connaître avec des courts métrages documentaires, d'un réalisme sans concession : Le Sang des bêtes sur le monde des abattoirs, Hôtel des Invalides sur les « gueules cassées ».

On retrouve ce style de mise en scène froid dans ses longs métrages comme La Tête contre les murs (interprété par Jean-Pierre Mocky, auteur du scénario), qui se déroule dans un asile psychiatrique, ou son chef d'œuvre Les Yeux sans visage, authentique film d'horreur dont certaines scènes annoncent le cinéma gore (qui apparaîtra trois ans plus tard avec Orgie sanglante de Herschell Gordon Lewis), mais sans son versant grand-guignol. George A. Romero s'inspirera d'ailleurs de cette œuvre pour son film Bruiser, avec le masque blanc neutre comme dans celui de Franju.

George Franju a également œuvré pour le cinéma fantastique dans Judex, où le cinéaste affiche son goût pour une mise en scène expressionniste.

Il a par ailleurs adapté Thérèse Desqueyroux de François Mauriac et La Faute de l'abbé Mouret d'Émile Zola.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages
Courts métrages

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms
Séries

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Chevassu, Franju l'insolite, in La Revue du cinéma, n° 434, janvier 1988, pp. 67-78