Tadeusz Konwicki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tadeusz Konwicki, Varsovie (Pologne), 18.05.2005
Tadeusz Konwicki (à gauche) et Gustaw Holoubek, novembre 2005

Tadeusz Konwicki, né le à Nowa Wilejka (lt), aujourd'hui en territoire lituanien, et mort le (à 88 ans) à Varsovie, est un écrivain, cinéaste et scénariste polonais.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Histoire personnelle[modifier | modifier le code]

Tadeusz Konwicki s'engage au cours de la Seconde Guerre mondiale aux côtés de Armia Krajowa, ce qui est très mal vu par le pouvoir polonais après 1945. Il commence les études de lettres modernes polonaises, mais il n'obtient pas le diplôme de fin d'études. Dans les années 1950, Konwicki rencontre une femme qui deviendra par la suite son épouse et avec qui il aura deux filles : Danuta Lenica, peintre et illustratrice, fille d'Alfred Lenica (pl), un peintre reconnu, et sœur de Jan Lenica, auteur de films d'animation et d'affiches.

Tadeusz Konwicki se lie au Parti ouvrier unifié polonais, et ses débuts littéraires sont marqués par l'envie de rompre avec le passé. L’illusion d'un avenir meilleur avec cette formation politique disparaît après quelques années : Konwicki n’a jamais respecté parfaitement les instructions du Parti. Il appartenait à la génération de « Pryszczaci » (« Boutonneux », car le personnage pivot du groupe, Wiktor Woroszylski, avait quelques problèmes cutanés), la génération de nulle part, dont personne ne se réclame. Trop jeunes pour pouvoir se faire un fonds de commerce sur la Résistance, trop vieux pour suivre naïvement.

Présence publique[modifier | modifier le code]

Ce « nulle-part » a marqué l’œuvre de Tadeusz Konwicki. À partir de 1956, il introduit dans ses romans le pays de son enfance, Kolonia Wilenska, les alentours de Vilnius. Mais ce n’est pas un sentimentalisme innocent : c’est légèrement ironique, un paradis imaginaire et patriotique cache une certaine dérision. Dans les années suivantes, Konwicki est devenu l'un des écrivains phares du mouvement d’opposition au parti unique. Depuis Le Calendrier et la Clepsydre (pl) (1976), Konwicki écrit, année après année, son journal mensonger (łże-dziennik), un cahier de notes et de ragots, où l'un des rôles principaux est tenu par Kot Iwan, le fidèle chat de l’écrivain.

Tadeusz Konwicki est un des seuls artistes polonais de son époque à savoir faire du cinéma et de la littérature avec un succès égal. Précurseur du cinéma d'auteur (Le Dernier Jour de l'été (pl), 1958), Konwicki n’a réalisé que très peu de films. Ses œuvres, originales et visionnaires, comme le film autobiographique Si loin, si près d'ici (pl) (1972) ou Sur les bords de l'Issa (pl) (1982), basé sur le roman de Czesław Miłosz, prix Nobel de littérature, rendent compte de la richesse ethnique de la Pologne d’autrefois, où les Polonais, les Juifs, les Russes, les Lituaniens, les Allemands vivaient côte à côte. Son dernier film, Lawa (pl), est le plus dramatique, et rend compte d'un élément constamment présent dans l'esprit de Konwicki : l'incapacité de vivre avec après la Shoah. Dans ce film, qui semble au premier abord être une simple mise en scène du drame romantique polonais peut-être le plus célèbre, Les Aïeux (pl) d'Adam Mickiewicz, Tadeusz Konwicki introduit quelque chose de profondément troublant : pendant un monologue du héros, connu sous le nom de Grande Improvisation, qui s'adresse à Dieu et qui, à la fin, doute de sa bonté, le réalisateur fait apparaître les images des camps de concentration nazis. Ce dernier film de Konwicki n'a, contrairement à beaucoup de ses livres, rien d'ironique.

Tadeusz Konwicki vivait avec son public : pendant des dizaines d'années on pouvait déjeuner avec lui à Varsovie, toujours à la même heure et dans la même cantine, qui se trouve dans les sous-sols de sa maison d'édition, Czytelnik (pl).

Livres[modifier | modifier le code]

  • Czytadło (Roman de gare contemporain, 1997)
  • Pamflet na siebie (1995)
  • Zorze wieczorne (1991)
  • Bohiń (Bohini, un manoir en Lituanie, 1987)
  • Nowy Świat i okolice (Le nouveau monde, 1986)
  • Rzeka podziemna, podziemne ptaki (Fleuve souterrain, oiseaux de nuit, 1984)
  • Wschody i zachody księżyca (1982)
  • Mała apokalipsa (La petite apocalypse, 1979)
  • Kompleks polski (Complexe polonais, 1977)
  • Kalendarz i klepsydra (Le calendrier et la clepsydre, 1976, 2e édition, sans censure, en 2005)
  • Kronika wypadków miłosnych (Chronique des évènements amoureux, 1974)
  • Nic albo nic (1971)
  • Zwierzoczłekoupiór (1969)
  • Wniebowstąienie (1967)
  • Sennik współczesny (1963)
  • Dziura w niebie (1959)
  • Z oblężonego miasta (1956)
  • Władza (Le pouvoir, 1953)
  • Przy budowie (1950)

Films[modifier | modifier le code]

  • Lawa. Opowieść o 'Dziadach' Adama Mickiewicza (La lave. Adaptation des Aïeux d’Adam Mickiewicz, 1989)
  • Dolina Issy (Sur les bords de l'Issa, 1982) d'après l’œuvre homonyme de Czesław Miłosz
  • Jak daleko stąd, jak blisko (Si loin, si près d'ici, 1972)
  • Les Rideaux Blancs (1965) (fragment de « Matura »/ « Abitur »)
  • Salto (Saut périlleux, 1965)
  • Zaduszki (1962)
  • Ostatni dzień lata (Le dernier jour de l’été, 1958)

Il ne s’agit que des films dont Konwicki est le réalisateur. La liste complète de ses contributions cinématographiques se trouve sur le site Web de l'IMDb.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :