Gare de Grenoble-Universités-Gières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grenoble-Universités-Gières
Image illustrative de l'article Gare de Grenoble-Universités-Gières
Localisation
Ville Gières
Coordonnées géographiques 45° 11′ 06″ N 5° 47′ 05″ E / 45.184987, 5.78466 ()45° 11′ 06″ Nord 5° 47′ 05″ Est / 45.184987, 5.78466 ()  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF/SNCF
Exploitant SNCF
Services TER Rhône-Alpes
Caractéristiques
Ligne(s) Ligne Grenoble - Montmélian
Voies 4
Altitude 216.8 m
Correspondances
Tramway  B
Autobus  6050 F1
Transisère  6051 6070

Géolocalisation sur la carte : Grenoble Métropole

(Voir situation sur carte : Grenoble Métropole)
Grenoble-Universités-Gières

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Grenoble-Universités-Gières

Géolocalisation sur la carte : Isère

(Voir situation sur carte : Isère)
Grenoble-Universités-Gières

La gare de Grenoble-Universités-Gières est une gare ferroviaire française multimodale située sur la commune de Gières (département de l'Isère) dans l'agglomération de Grenoble, en Dauphiné et en région Rhône-Alpes.

Historique[modifier | modifier le code]

  • Le 15 septembre 1864, mise en service de la ligne Grenoble - Montmélian (50 km), et de la gare de "Gières-Uriage", construite par le PLM au plus près de Saint-Martin-d'Hères, à l'époque cette dernière commune ayant refusé l'implantation d'une gare sur son territoire.
  • En 1962, la gare de "Gières-Uriage" ne porte plus que le nom de "Gières". Jusqu'en 1967, le tronçon Grenoble-Gières était totalement rectiligne sur 4Km entre le passage à niveau de l'avenue Léon-Jouhaux à Grenoble, et la gare de Gières. Après la déviation de la ligne Grenoble-Montmélian, en octobre 1967, l'une des 2 voies d'origine a été déposée. La seconde a été déposée seulement en 1975, entre le quartier de la Capuche et Saint-Martin-d'Hères, après la fermeture des embranchements particuliers des industries de cette commune (Neyrpic, Brun). Seule a subsisté jusqu'en 2008 la desserte des embranchés de la Capuche qui a été utilisée en 1986 pour l'acheminement par wagons des rails et traverses destinés à la ligne A du tramway en construction à cette époque.
  • En octobre 1988, inauguration du bâtiment voyageurs (BV) rénové, financé par la Commune de Gières avec des coloris choisis par des étudiants en architecture. La gare prend le nom de "Gières-Campus". Lors de la réfection de la gare, on a redécouvert les inscriptions "Gières-Uriage" sous les anciennes couches de peintures.
  • En septembre 1991, mise en service de l'électrification en courant 25 kV 50 Hz de la section de ligne entre Grenoble et Gières, financée par le Conseil Général de l'Isère et le SOFRA.
  • Le 29 septembre 1996, la gare de "Gières-Campus" devient la seconde gare de l'agglomération grenobloise et prend le nom de "Grenoble-Universités-Gières". Désormais, tous les trains TER s'y arrêtent, y compris les trains Valence - Grenoble - Annecy et les trains Valence - Grenoble - Genève.
  • Le 29 septembre 1996, création du train quotidien aller-retour Evian - Valence via Annecy, Chambéry et Gières, permettant le transports des étudiants de Haute-Savoie et de Savoie au campus.
  • La nuit du 04 au 05/08/2005, pose de deux ponts rails de 120 tonnes en gare de Gières à l'aide d'une grue de 700 tonnes. Le passage à niveau est supprimé.
  • Le 20 mars 2006, inauguration du prolongement de la ligne de ligne B du tramway sur Gières - Plaine des sports, permettant une desserte fréquente et rapide depuis la gare de Gières sur le campus et le centre hospitalier universitaire à La Tronche.
  • Le 15 juin 2006, mise en service des nouvelles rames automotrices électriques (à 2 niveaux) de la série Z 24500 sur les dessertes Gières - Rives, Gières - Saint-André-le-Gaz et Gières - Lyon-Perrache. Rames acquises par la Région Rhône-Alpes.
  • Le 14 décembre 2007, mise en place de l'horaire cadencé sur Valence - Grenoble - Chambéry - Annecy, sur Saint-Marcellin - Grenoble - Chambéry et sur Rives - Voiron - Grenoble - Gières. Suppression du train quotidien (aller-retour) Evian - Valence et de 2 trains quotidiens (aller-retour) Grenoble - Genève.
  • En mai 2008, création d'une vélo-station en gare de Gières (Métrovélo).
  • Le 25 mai 2009, voyage de présentation à la Presse des nouveaux automoteurs Bi-mode Bi-courants B 82500 entre Chambéry et Grenoble.
  • En septembre 2009, mise en service progressive des B 82500 en remplacement des X 72500 sur la ligne du Sillon Alpin, Valence - Grenoble - Chambéry - Annecy/Genève.

La gare[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

  • Des travaux ont permis en 2007 d'augmenter le nombre de voies (passées de 3 à 4) dans le but d'accueillir les rames réversibles en provenance de Lyon-Perrache et de Rives.
  • Depuis le 09/12/2007, il y a une desserte TER Rhône-Alpes cadencée aux 20 minutes en heures de pointe entre Rives - Voiron - Moirans - Voreppe - Grenoble - Echirolles et Grenoble-Universités-Gières.
  • La gare de Grenoble-Universités-Gières voit transiter 2 000 voyageurs/jours[1].
  • L'électrification de la section de ligne de Gières à Montmélian (ligne Grenoble - Montmélian) est prévue pour décembre 2013.

Évolution[modifier | modifier le code]

Deux X-TER jumelés bi-tranches Annecy/Genève venant de Valence-Ville arrivent pour marquer l'arrêt en gare de Gières en 2008.
  • À l'origine, la gare s'appelait Gières-Uriage.
  • En 1967, le tronçon de la ligne Grenoble-Montmélian fut déplacé entre cette gare et Grenoble, afin de supprimer un nombre important de passages à niveau sur l'ancien tracé.
  • La Gare de Gières devait fermer à la fin des années 1970 avec seulement 1900 francs de l'époque (un peu moins de 290 euros) de recettes mensuelles. C'est l'action des associations d'usagers qui a permis non seulement de maintenir la gare, mais de la développer pour en faire la gare des universités en la baptisant Gières-Campus.
  • En septembre 1991, la section de ligne de Grenoble à Gières fut électrifiée, grâce à un financement du Conseil Général de l'Isère, pour permettre le prolongement de quelques trains périurbains Rives - Grenoble.
  • Devant le développement spectaculaire de cette gare, elle fut transformée le 29 septembre 1996 en seconde gare de l'agglomération grenobloise et rebaptisée Grenoble-Universités-Gières.
  • Le 14 décembre 2007, tous les trains périurbains Rives - Grenoble furent prolongés jusqu'à cette gare.
  • La progression spectaculaire du trafic de cette gare a permis d'en sauver d'autres à travers toute la France grâce à des actions similaires d'usagers. Dans la couronne grenobloise, l'action pour dynamiser cette gare permit de sauver celle de Saint-Egrève, la réouverture de celle de Lancey, la création de la gare d'Echirolles, etc. avec peut-être aussi la réouverture de celle de Domène.
  • En septembre 2013, mise en service de l'électrification et du Block Automatique Lumineux (BAL), sur la ligne du Sillon Alpin Sud (SAS) entre Romans et Moirans et entre Gières et Montmélian.
  • En décembre 2013, mise en service de nouvelles dessertes Valence - Grenoble - Chambéry - Annecy/Genève.

Dessertes[modifier | modifier le code]

Les quais de la gare.

Correspondances[modifier | modifier le code]

Cette gare est un pôle multimodal desservi par le réseau TAG avec la ligne B du tramway de Grenoble et les lignes de bus F1 (bientôt F43) et 6050 (bientôt F69), ainsi que par les lignes de bus 6051 et 6070 du réseau Transisère. Il existe une consigne à vélos pour les abonnés (vélo-station) et des parcs à vélos. La ligne B du tramway permet un accès rapide au campus grenoblois (Grenoble Universités) de Saint-Martin-d'Hères et Gières, puis au centre hospitalier universitaire de Grenoble à La Tronche.

Pour se rendre dans le centre ville de Gières, utiliser (à l'arrêt situé sur la gauche en sortant de la gare) les lignes 6050 ou 6051 jusqu'à l'arrêt suivant, ou bien descendre à pied la rue de la gare jusqu'à la Grand'Rue, puis (aux feux) tourner à gauche. En 2014, la ligne 21 (bientôt P14) du réseau TAG desservira la gare de Grenoble-Universités-Gières.

Schéma[modifier | modifier le code]

plan de la gare Grenoble-Université-Gières

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Livre : "Le matériel moteur de la SNCF", par Jacques Defrance, Editions N.M. à Paris, paru en 1969.
  • Livre : "Les Chemins de fer du PLM" par Jean-Chaintreau, Jean Cuynat et Georges Mathieu, Editions La Vie du Rail et La Régordanne, paru en 1993.
  • Livre : "Histoire du réseau ferroviaire français", par Patricia et Pierre Laederich, André Jacquot et Marc Gayda, Editions de l'Ormet à Valignat (03), paru en 1996.
  • Revue : "Le Train", avec numéro hors série "Les archives du PLM", tome 1 l'histoire de la Compagnie des origines à 1899, par Jean-Marc Dupuy, paru en 2008.
  • Revue : "Voies Ferrées", avec article sur "la saga des Nez de cochon" sur les autorails Decauville du Centre autorails de Grenoble, par William Lachenal, paru en pages 8 à 18 du n° 1 de septembre-octobre 1980. Dans le même numéro et du même auteur, article sur "X 2101: escapade alpine", paru en pages 18 et 19.
  • Revue : "Voies Ferrées", avec article sur "Les atouts d'un raccordement" (CEVA) de William Lachenal, avec une description détaillée et photos de la ligne dite du Sillon Alpin entre Valence - Grenoble - Chambéry - Genève, dont la section de ligne de Grenoble à Montmélian, n° 11 de mai-juin 1982.
  • Revue : "Connaissance du Rail", avec article sur la ligne du "Sillon Alpin" de William Lachenal, avec une présentation et photos de la section de ligne de Grenoble à Montmélian, dans le n° 302-303 d'octobre-novembre 2006.
  • Revue : "Gières-Infos", le bulletin municipal de Gières, plusieurs articles parus de 1972 à 2008.
  • Hebdomadaire : "La Vie du Rail" avec différents articles de 1955 à 2008.
  • Quotidien : "Le Dauphiné Libéré", plusieurs articles en édition "Isère",parus de 1955 à 2008.
  • Archives du dépôt de Grenoble des origines à 1970.
  • Indicateurs horaires SNCF de 1938 à 2005.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. source : comptages SNCF d'octobre 2008, Direction TER de Chambéry

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
(Avignon-Centre ou) Valence-Ville
ou Grenoble
Grenoble TER Rhône-Alpes Pontcharra-sur-Bréda Chambéry - Challes-les-Eaux
ou Annecy (ou Évian-les-Bains)
Valence-Ville
ou Grenoble
Grenoble TER Rhône-Alpes Pontcharra-sur-Bréda
ou Chambéry - Challes-les-Eaux
Genève-Cornavin (CFF)
Lyon-Perrache
ou Saint-André-le-Gaz ou Rives
Échirolles TER Rhône-Alpes Terminus Terminus
Valence-Ville ou Saint-Marcellin
ou Grenoble
Échirolles TER Rhône-Alpes Terminus
ou Lancey
Terminus
ou Chambéry-Challes-les-Eaux