Gabriel Girodon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gabriel Girodon

Naissance 14 avril 1884
Saint-Quentin
Décès 24 novembre 1941 (à 57 ans)
Mézangers (Mayenne)
Nationalité Drapeau de la France France
Activités artiste peintre, directeur de l'École de La Tour de Saint-Quentin
Autres activités conservateur du Musée Antoine Lécuyer
Formation École de La Tour de Saint-Quentin et École des beaux-arts de Paris
Maîtres Besnard, Degrave, Cormon et de Sabatte

Gabriel Girodon (1884-1941) est un peintre et sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Gabriel Girodon naît à Saint-Quentin le 14 avril 1884. Il fait ses premières ébauches vers l’âge de six ou sept ans. En janvier 1892, il perd sa mère qui laisse trois enfants en bas âge. Son père, simple ouvrier peintre en bâtiment, n'a pas les moyens de subvenir à leurs besoins. En juin, Gabriel est confié, comme orphelin, aux hospices civils de Saint-Quentin. En 1897, il est présenté à Gabriel Hanotaux, ministre des Affaires étrangères. Lors d’une visite privée faite par celui-ci à l’orphelinat Cordier, le ministre lui promet une boîte de couleurs, qui lui est remise huit jours plus tard.

Girodon est un élève de l’école De La Tour, puis en 1902, alors âgé de 18 ans, il devient élève à l’école des beaux-arts de Paris où il suit les cours de MM. Besnard, Degrave, Cormon et de Sabatte, (il y reçoit tous les premiers prix : prix de torse, prix de tête, prix d’expression, prix Chenavard, prix d’esquisses, prix d’Académie). En 1903, Gabriel Girodon est reçu premier de l’école des beaux-arts.

Carrière artistique[modifier | modifier le code]

Vitrail de Gabriel Girodon dans l'église Notre-Dame-de-la-Paix de Ribérac.

En 1912, le premier grand prix de Rome de peinture lui est décerné, pour le tableau « Œdipe aveugle reconnaissant ses enfants ».

Il retourne à Rome en 1919, à la villa Médicis. Il y fait le portrait de Monsieur Jonard, ambassadeur de France au Saint-Siège, puis a le grand honneur d’être appelé à faire pour le Vatican le portrait du pape Pie XI.

Il a aussi réalisé des vitraux, des lithographies et de la gravure sur bois.

En 1927, il est nommé directeur de l’école Quentin de La Tour, et nommé conservateur adjoint du musée Antoine Lécuyer, à Saint-Quentin. Il y réalise le décor peint de la salle des délibérations de l'hôtel de ville.

En 1932, il est promu chevalier de la Légion d'honneur.

Il réalise des vitraux pour l'église Notre-Dame de la Paix, à Ribérac (Dordogne), construite sur les plans de l'architecte Jacques Laffillée en 1933-1934.

Devenu conservateur du musée Antoine Lécuyer en 1940, il est envoyé à Mézangers, dans la Mayenne, au château du Rocher avec la collection de pastels de Quentin de La Tour pour en éviter le pillage, et il y assure leur sécurité. Il y meurt le 24 novembre 1941..

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :