François Jaubert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jaubert.
Portrait de M. Jaubert, conseiller d'État, Frédéric Christophe d'Houdetot (1778–1859), dessin à la plume, 1806. Conservé au Conseil d'État, Palais-Royal, Paris.

François, comte Jaubert et de l'Empire, né le 3 octobre 1758 à Condom (Gers) et mort le 17 mars 1822 à Paris, est un avocat et homme politique français, gouverneur de la Banque de France et membre de la Cour de cassation.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Jaubert est le fils de Michel Jaubert et de Mlle Capo de Feuillide. Il épouse Élisabeth Secher.[Quand ?]

Avocat à Bordeaux[1], il est franc-maçon[2] et lié aux girondins. Il entre au conseil général de la Gironde en l'an VIII[1]. Il est l'un des familier de Jean-Jacques-Régis de Cambacérès[3] qui lui ouvre la porte du Tribunat[4]. Il en est le président lors de sa suppression en 1807 et jouera un rôle important dans l'accession à l'Empire du Premier Consul[5] et dans les discussions sur le code civil[2]. Il est également membre de la section des finances du Conseil d'État[1],[6].

La protection de Cambacérès lui permet alors de devenir Gouverneur de la Banque de France le 9 août 1807[1] à la suite de Crétet, devenu Ministre de l'Intérieur. À ce poste, il a entre autres la charge de surveiller les mouvements financiers[7] consécutifs aux vicissitudes de la vie politique de la fin de l'Empire, comme le coup d'État du général Malet[8]. En 1809, son nom est cité pour remplacer Crétet[9], malade, mais Fouché devient Ministre de l'Intérieur le 29 juin.

Signature du comte Jaubert.

Remplacé par intérim en mars-avril 1814 par Louis Charles Thibon, il quitte la Banque de France à la Première Restauration[1] pour la Cour de Cassation où il restera jusqu'à sa mort, à l'exception d'un retour au Conseil d'État pendant les Cent-Jours[1].

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (13e division)[10].

Titres[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Biret chevalier.png
Blason à dessiner.svg
Armes du chevalier Jaubert et de l'Empire

Champ d'azur au chêne d'or glandé d'argent, sur une champagne de sable ; une bande de gueules, chargée de l'étoile d'argent de la Légion d'honneur en date, brochant sur le tout.[11]

  • Livrées : brun-verdâtre, rouge et blanc; le vert dans les bordures seulement[11].
Orn ext comte de l'Empire ComLH.svg
Blason à dessiner.svg
Armes du comte Jaubert et de l'Empire

D'azur ; au chêne d'or glandé d'argent, soutenu d'une champagne de sable ; à la bande de gueules chargée du signe des chevaliers, quartier des comtes conseillers d'État, brochant sur le tout.[11]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Jean Tulard (dir.), Dictionnaire Napoléon, vol. I-Z, Fayard,‎ octobre 1999 (ISBN 2-213-60485-1), p. 74-75
  2. a et b Laurence Chatel de Brancion, Cambacérés : Maître d'œuvre de Napoléon, Perrin,‎ août 2001 (ISBN 2-262-01632-1), p. 450
  3. Laurence Chatel de Brancion, op. cit., pp. 278, 426, 450 et 554
  4. Laurence Chatel de Brancion, op. cit., p. 326
  5. Laurence Chatel de Brancion, op. cit., p. 391
  6. a, b et c Jean Tulard, Napoléon et la noblesse d'Empire, Tallandier,‎ avril 2001 (ISBN 2-235-02302-9), p. 190
  7. Laurence Chatel de Brancion, op. cit., p. 552
  8. Laurence Chatel de Brancion, op. cit., p. 549
  9. Laurence Chatel de Brancion, op. cit., p. 484
  10. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents,‎ 2006 (ISBN 978-2914611480), p. 433
  11. a, b, c, d, e et f Sources :
  12. Sa fiche sur la base de données Léonore : « Notice no LH/1356/49 », base Léonore, ministère français de la Culture
  13. « Jaubert, François, (1758-1822) », sur www.napoleonica.org (consulté le 12 août 2011)