Flateyjarbók

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Passation de pouvoir entre Harald Ier de Norvège (à la couronne) et son père

Le Flateyjarbók (« Livre de Flatey ») ou GKS 1005 fol. est un manuscrit islandais rédigé de 1387 à 1394[1]. C'est le plus long des manuscrits islandais, le plus richement décoré et l'un des plus intéressants.

Composition[modifier | modifier le code]

Il se compose de plusieurs sagas, royales en particulier (sagas d'Óláfr Tryggvason, de saint Óláfr, de Sverrir, de Hákon Hákonarson), qui contiennent elles-mêmes un grand nombre de þættir, de poèmes (deux poèmes scaldiques : Geisli d'Einarr Skúlason et le Nóregs konungatal, un poème eddique : le Hyndluljóð, et une ríma : l’Óláfs ríma Haraldssonar) et de courts textes historiques.

Plusieurs de ces œuvres n'ont été conservées que dans le Flateyjarbók (Grœnlendinga saga, Sörla þáttr, Hyndluljóð par exemple).

Son introduction indique qu'il fut rédigé pour le compte de Jón Hákonarson, un riche propriétaire de Víðidalstunga, dans le nord de l'Islande, par deux prêtres, Jón Þórðarson et Magnús Þórhallsson (qui réalisa aussi les enluminures), en 1387.

Le Flateyjarbók comportait initialement 202 pages sur vélin, aux initiales enluminées et parfois historiées. 23 autres ont été ajoutées à la fin du XVe siècle, contenant notamment la Magnúss saga góða ok Haralds harðráða.

Au XVe siècle, le manuscrit appartenait à une famille vivant sur l'île de Flatey – d'où son nom, dans l'ouest de l'Islande. En 1647, son propriétaire, Jón Finnsson, en fit don à l'évêque de Skálholt, Brynjólfur Sveinsson. Brynjólfur l'envoya, comme bien d'autres manuscrits, au roi Frédéric III de Danemark en 1656. Le Flateyjarbók fit partie de la Bibliothèque royale jusqu'en 1971. Le 21 avril, il fut solennellement restitué à l'Islande, en même temps que le Codex Regius. Il est aujourd'hui conservé à l'institut Árni Magnússon, à Reykjavik[2] .

Contenu du Flateyjarbók[modifier | modifier le code]

Sagas[modifier | modifier le code]

Þættir[modifier | modifier le code]

Poèmes[modifier | modifier le code]

Textes historiques[modifier | modifier le code]

Roman[modifier | modifier le code]

L'énigme de Flatey est un roman policier[3] de l'écrivain islandais Viktor Arnar Ingólfsson dont le Flateyjarbók est un élément central.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guðvarður Már Gunnlaugsson. Manuscripts and paleography. In : A companion to Old Norse-Icelandic literature and culture. Ed. by Rory McTurk. Malden, Mass. : Blackwell Publishing, 2005. P. 157. ISBN 0-631-23502-7.
  2. Stofnun Árna Magnússonar á Íslandi. Iceland's earliest writings and some well-known manuscripts. Consulté le 1er octobre 2007.
  3. Titre original : Flateyjargata, Reykjavik 2002, traduction française de Patrick Guelpa, Editions du Seuil, 2013.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :