Exemplum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un exemplum (au pluriel exempla) est une forme de récit brève qui vise à donner un modèle de comportement ou de morale. Il s’agit à la fois d’une fonction rhétorique (codifiée entre autres par Quintilien) et d’un type particulier de récit qui vise à persuader l’auditoire ou le lecteur. Son contenu est très varié, de même que ses emplois : dans les sermons, les ouvrages moraux ou théologiques, les discours juridiques… Ses deux principales formes sont l’exemplum rhétorique, porteur d’une morale et d’un modèle de comportement que l’on pourrait qualifier de civique, et l’exemplum homilétique, qui véhicule une morale religieuse et est principalement employé par les prédicateurs à partir du XIIIe siècle[1].

Les setsuwa sont souvent considérés comme l'équivalent des exempla au Japon.

Définition[modifier | modifier le code]

L'exemplum antique[modifier | modifier le code]

L’un des principaux sens du mot exemplum au Moyen Âge est celui d’exemple à suivre, de modèle de comportement. Cette notion est directement héritée de l’Antiquité : dans La Rhétorique à Herennius, attribuée à Cicéron durant le Moyen Âge, cet exemplum rhétorique est défini comme un fait ou une parole appartenant au passé, cités par un personnage digne de foi. Il est notamment employé pour persuader un auditoire durant un procès. Cette vision de l’exemplum se retrouve tout au long du Moyen Âge, par exemple dans les Miroirs des princes, en reprenant une situation ou des personnages appartenant à l’Antiquité[2].

Ce type d’exemplum fait appel à la mémoire de la nation, jouant sur les registres (par ordre hiérarchique) du plaisir (delectatio), de l’émotion et de la persuasion. Il s’agit en fait d’exhorter l’assistance à être digne de ses ancêtres[3].

L'exemplum médiéval et le renouveau de la prédication[modifier | modifier le code]

La prédication connaît un profond renouvellement dès la fin du XIIe siècle, et surtout au XIIIe siècle, avec la création de l’université et des Ordres Mendiants[4]. La première offre un cadre d’instruction dont la finalité principale est la formation de juristes et d’orateurs capables d’assumer le rôle de prédicateurs[5], tandis que les seconds se vouent presque entièrement à la prédication[6]. Dans ce contexte, l’exemplum sort de sa fonction strictement persuasive pour revêtir l’aspect d’une illustrative story (récit qui illustre), donnant une leçon salutaire à un auditoire en étant inséré dans un discours religieux, et se retrouve chargé d’une plus grande valeur morale. On peut également en retrouver dans des œuvres morales écrites en langue vulgaire, comme dans le Ménagier de Paris[7].

Les sources des exempla sont très diverses, allant de la Bible aux légendes, en passant par les vies de saints, les chroniques, les textes patristiques et les fables. Au XIIIe siècle, il est courant que le prédicateur tire certains exempla de sa propre expérience[1]. Leur vraisemblance est exprimée, pour la plupart d’entre eux, par leur inscription dans un espace défini, proche et que les fidèles assistant au sermon du prédicateur sont capables d’appréhender.

On peut retenir quatre critères susceptibles de fonder un classement des exempla :

  • La source, qui peut être soit judéo-chrétienne ou chrétienne, soit païenne antique, soit postérieure au IXe siècle.
  • La nature de l’information : on distingue l’exemplum livresque, introduit par des verbes tels que legi (j'ai lu), et l’exemplum par ouï-dire, introduit par audivi (j'ai entendu).
  • La nature des personnages : il peut s’agir d’êtres surnaturels, d’hommes ou d’animaux.
  • La structure formelle et logique de l’exemplum: elle peut se fonder sur l’analogie (de même que…, de même) ou sur une métonymie généralisatrice, tirant un enseignement de portée générale à partir d’un cas particulier[8].

Il reste néanmoins impossible de le définir comme un genre littéraire. Les exempla n’ont pas d’unité véritable, que ce soit dans la forme ou dans le fond : leur longueur varie considérablement, les sujets abordés sont très divers et le mode de narration change constamment, passant d’un récit entendu (ou lu) puis rapporté par le prédicateur à une situation qu’il a vécue lui-même. La seule unité que l’on peut y trouver est sa volonté de convaincre à travers un récit plus ou moins développé[9].

Méprisés pendant des années car dépourvus de recherche littéraire, les exempla intéressent les historiens à plus d'un titre. Leur mise en recueil pose de nombreuses questions sur les techniques de lecture, sur l'organisation de l'information, qui doit être trouvée rapidement, ainsi que sur l'usage de ces recueils comme outils intellectuels. Car ces ouvrages ne sont pas des objets de consommation littéraire, mais bien des outils de travail pour les prédicateurs. Pour le public, il n’est pas non plus question de voir dans ces recueils un genre littéraire, car les exempla ne font sens qu’une fois insérés dans le sermon du prédicateur : lui seul lui donne en effet sa valeur de discours convainquant et salutaire, l’exemplum n’ayant pas de valeur littéraire autonome. Il peut être défini finalement comme un genre de message narratif, didactique et extra-littéraire, dont la nouvelle et le conte sont les équivalents littéraires[10]. (Pour plus de précisions sur ce sujet, consulter l’article de Nicolas Louis, « Exemplum ad usum et abusum : définition d'usages d'un récit qui n'en a que la forme » (voir bibliographie).)

Les genres dérivés[modifier | modifier le code]

Si l’exemplum ne peut être réellement considéré comme un genre littéraire, les histoires rapportées par les prédicateurs se retrouvent par la suite à de nombreuses reprises dans les genres du conte et de la nouvelle : il s’agit dans les trois cas d’un récit assez bref et mettant en avant un certain type de comportement qui a pour conséquence de déclencher une suite d’évènements[7].

Le genre du conte pieux s’est notamment développé en France au XIIIe siècle et au XIVe siècle, consistant en une amplification et une dramatisation de l' exemplum. On peut penser à la Vie des Pères, au Tombel de Chartrose ou au Rosarius[11].

La nouvelle, très peu présente en France et se développant principalement en Italie, partage avec l’exemplum les mêmes principes générateurs : la brièveté, la linéarité du récit et le plaisir de l’écoute ou de la lecture. Néanmoins, dans la nouvelle, la vérité du récit n’est plus absolue mais narrative, et sa linéarité peut se retrouver entrecoupée d’intrigues secondaires. La coexistence des deux formes pousse des auteurs tels que Dante et Boccace à la théorisation de la littérature narrative[12].

La postérité de l'exemplum médiéval[modifier | modifier le code]

L’exemplum ne disparaît pas à la Renaissance : il existe des exempla protestants, d’autres s’inscrivant dans le courant de la Contre-Réforme, ainsi que des exempla laïcisés, et ce tout au long de la période moderne. Il ne connaît de véritable recul qu’avec l’apparition de l’âge industriel au XIXe siècle[13].

L'usage de l’exemplum et l'apparition des recueils d’exempla[14][modifier | modifier le code]

Les premiers recueils monastiques : le cas particulier de l'usage cistercien[15][modifier | modifier le code]

Les cisterciens, friands d’histoires contenant une morale, ont été le premier groupe à développer une entreprise systématique et organisée de collecte d’exempla. La première génération de recueils se compose du Livre des Miracles (Liber Miraculorum) d’Herbert de Clairvaux et du Livre des Miracles et Visions (Liber Miraculorum et Visionum) : tous deux datent de la fin du XIIe siècle et sont assez peu organisés. La seconde génération, à savoir Le Grand Exorde de Cîteaux composé par Conrad d’Eberbach au début du XIIIe siècle et le Dialogue des Miracles (Dialogus miraculorum) de Césaire de Heisterbach, est en revanche mieux organisée. Cette volonté de transmission est due à un intérêt grandissant des cisterciens pour la fonction pastorale.

Les exempla cisterciens développent des histoires purement monastiques, se produisant en général dans l’enceinte du monastère. Le moine qui fait l’expérience de miracles partage celle-ci avec ses frères et surtout avec l’abbé, qui doit être au courant de tout ce qui concerne ses moines et de ce qu’il advient d’eux par la suite. C’est la communauté toute entière qui transmet ensuite cette histoire à d’autres moines, notamment lors des chapitres généraux de l’ordre qui, selon l’expression de Brian Patrick McGuire, constituent de « véritables foires aux récits ». Il revient également à la communauté de s’assurer de la véracité des visions, pour ne pas transmettre de faux récits.

Cette importance de la discussion entre moines est également basée sur la conception cistercienne de la communion des saints : les vivants et les morts doivent s’entraider. Ce qui explique le grand nombre de récits faisant appel aux âmes de frères décédés qui apportent une aide aux vivants, ou au contraire la demandent.

Dans la prédication[modifier | modifier le code]

L’usage de l’exemplum par les prédicateurs est guidé par une triple logique : offrir un exemple d’un comportement à imiter ou à éviter pour mieux illustrer un sermon, sortir d’un discours purement exégétique, et soutenir l’attention parfois chancelante du public.

Désirant posséder rapidement de la matière, les prédicateurs commencent à rédiger des recueils d’exempla, spécialement destinés à l’usage des autres prédicateurs. Les exempla inclus dans les sermons du prédicateur Jacques de Vitry sont ainsi mis en recueil et constituent une source majeure d’inspiration pour les premiers d’entre eux. Le plus important, sinon le plus volumineux, est le Traité des matières à prêcher (Tractatus de diversis materiis predicabilibus) du dominicain Étienne de Bourbon, composé entre 1250 et 1261 et qui regroupe près de 3 000 récits. Ces recueils ont d’abord été composés dans un ordre logique, puis organisés dans l’ordre alphabétique des rubriques dès la fin du XIIIe siècle : le premier exemple en est le Livre des exemples à l'usage des prédicateurs (Liber exemplorum ad usum predicantium), composé vers 1275, suivi deux ans plus tard par la Table des exemples (Tabula exemplorum). Ce système est perfectionné dans l’Alphabet des récits (Alphabetum narrationum) d’Arnold de Liège, composé entre 1297 et 1308, par un système de renvoi de mots-clés[7].

La grande majorité de ces recueils sont en latin, que le sermon lui-même soit prononcé en latin ou en langue vulgaire. Ce n’est que dans le courant du XIVe siècle que l’on commence à voir apparaître des recueils d’exempla en français, comme les Contes moralisés, de Nicole Bozon, ou le Ci nous dit, composé entre 1313 et 1330. Nombre de recueils rédigés en latin sont traduits en vernaculaire au XVe siècle : l’Alphabetum narrationum en catalan et en français, les Fables (Fabulae) d’Eudes de Cheriton en espagnol, les Gestes des Romains (Gesta Romanorum) en français, anglais, allemand et hollandais. Ces traductions témoignent de l’engouement du public pour l’exemplum comme un récit semblable à la nouvelle et au conte[2].

L’apport de l’étude des exempla à l’histoire et à l’anthropologie historique[modifier | modifier le code]

En France, l’étude du récit exemplaire a été initiée par Jean-Thiébaut Welter en 1927 avec la parution de sa thèse L’Exemplum dans la littérature religieuse et didactique du Moyen Âge. Il s’appuie sur son propre travail, mais également sur un mouvement d’éditions de la deuxième moitié du XIXe siècle, notamment des œuvres de Jacques de Vitry par Thomas Frederick Crane et de celles de Césaire de Heisterbach par Joseph Strange. Puis l’intérêt pour les exempla renaît au cours des années soixante, en même temps que l'apparition de celui pour l’histoire des mentalités dans les recherches historiques et anthropologiques, à travers l’École des Annales[16].

C’est dans ce contexte qu’en 1969 Frederic Tubach publie son Index Exemplorum, un immense travail s’appuyant sur toutes les éditions antérieures et recensant tous les récits exemplaires édités jusqu’alors. D’autres recherches voient le jour, s’interrogeant principalement sur la narratologie et la morphologie de l’exemplum[2].

Ces recherches rejoignent celles menées par Jacques Le Goff à son séminaire de l’École pratique des hautes études au sujet des rapports entre culture savante et culture folklorique dans l’Occident médiéval. La relation entre folklore et littérature exemplaire est approfondie par Jean-Claude Schmitt dès 1975, puis par Claude Bremond à partir de 1978, lequel s’interroge sur la structure du récit exemplaire et sur sa logique. La même année apparait le Groupe de recherche sur les exempla médiévaux, fondé au sein du Groupe d’anthropologie historique de l’Occident médiéval (GAHOM) dont les membres appartiennent soit à l’EHESS, soit au CNRS. Actuellement dirigé par Marie Anne Polo de Beaulieu et Jacques Berlioz, il a comme objectifs l’édition des recueils les plus importants, l’élaboration d’un système d’indexation des exempla et l’étude du contenu des récits exemplaires, afin de fournir aux chercheurs la base documentaire la plus complète possible tout en proposant une réflexion sur la nature et la fonction des exempla. Les bases de données ThEMA (Thesaurus Exemplorum Medii Aevi), RELEx (Ressources En Ligne Exemplaires) et BibliEx (Bibliographie des Exempla) en sont le résultat, fondé sur des collaborations internationales grâce aux travaux de de Carlo Delcorno sur l’exemplum en Italie, ceux de Maria Jesus Lacarra pour l’Espagne, et ceux de Peter Von Moos et de Markus Schürer pour l’Allemagne (voir bibliographie).

Actuellement, les recherches sur les exempla sont pensées selon une triple approche :

  • des études anthropologiques portant sur la parenté, les relations familiales et les comportements religieux ;
  • des recherches portant sur le vocabulaire exemplaire afin d’en saisir les procédés rhétoriques ;
  • des études narratologiques visant à mettre en évidence des schémas narratifs récurrents communs aux divers genres du récit[17].

Les exempla sont en effet une source particulièrement précieuse pour l’historien. Ils permettent de cerner les croyances que les prédicateurs veulent transmettre aux fidèles et les comportements qu’ils cherchent à faire disparaître. Ils apportent également, de manière involontaire, des informations sur la vie quotidienne des laïcs et sur leurs croyances. Dans ce domaine, l’analyse historienne des exempla associe l’étude de leur structure et de leur contenu à celle du « fonctionnement de la société médiévale à travers ses structures de l’imaginaire et l’action de l’Église, comme centre de production idéologique. »[18]

Enfin, ils sont très utiles dans l’étude des thèmes « folkloriques » du Moyen Âge, puisque le prédicateur se voit obligé de faire appel à la culture orale des laïcs pour en extraire des récits et de les introduire dans son sermon sous la forme d’exempla moralisés, dans le but de créer une connivence avec son public[7]. En cela, l’exemplum est, selon la formule de Jacques Le Goff, « une voie d’accès vers un des substrats culturels de l’Europe »[19].

Principaux recueils d'exempla[modifier | modifier le code]

Sermons riches en exempla[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Groupe d’Anthropologie Historique de l’Occident Médiéval (GAHOM)
ThEMA
BibliEx

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Jacques Berlioz, « Étienne de Bourbon, l’inquisiteur exemplaire », L’Histoire, no 125, septembre 1989, p. 24–30.
_____, « Exempla », Dictionnaire des Lettres françaises. Le Moyen Âge, Paris, Fayard, 1992, p. 437-438.
Jacques Berlioz et Marie Anne Polo de Beaulieu, Les exempla médiévaux : nouvelles perspectives, Paris Genève, H. Champion diff. Slatkine, 1998, (Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge, no 47).
_____, L’animal exemplaire au Moyen Âge (Ve-XVe siècle), 1 vol., Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999, (Histoire (Rennes), ISSN 1255-2364).
_____, « Entre lieux communs et vie quotidienne : le petit peuple dans les recueils d’exempla des XIIIe et XIVe siècles » dans Pierre Boglioni, Robert Delort et Claude Gauvard (dir), Le petit peuple dans l’Occident médiéval. Terminologies, perceptions, réalités, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 41–66.
_____, « Car qui a le vilain, a la proie. Les proverbes dans les recueils d’exempla (XIIIe-XVe siècle) » dans Hugo Óscar Bizzarri et Martin Rohde (dir), Tradition des proverbes et des exempla dans l’Occident médiéval. Die Tradition der Sprichwörter und Exempla im Mittelalter, Fribourg, Walter de Gruyter, 2009, p. 27–65, (Scrinium Friburgense, no 24).
_____, Les Exempla médiévaux : introduction à la recherche, suivie des tables critiques de l’Index exemplorum de Frederic C. Tubach, Carcassonne, GARAE-Hésiode, 1992, (Classiques de la littérature orale).
Jacques Berlioz, Marie Anne Polo de Beaulieu et Pascal Collomb, Le Tonnerre des exemples : « Exempla » et médiation culturelle dans l’Occident médiéval, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, (Collection Histoire).
Claude Brémond, Jacques Le Goff et Jean-Claude Schmitt, L’Exemplum, Turnhout, Brepols, 1982, rééd. 1996 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, no 40).
Delphine Carron et Emmanuel Babey, Exempla docent : les exemples des philosophes de l’Antiquité à la Renaissance : actes du colloque international 23-25 octobre 2003, Université de Neuchâtel, éd. Thomas Ricklin, 1 vol., Paris, J. Vrin, 2006, (Études de philosophie médiévale, ISSN 0249-7921; 92).
Carlo Delcorno, Exemplum e letteratura tra Medioevo e Rinascimento, Bologne, Il Mulino, 1989.
_____, « Nuovi studi sull’exemplum », Lettere italiane, no 46, 1994, p. 459–497.
Véronique Duché-Gavet et Madeleine Jeay (dir), Le récit exemplaire, 1200-1800, 1 vol., Paris, Éd. Classiques Garnier, 2011, (Colloques, congrès et conférences sur la Renaissance, ISSN 1243-0587; 67), Colloque de la SATOR (Société d’analyse de la topique dans les œuvres romanesques).
Maria Jesus Lacarra, « Hacia un Thesaurus exemplorum hispanicorum », Actas del VI congreso internacional de la asociacion hispanica de literatura medieval, Universidad de Alcala, 1995, p. 111–132.
_____, « Los exempla en los Castigos de Sancho IV : divergencias en la transmisión manuscrita » dans C. Alvar et J. M. Lucia Megias (dir), La literatura en la época de Sancho IV, Université de Alcalá de Henares, 1996, p. 201–212.
Nicolas Louis, « Exemplum ad usum et abusum : définition d’usages d’un récit qui n’en a que la forme » dans Véronique Duché-Gavet et Madeleine Jeay, op. cit., p. 17–36.
Brian Patrick McGuire, Friendship and Faith. Cistercian Men, Women and their Stories, 1100-1250, Ashgate, 2002.
Peter Von Moos, Geschichte als Topik. Das rhetorische Exemplum von der Antike zur Neuzeit und die Historiae im « Policraticus » Johanns von Salisbury, Hildesheim, Zurich, New York, Georg Olms Verlag, 1988.
Stefano Mula, « Twelfth- and thirteenth- Century Cistercian Exempla Collections : Role, Diffusion and Evolution », History Compass, no 8/8, 2010, p. 903–912.
_____, « Geography and the Early Cistercian Exempla Collections », Cistercian Studies Quarterly, t. 46.1, 2011, p. 27–43.
Marie Anne Polo de Beaulieu, Éducation, prédication et cultures au Moyen Âge: essai sur Jean Gobi le Jeune, 1 vol., Lyon, Centre interuniversitaire d’histoire et d’archéologie médiévales?: Presses universitaires de Lyon, 1999, (Collection d’histoire et d’archéologie médiévales, ISSN 1255-2380, no 4).
_____, « De la classification à l’indexation des récits exemplaires », Les hommes et les récits?: reconnaître, classer, interpréter, Colloque de la Fondation Singer-Polignac du 25 mai 2005, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 277–295.
_____, « La conception moralisante des animaux dans la littérature didactique médiévale : le cas du chien », Fasciculi achaeologiae historicae, n° XVIII, 2006, p. 55–61.
_____, « Quels vecteurs culturels ? Les recueils d’exempla entre oralité et écriture (XIIIe-XVe siècle) » dans Nicole Lemaitre (dir), La mission et le sauvage, Huguenots et catholiques d’une rive atlantique à l’autre, XVIe-XIXe siècle, 133e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Éditions du CTHS - Presses de l’université de Laval,, 2009, p. 233–255.
_____, « De l’exemplum monastique à l’exemplum mendiant : continuités et ruptures » dans Regula Forster et Romy Günthart (dir), Didaktisches Erzählen. Formen literarischer Belehrung in Orient und Okzident, Peter Lang, 2010, p. 55–84.
_____, Formes dialoguées dans la littérature exemplaire du Moyen Âge, 1 vol., Paris, France, Honoré Champion, 2012, (Colloques, congrès et conférences sur le Moyen Âge, ISSN 1625-8711, no 14).
Jean-Claude Schmitt, Prêcher d’exemples : récits de prédicateurs du Moyen Âge, 1 vol., [Paris], Stock, 1985, (Stock Moyen Âge, ISSN 0751-0489?; 3).
_____, « Trente ans de recherche sur les exempla », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques. Archives, no 35, 10 janvier 2005.
_____, « Temps liturgique et temps des exempla » dans Nicole Bériou et Franco Morenzoni (dir), Prédication et liturgie au Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2008, p. 223–236, (Bibliothèque d’histoire culturelle du Moyen Âge, no 5).
Markus Schürer, Das Exemplum oder die erzählte Institution. Studien zum Beispielgebrauch bei den Dominikanern und Franziskanern des 13. Jahrunderts, Berlin, Lit. Verlag, 2005.
Frederic C. Tubach, Index exemplorum : a handbook of medieval religious tales, vol. 86, Helsinki, Suomalainen tiedeakatemia Academia scientiarum fennica, 1969, (FF communications, no 204).
Jean-Thiébaud Welter, La Tabula exemplorum secundum ordinem alphabeti : recueil d’exempla compilé en France à la fin du XIIIe siècle, Paris?; Toulouse, Occitania, 1926.
_____, L’exemplum dans la littérature religieuse et didactique du Moyen Âge, Occitania, 1927.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jacques Berlioz, « Exempla », Dictionnaire des Lettres françaises. Le Moyen Âge, Paris, Fayard, 1992, p. 437-438.
  2. a, b et c Idem.
  3. Jean-Yves Tilliette : « L’exemplum rhétorique : questions de définition », in Jacques Berlioz et Marie Anne Polo de Beaulieu, Les exempla médiévaux : nouvelles perspectives, Paris Genève, H. Champion diff. Slatkine, 1998, (Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge, no 47), p. 50-52.
  4. Jacques Berlioz, « Exempla », Dictionnaire des Lettres françaises.Le Moyen Âge, art. cit.
  5. Ruedi Imbach, « Université », dans Claude Gauvard, Alain de Libera et Michel Zink (dirs.), Dictionnaire du Moyen Âge, coll. Quadrige, PUF, Paris, 2002, p. 1420-1421.
  6. Michel Parisse, « Mendiants (ordres) », dans Claude Gauvard, Alain de Libera et Michel Zink (dirs.), Dictionnaire du Moyen Âge, coll. Quadrige, PUF, Paris, 2002, p. 901-902.
  7. a, b, c et d Jacques Berlioz, « Exempla », Dictionnaire des Lettres françaises. Le Moyen Âge, art. cit.
  8. Claude Brémond, Jacques Le Goff, et Jean-Claude Schmitt, L’Exemplum, Turnhout, Brepols, 1982/1996, (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, no 40), p. 41-42.
  9. Claude Bremond : « L’exemplum médiéval est-il un genre littéraire ? », in Jacques Berlioz et Marie Anne Polo de Beaulieu, Les exempla médiévaux : nouvelles perspectives, Paris Genève, H. Champion diff. Slatkine, 1998, (Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge, no 47), p. 23-24.
  10. Idem, p. 26-28.
  11. Jacques Monfrin : « L’exemplum médiéval, du latin aux langues vulgaires », in Jacques Berlioz et Marie Anne Polo de Beaulieu, Les exempla médiévaux : nouvelles perspectives, Paris Genève, H. Champion diff. Slatkine, 1998, (Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge, no 47), p. 251-258.
  12. Claude Cazalé-Bérard : « L’exemplum médiéval est-il un genre littéraire ? », in Jacques Berlioz et Marie Anne Polo de Beaulieu, Les exempla médiévaux : nouvelles perspectives, Paris Genève, H. Champion diff. Slatkine, 1998, (Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge, no 47), p. 29-42.
  13. Claude Brémond, Jacques Le Goff, et Jean-Claude Schmitt, L’Exemplum, Turnhout, Brepols, 1982/1996 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, no 40).
  14. Sur le sujet, voir Nicolas LOUIS, L'exemplum en pratiques. Production, diffusion et usages des recueils d'exempla latins aux XIIIe-XVe siècles, 2 vol., Namur-Paris, 2013 (Thèse de doctorat) [en libre accès: http://hdl.handle.net/2078.2/133816].
  15. Brian Patrick McGuire : « Les mentalités cisterciennes », in Jacques Berlioz et Marie Anne Polo de Beaulieu, Les exempla médiévaux : nouvelles perspectives, Paris Genève, H. Champion diff. Slatkine, 1998, (Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge, no 47), p. 107-127.
  16. Jean-Claude Schmitt, « Trente ans de recherche sur les exempla », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques. Archives, no 35, 10 janvier 2005, http://ccrh.revues.org/3010 (consulté 17 février 2013).
  17. Jacques Berlioz et Marie-Anne Polo de Beaulieu, « Le groupe de recherches », in Les exempla médiévaux : nouvelles perspectives, Paris Genève, H. Champion diff. Slatkine, 1998, (Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge, no 47), p. 2-7.
  18. Idem, p. 2-3.
  19. Jacques Le Goff : « Introduction », in Jacques Berlioz et Marie-Anne Polo de Beaulieu, Les exempla médiévaux : nouvelles perspectives, Paris Genève, H. Champion diff. Slatkine, 1998, (Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge, no 47), p. 17.