Ed Balls

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ed Balls
Ed Balls en 2007
Ed Balls en 2007
Fonctions
Chancelier de l'Échiquier du cabinet fantôme
En fonction depuis le 20 janvier 2011
Prédécesseur Alan Johnson
Secrétaire d'État à l'Intérieur du cabinet fantôme
8 juillet 201020 janvier 2011
Premier ministre Ed Miliband
Prédécesseur Alan Johnson
Successeur Yvette Cooper
Secrétaire d'État à l'Éducation du cabinet fantôme
11 mai 20108 octobre 2010
Premier ministre Harriet Harman
Ed Miliband
Prédécesseur Michael Gove
Successeur Andy Burnham
Secrétaire d'État à l'Enfance, à l'Éducation et à la Famille
28 juin 200711 mai 2010
Premier ministre Gordon Brown
Prédécesseur Alan Johnson
Successeur Michael Gove
Secrétaire économique du Trésor
6 mai 200628 juin 2007
Premier ministre Tony Blair
Prédécesseur Ivan Lewis
Successeur Kitty Ussher
Membre du Parlement
pour Morley and Outwood
En fonction depuis le 6 mai 2010
Prédécesseur Circonscription crée
Membre du Parlement
pour Normanton
5 mai 20056 mai 2010
Prédécesseur Bill O'Brien
Successeur Circonscription abolie
Biographie
Nom de naissance Edward Michael Balls
Date de naissance 25 février 1967 (47 ans)
Lieu de naissance Norwich, Norfolk
Royaume-Uni
Nationalité Britannique
Parti politique Labour
Conjoint Yvette Cooper
Diplômé de Keble College, Oxford
Université Harvard
Profession Économiste
Religion Église d'Angleterre

Le très honorable Edward Michael Balls, dit Ed Balls, né le 25 février 1967 à Norwich, est un homme politique britannique membre du Parti travailliste (Labour).

Il est nommé secrétaire d'État à l'Enfance, à l'Éducation et à la Famille en 2007, après avoir été de 1994 à 1999 conseiller économique de Gordon Brown. Il renonce à son poste en 2010, après la défaite du Labour aux élections législatives. Membre de la Chambre des communes depuis 2005, il appartient à la jeune génération travailliste avec David et Ed Miliband ou encore Andy Burnham, qu'il affronte lors de l'élection de la direction du Labour.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Après avoir passé son A-level à Nottingham, il suit des études supérieures de philosophie, sciences politiques et sciences économiques au Keble College de l'université d'Oxford, dont il ressort diplômé. Il part ensuite étudier à la John F. Kennedy School of Government de l'université Harvard grâce à une bourse d'étude.

En 1990, il devient rédacteur pour les questions économiques au Financial Times, avant d'être choisi en 1994 comme conseiller économique par Gordon Brown. Il reste à son service lorsque ce dernier est nommé chancelier de l'Échiquier en 1997. Il renonce à ce poste deux ans plus tard pour prendre celui de conseiller économique en chef du ministère des Finances, qu'il conserve jusqu'en 2004, lorsqu'il obtient un emploi d'associé de recherche au Smith Institute, un think tank lié à Gordon Brown, pour un an.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est marié avec Yvette Cooper, députée travailliste de Normanton, Pontefract and Castleford et ancienne secrétaire d'État au Travail. Le couple a trois enfants.

Il est par ailleurs le fils de Michael Balls, qui fut fonctionnaire européen et préside aujourd'hui le fonds pour le remplacement des animaux dans les expériences médicales (FRAME).

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Membre du Parti travailliste (Labour) depuis 1983, il était membre du Club travailliste (OULC) et de l'Association conservatrice (OCA) de l'université d'Oxford pendant ses années d'étude. En 2004, il obtient l'investiture de son parti dans la circonscription de Normanton et remporte le scrutin, organisé le 5 mai de l'année suivante. Il est nommé le 6 mai 2006 secrétaire économique au Trésor, un poste ministériel mineur ne donnant pas accès au conseil des ministres (cabinet).

Secrétaire d'État à l'Éducation[modifier | modifier le code]

Le 28 juin 2007, à la suite de la nomination de Gordon Brown comme Premier ministre, Ed Balls devient secrétaire d'État à l'Enfance, à l'Éducation et à la Famille. Il décide en octobre 2008 de suspendre les évaluations (SATs) pour les élèves de 14 ans, une mesure approuvée par la communauté éducative et l'opposition, mais est critiqué pour le maintien de ces mêmes évaluations pour les élèves de 11 ans. Il a par ailleurs soutenu l'adoption du projet de loi pour l'enfance, l'éducation et la famille, adopté en première lecture le 19 novembre 2009 par la Chambre des communes et qui prévoyait notamment d'encadrer l'éducation à domicile. Le texte comprenant d'autres dispositions plus délicates, comme l'enregistrement des parents pratiquant l'éducation à domicile ou des cours d'éducation sexuelle obligatoire, a été abandonné, faute d'un soutien parlementaire suffisant.

Dans l'opposition[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives du 6 mai 2010 et malgré ses efforts, sa circonscription est supprimée mais il reste député après sa très courte victoire dans la nouvelle circonscription de Morley and Outwood. Il quitte le gouvernement cinq jours plus tard, du fait de la victoire des conservateurs. Comme attendu[1], il se lance le 19 mai dans la course à la présidence du Labour[2]. Il est classé comme proche de Gordon Brown, à l'inverse du favori, David Miliband, proche de Tony Blair[3]. Il obtient le 28 mai les 33 parrainages de députés nécessaires pour se présenter, un chiffre déjà dépassé par les frères David et Ed Miliband[4]. Le scrutin est finalement remporté par Ed, le 25 septembre 2010. Ce dernier le nomme ministre de l'Intérieur dans son cabinet fantôme le 8 octobre.

Le 20 janvier 2011, à la suite de la démission inattendue d'Alan Johnson, Balls est nommé chancelier fantôme. Yvette Cooper, sa femme, prend son ancien rôle de ministre fantôme de l'Intérieur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]