Don (titre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Don et Dom.

Don est un titre honorifique castillan qui ne s'emploie à l'origine (et encore de nos jours en espagnol) que devant un prénom. C'est un dérivé du bas-latin dominus, qui signifie « seigneur ».

Il fut utilisé au Moyen Âge pour les nobles les plus importants (les « riches-hommes ») de Castille et d'Aragon, avant d'être employé pour tous les nobles à l'époque moderne. Un exemple de cette diffusion du Don est le chef-d'œuvre de Miguel de Cervantes, Don Quichotte, où le titre est utilisé pour un simple hidalgo. Il ne s'appliquait d'abord qu'aux princes, aux évêques et aux seigneurs ; dans la suite, il fut donné à tout hidalgo.

Avec la mainmise de la monarchie espagnole sur le sud de la péninsule italienne à partir du XVIe siècle, l'usage du Don se répandit en Italie. Pourtant l'usage était déjà accrédité avant l'époque de Dante, sous la forme de donno, dérivé de dominus, abrégé ensuite en "don". C'est aussi vers le XVIIe siècle que l'usage se répandit de donner du Don aux religieux dans les péninsules ibérique et italienne. Depuis le XIXe siècle, le titre de Don est utilisé pour toute personne que l'on souhaite honorer. Il est également devenu un titre officiel des parrains de la mafia sicilienne, les capofamiglia.

En portugais Dom est l'exact équivalent du castillan Don. C'est par le portugais que ce titre fut connu en français avant le Don espagnol. C'est pourquoi les chanoines réguliers du Latran et les moines bénédictins sont encore appelés Dom et la pièce de Molière Dom Juan, transcription française de l'original Don Juan. L'opéra de Mozart, Don Giovanni, emploie la traduction italienne du nom du héros de Tirso de Molina, puisque c'est la langue du livret.

Le titre de dom est aussi appliqué aux religieux de certains ordres qui jadis ne recevaient que des nobles, par exemple aux Bénédictins, aux Chartreux, etc. On dit qu'il fut primitivement porté par le pape, d'où il passa aux évêques et enfin aux simples moines. Devant les noms de religieux on écrit toujours dom, comme Dom Philippe Piron, père abbé de l'Abbaye bénédictine de Sainte-Anne de Kergonan.

Le féminin est Doña, diminutif de domina (en castillan), Donna (en italien) et Dona (en portugais). Il est utilisé dans les mêmes conditions que le masculin et se donne également aux dames de tout rang.

Source partielle[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Don » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)

Articles connexes[modifier | modifier le code]