Domingo Cavallo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cavallo.
Domingo Cavallo
Fonctions
Ministre de l'Économie
Président Fernando de la Rúa
Gouvernement Fernando de la Rúa (Alianza por el Trabajo, la Justicia y la Educación)
Prédécesseur Ricardo López Murphy
Successeur Jorge Capitanich
Gouvernement Carlos Menem (Parti justicialiste)
Prédécesseur Antonio Erman González
Successeur Roque Fernández
Ministre des Relations extérieures, du Commerce international et du Culte
Président Carlos Menem
Gouvernement Carlos Menem (Parti justicialiste)
Prédécesseur Susana Ruiz Cerutti
Successeur Guido Di Tella
Président de la Banque centrale
juillet 1982 – 1982
Président Reynaldo Bignone
Gouvernement Dictature militaire (1976-1983)
Prédécesseur Egidio Iannella
Successeur Julio C. González del Solar
Biographie
Date de naissance (67 ans)
Lieu de naissance San Francisco, province de Córdoba
Nationalité argentine
Parti politique Acción por la República (antérieurement Parti justicialiste)
Conjoint Sonia Abrazian
Diplômé de Université nationale de Córdoba et Harvard
Profession Économiste

Domingo Felipe Mingo Cavallo (né le à San Francisco dans la province de Córdoba en Argentine) est un politicien et économiste argentin. Ministre de l'Économie (1991-96) sous Carlos Menem, puis, à nouveau, de mars à décembre 2001 sous Fernando de la Rúa, il est connu pour avoir mis en place la politique néolibérale de Menem et fondé le plan de convertibilité qui a fixé le taux d'échange à parité égale entre le peso et le dollar. Il a été emporté par la crise économique et politique de 2001, en particulier les journées du 20 et .

Début de carrière sous les militaires[modifier | modifier le code]

Manifestation à Buenos Aires en 2002, où on peut lire : « Banques, voleurs, rendez-nous nos dollars ! »

Il obtient en 1968 sa licence d'économie à l'université de Córdoba. Il passe sa thèse d'économie en 1970. En 1977, il obtient une seconde fois sa thèse d'économie à l'université Harvard. Domingo Cavallo n'a pas de publication dans un journal scientifique à comité de lecture dans les moteurs de recherche.

Son engagement politique commence quand il est choisi pour être le représentant des étudiants d'économie (1965-1966), mais sa carrière ne démarre vraiment que sous la dictature de la Révolution argentine (1966-1973). D'abord sous-secrétaire du développement au gouvernement provincial de Córdoba (1969-1970), il devient directeur (1971) puis vice-président de la Banque provinciale de Córdoba, puis finalement sous-secrétaire du ministre de l'Intérieur. Après l'accession à la tête de l'exécutif du général Reynaldo Bignone, en juillet 1982, Cavallo est nommé président de la Banque centrale, avec José Dagnino Pastore (qui avait déjà officié sous le général Onganía) comme ministre de l'Economie, dans les dernières années de la dictature militaire (1976-1983). Dagnino Pastore doit cependant démissionner 53 jours plus tard, suivi de Cavallo.

Il n'a jamais regretté son travail au service des militaires[1].

Années 1980-90[modifier | modifier le code]

En 1983, il devient un conseiller économique proche du péroniste « rénovateur » José Manuel de la Sota, puis se fait élire député sur les listes du Parti justicialiste à Córdoba en 1987.

Super ministre de l'Économie sous Carlos Menem, au début des années 1990, il met en œuvre une politique néolibérale de déréglementation et de privatisation. Nommé dans un contexte d'hyperinflation, il promulgue la loi de convertibilité, qui établit le taux de change à 10 000 australs pour un dollar, puis, à partir du , un peso pour un dollar. Il s'opposa alors notamment à Martín Redrado, président de la Commission nationale des valeurs (chargée du contrôle des marchés financiers), obtenant en mars 1994 sa démission.

Malgré les succès relatifs de sa politique, en tout cas en ce qui concerne la maîtrise de l'inflation, il n'est pas reconduit dans le second gouvernement Menem, et fonde en 1997 son propre parti, l’Acción por la República, étant alors élu la même année député. Il se présente à l'élection présidentielle de 1999, arrivant troisième derrière le radical Fernando de la Rúa et le péroniste Eduardo Duhalde. En 2000, il tente de briguer la mairie de Buenos Aires, mais est battu par Aníbal Ibarra, candidat de l’Alianza por el Trabajo, la Justicia y la Educación au pouvoir.

Ministre de la crise[modifier | modifier le code]

Article connexe : Crise économique argentine.

Malgré plusieurs procès, il est à nouveau ministre de l'Économie de Fernando de la Rúa de mars à décembre 2001. En juillet 2001, il présente un plan « Déficit zéro » et prévoit de nombreuses coupes budgétaires. Il met ensuite sur pied, en novembre, le Megacanje (es), un plan de rééchelonnement de la dette, dont les remboursements, prévus de 2001 à 2005, sont éloignés entre 2006 et 2031, en échange d'une hausse conséquente des intérêts. Sept banques (Galicia (en), Santander, Francés, Credit Suisse First Boston Corporation, HSBC Bank Argentina, JP Morgan Securities et Salomon Smith Barney) reçurent alors 150 millions de dollars de commission pour une opération douteuse[2], qui valut par la suite à Cavallo d'être inculpé.

Il met en place le corralito le , qui limite les retraits d'effectifs à 250 pesos par semaine et interdit tout envoi de fonds à l'extérieur, pour lutter contre la fuite des capitaux[3]. Prévue à l'origine pour une durée de 90 jours, cette mesure provoqua la panique, chacun tentant de retirer ses dépôts des banques[3] et provoqua la chute du gouvernement de la Rúa trois semaines plus tard[3]. Le corralito eut pour conséquence immédiate de provoquer une baisse importante du commerce interne et externe, entre autres en raison d'un manque de terminaux de paiement électronique chez les commerçants[4].

Le corralito fut finalement maintenu par Eduardo Duhalde jusqu'au . Le FMI refusa le d'accorder les 1 260 millions de dollars prévus dans le plan Blindage négocié en décembre 2000 par le prédécesseur de Cavallo, José Luis Machinea, en affirmant notamment que les restrictions budgétaires n'avaient pas été suffisantes[5]. Un décret obligea alors les retraites placées dans les fonds de pension (les AFJP, créées sous Menem) à être investies à 90 % dans le rachat de bons du Trésor public[5].

L'artisan et l'architecte d'un système financier qui a conduit à la faillite généralisée de l'Argentine (faillite publique et privée), il est contraint à démissionner le sous la protestation populaire.

Depuis 2001[modifier | modifier le code]

Domingo Cavallo vit aux États-Unis, ne séjournant pas en Argentine de manière régulière; l'animosité envers lui en Argentine est telle qu'il ne peut sortir sans une forte escorte. Il a été mis en cause des nombreuses fois pour des affaires de pots de vin et d'appels d'offre irréguliers sans avoir des condamnations importantes : dès 1996, il était inculpé dans une vingtaine d'affaires, entre autres pour évasion fiscale et contrebande d'or [6].

Depuis juillet 2006[2], il est inculpé pour conduite frauduleuse, avec son vice-ministre de l'Économie Daniel Marx, pour une opération d'échange de titres publics menée en 2001, le Megacanje (es), qui aurait fait perdre près de 40 milliards de dollars à l'État [7]. L'ex-sous-secrétaire au Trésor des États-Unis David Mulford, alors directeur du Crédit suisse First Boston (CSFB), a été cité à comparaître dans ce procès en septembre 2009[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Des nombreux familiers des disparus ont l'ont chaudement accueilli lors d'une conférence à la Sorbonne de sorte que la conférence n'as pu vraiment avoir lieu.
  2. a et b Piden el procesamiento de Cavallo por el "megacanje", Clarín, 21 juillet 2006
  3. a, b et c Hace dos años, Cavallo imponía el corralito, Terra, 1er décembre 2003
  4. La falta de efectivo le pone un freno a la economía, Clarín, 5 décembre 2001
  5. a et b El FMI decidió no enviar los 1.260 millones a Argentina, Clarín, 6 décembre 2001
  6. Cavallo recusará al juez Tiscornia, La Nación, 30 décembre 1996
  7. a et b Un juez argentino cita a un ex subsecretario de EE.UU. para declarar por un "megacanje", Soitu, 14 septembre 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]