Division SS Galicie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
14e Waffen Grenadier Division der SS Galizien
Insigne de la 14e Waffen Grenadier Division der SS Galizien
Insigne de la 14e Waffen Grenadier Division der SS Galizien

Période 28 Avril 1943 – 1945
Pays Ukraine
Allégeance Flag of German Reich (1935–1945).svg Allemagne
Branche Schutzstaffel SS.svg Waffen-SS
Type Division Waffen SS
Guerres Seconde Guerre mondiale
Décorations Croix de Fer

La 14. Waffen-Grenadier-Division der SS Galizien, abrégé en français par « Division SS Galicie » (en ukrainien : 14-А Гренадерська Дивiзiя СС "Галичина"), est une unité ukrainienne de la Waffen-SS.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • Création : 28 avril 1943
  • Effectifs maximaux : 26 000 hommes (corps ukrainiens sous commandement allemand)
  • Insigne : le lion de Galicie et plus tard le Trident, lors du transfert à l'UNA (Avril 1945)
  • Croix de Fer obtenues : 1

À l'image des 13e division SS de montagne Handschar et 21e division SS de montagne Skanderbeg, qui disposent d'imams, la division Galicie a pu intégrer des prêtres Uniates et Orthodoxes ukrainiens en son sein.

Affiche de 1943 en Allemand et en Ukrainien pour l'engagement dans la division Galicie

Terrains d'opérations[modifier | modifier le code]

De juin 1943 à juin1944, le gros de la division suit un entrainement tout d'abord au camp de Heidelager, en Pologne / Prusse, puis à Neuhammer[1], ensuite elle est envoyée sur le front russe avec le groupe d'armées Centre et participe à la bataille de Brody qui cause la mort de 3 000 de ses hommes.

Au début d'octobre 1944, la division est envoyée en Slovaquie, afin de protéger la ligne des chemins de fer autour de Žilina. Au côté de la garde locale, (Hlinkova garda), deux groupes de combat (appelés Kampfgruppen Wildener et Kampfguppen Wittenmeyer), formés à partir des premières unités de la division arrivées sur place, engagent les combats contre les partisans slovaques, réfugiés dans les montagnes après l'échec du soulèvement du [2].

À la fin de janvier 1945, elle est déplacée en Slovénie pour combattre les partisans de Tito.

Le 1er avril, elle lutte contre l'Armée rouge dans la région de Graz en Autriche jusqu'à la fin de la guerre.

Parade de volontaires ukrainiens à Sanok, rue Kosciuszki, mai 1943

Composition[modifier | modifier le code]

Volontaires Ukrainiens provenant de toutes les régions d'Ukraine (Galicie, Ruthénie, Volhynie, Transcarpatie, région de Kiev) mais la majorité des volontaires provenant des régions d'Ukraine de l'ouest.

Dr. Malinovki, administrateur Ukrainien de la division à Sanok

Commandants[modifier | modifier le code]

Dr. Hofscheller entrant dans l'Église Greco-cattholique ukrainienne à Sanok

Ukrainiens de la division[modifier | modifier le code]

Ordre de bataille[modifier | modifier le code]

  • Waffen-Grenadier-Regiment der SS 29 (galizisches Nr. 1)
  • Waffen-Grenadier-Regiment der SS 30 (galizisches Nr. 2)
  • Waffen-Grenadier-Regiment der SS 31 (galizisches Nr. 3)
  • Waffen-Artillerie-Regiment der SS 14
  • Waffen-Füsilier-Battalion 14
  • SS-Freiwiligen-Flak-Ableitung 14
  • Waffen-Nachrichten-Ableitung der SS 14
  • SS-Radfahr-Battalion 14
  • Waffen-Pionier-Battalion der SS 14
  • Waffen-Panzerjager-Kompanie 14
  • SS-Sanitäts-Ableitung 14
  • SS-Veterinär-Kompanie 14
  • SS-Division-Nachschubtruppen 14
  • SS-Wirtschafts-Battalion 14
  • SS-Versorgungs-Kompanie 14
  • SS-Feldpostamt 14
  • SS-Kriegsberichten 14
  • SS-Feldersatz-Battalion 14

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Après la défaite de Brody, de nombreux combattants continuent à lutter contre l'Armée rouge au sein de l'UPA, dans les Carpates jusqu'au milieu des années 1950. Les autres membres de la division choisissent l'exil au Canada, où réside une importante communauté ukrainienne. Dans son rapport établi en 1986, la Commission Canadienne de recherche sur les criminels de guerre affirme que

« leur comportement [celui des anciens Waffen SS] depuis qu'ils sont venus dans ce pays a été bon et ils n'ont jamais indiqué de quelque façon que ce soit qu'ils avaient été infectés par l'idéologie nazie [...] Il semble qu'ils avaient été volontaires pour se battre contre l'Armée rouge pour des raisons nationalistes qui ont connu une forte impulsion provoquée le comportement des autorités soviétiques durant l'occupation de la partie occidentale de l'Ukraine après la signature du pacte Germano-Soviétique »

— CCRCG

.

Cette conclusion du rapport canadien ne peut pas se référer aux susdites interventions de la Division SS Galicie en Slovénie et Slovaquie[3] dans le cadre d'opérations de lutte contre les partisans locaux (voir ci-dessus la section « Terrains d'opérations »), pour lesquelles les divisions de la Waffen SS sont intervenues de manière systématique. Ces actions de la Division SS Galicie contre des résistants d'autres pays luttant sur leurs territoires nationaux contre les occupants nazis ne peuvent évidemment pas être imputées à des « raisons nationalistes » ukrainiennes.

La responsabilité de la division Galicie dans le massacre des 1 000 habitants du village polonais de Huta Pieniacka (Ukraine), le 28 février 1944, fait l'objet de débats. Ce fait est contesté par certaines sources ukrainiennes. La commission d'enquête canadienne sur les crimes de guerre, déjà citée, affirme dans son rapport final, en 1986, que les accusations de crimes de guerre commises par la 14e division SS n'avaient jamais été prouvées[4].

L'institut polonais de la mémoire estime quant à lui, via une analyse publiée le , que ce sont bien des hommes du 4e régiment de la division Galicie qui ont commis le massacre, et ce sur la base de documents exhumés en 1999, soit après l'enquête canadienne[5].

La controverse à ce propos est toujours en cours.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Melnyk, Michal James, To Battle, The History and Formation of the 14th Waffen SS Grenadier Division, 2002/2007, p 50-70
  2. (en) Melnyk, Michal James, To Battle, The History and Formation of the 14th Waffen SS Grenadier Division, 2002/2007, p 195-214
  3. (en) Melnyk, Michal James, To Battle, The History and Formation of the 14th Waffen SS Grenadier Division, 2002/2007, p 50-147
  4. (en) Extraits du rapport de la commission d'enquête sur les crimes de Guerre par l'Honorable Juge Jules Deschenes, Ottawa, 30 décembre 1986
  5. (en) Investigation of the Crime Committed at the Village of Huta Pieniacka - Institute of National Remembrance, 18 novembre 2003

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michael O. Logusz, Galicia Division: The Waffen-SS 14th Grenadier Division 1943-1945, Schiffer Publishing, 558 p., 1997, ISBN 0-7643-0081-4.
  • Kosyk, Wolodymyr, L'Allemagne nationale socialiste et l'Ukraine, Paris, Publication de l'Est Européens,‎ 1986 (ISBN 978-2-902892-02-0, LCCN 87169897)
  • (en) Melnyk, Michal James, To Battle, The History and Formation of the 14th Waffen SS Grenadier Division, Solihull, Helion and Co,‎ 2002, poche (ISBN 978-1-874622-19-2, OCLC 47937955)

Lien externe[modifier | modifier le code]