Otto Wächter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Baron Otto Gustav von Wächter, (né le 8 juillet 1901 à Vienne - mort le 14 août ou le 10 septembre 1949 à Rome, Italie), est un avocat et un politicien national-socialiste autrichien. Membre de la SA dès 1923, membre du parti nazi NSDAP dès 1930, Sturmführer de la SS en 1933, Oberführer de la SS en 1938, Brigadeführer de la SS en 1939, il atteignit le grade de Gruppenführer de la SS et lieutenant général de la police en 1944-1945[1]. Il était souvent nommé simplement 'Dr. Wächter' (ou encore 'Baron Wächter', dans certains documents du procès de Nuremberg).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut l'un des chefs putschistes à Vienne le 25 juillet 1934 et, par conséquent, mandant de l'assassinat du chancelier Dollfuss. Il a dû s'enfuir en Allemagne, mais, après l'Anschluss, il fut nommé commissaire d'état dans le "Ministère de la Liquidation" sous le gouverneur nazi d'Autriche Arthur Seyss-Inquart. À la tête de la 'Commission Wächter', ainsi appelée d'après son nom, il présida au licenciement et/ou envoi à la retraite de tous les fonctionnaires juifs de l'Autriche[2].

Par la suite, Otto Wächter fut gouverneur de la ville polonaise de Cracovie, responsable, notamment, des décrets d'expulsion des juifs de la ville (1940) et de création du ghetto dans le quartier de Podgorze en 1941. Il apparait dès 1941 comme un défenseur de l'extermination des juifs polonais et même d'une "solution finale radicale du problème juif"[3].

Il fut ensuite gouverneur de Galicie en 1942-1944. En août 1942, il apparait associé à la planification de l'Opération Reinhardt dans le district de Lviv, sous la direction de Himmler en personne[4]. En 1943 il prit l'initiative de créer la Division SS "Galicie", composée de volontaires ukrainiens et commandée par des officiers allemands. En septembre 1943, cependant, lors de l'occupation allemande d'Italie du Nord, Wächter y fut envoyé comme chef de l'administration militaire, coïncidant avec le transfert du personnel de l'Opération Reinhardt vers l'Italie[5].

Après la guerre, Wächter vécut à Rome jusqu'à sa mort en 1949, sous le faux nom d'Otto Reinhardt et sous la protection de l'évêque autrichien Alois Hudal (recteur du Collège Teutonique de Santa Maria dell'Anima, à Rome), dans un monastère roman. Il échappa ainsi au procès de Nuremberg, où son nom fut néanmoins cité en rapport avec des pratiques criminelles[6].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. "Wächter, Dr. jur. Otto Gustav (Freiherr von)", in Axis Biographical Research, "Generalgouvernment" Lien.
  2. "1938: NS-Herrschaft in Österreich" (1938: La domination nazie en Autriche) Lien.
  3. Robin O'Neil, Belzec: Prototype for the Final Solution, chapitres 5 et 10 Lien.
  4. Robin O'Neil, op. cit., chapitre 10 Lien.
  5. Robin O'Neil, op. cit., chapitre 13 Lien.
  6. Nuremberg Trial Proceedings, vol. 12, 112e journée (23 avril 1946), p. 106 Lien.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nikolaus von Preradovich, Österreichs höhere SS-Führer, Berg am See, 1987.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Aeiou, Encyclopedia of Austria, "Otto Wächter" Lien.
  • Aeiou, Encyclopedia of Austria, "July Putsch of 1934" Lien.
  • Nuremberg Trial Proceedings, volume 12 Lien.
  • "Wächter, Dr. jur. Otto Gustav", in Axis Biographical Research, "Generalgouvernment" Lien.