Fritz Freitag

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Freitag.
Fritz Freitag
Image illustrative de l'article Fritz Freitag

Naissance 28 avril 1894
Allenstein, Empire allemand
Décès 10 mai 1945 (à 51 ans)
Graz, Autriche
Allégeance Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand (en 1918)
Flag of Weimar Republic (defence minister 1921).svg République de Weimar (en 1933)
Flag of German Reich (1935–1945).svg Troisième Reich (en 1945)
Arme Flag of German Empire (merchant+cross).svg Reichsheer (en 1918)
Flag of Weimar Republic (war).svg Reichswehr (en 1933)
Flag Schutzstaffel.svg Waffen SS (en 1945)
Grade Brigadeführer
Années de service 1914 – 1945
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Commandement 2e régiment de police
2e brigade SS d'infanterie
8e division SS de cavalerie Florian Geyer
Division SS Galicie
4e division SS Polizei Panzergrenadier Division
Distinctions Croix de chevalier de la Croix de fer

Fritz Freitag , (né le 28 avril 1894 à Allenstein et décédé le 10 mai 1945 à Graz) était un SS-Brigadeführer dans la Waffen-SS durant la Seconde Guerre mondiale.
Il a commandé la 8e division SS de cavalerie Florian Geyer, la 4e division SS Polizei Panzergrenadier Division et la 14e division SS de Waffen Grenadier Galicien.
Il a été récipiendaire de la Croix de chevalier de la Croix de fer ainsi que de la Croix allemande en or.
Il s'est suicidé à la fin de la guerre en mai 1945.

Biographie[modifier | modifier le code]

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Fritz Freitag est né le 28 avril 1894, fils d'un fonctionnaire de chemin de fer. Après avoir passé ses examens de lycée, il a rejoint le 1er Régiment de Grenadier (Prusse orientale)[1],[2].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, Freitag a servi à la fois sur le front de l'Est et le Front de l'Ouest. En 1915, il est chargé comme Leutnant, et pour les trois années suivantes, comme commandant de compagnie, et est blessé à quatre reprises[2].

Entre les deux guerres[modifier | modifier le code]

En 1919, Freitag rejoint le Freikorps et en 1920, le Schutzpolizei[2].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

À l'époque de la Seconde Guerre mondiale, Freitag avait été promu Oberstleutnant dans la Polizei. Au cours de la campagne de Pologne, il est le chef des opérations du 3e régiment de la police et le chef de cabinet du commandant supérieur de police dans le 14e armée[2].

Waffen SS[modifier | modifier le code]

En septembre 1940, Freitag devient membre de la Waffen-SS et il est affecté aux personnels de Heinrich Himmler. Il est ensuite muté à la 1e SS bridage d'infanterie en tant que chef d'équipe et sert sur le front de l'Est dans les opérations de lutte contre les partisans et d'assistance aux Einsatzgruppen pour encercler la population juive dans les territoires occupés[3].
Freitag reçoit son premier commandement régimentaire en décembre 1941, quand il prend le commandement de la 2e SS régiment d'infanterie de Police encore en service sur le front de l'Est. Il est promu SS-Standartenführer pour ses résultats dans le commandement d'un Kampfgruppe pendant les combats de la poche de Volchow[2].
En janvier 1943, il reçoit le commandement temporaire de la 8e division SS de cavalerie Florian Geyer avant d'être remplacé lorsqu'il tombe malade[2].
Quand il revient, il reçoit le commandement de la 2e brigade d'infanterie SS d'avril à août 1943. Du 18 août 1943 au 20 octobre 1943, il est commandant de la 4e division SS Polizei des Waffen SS, puis il reçoit le commandement de la 14e division Waffen Grenadier de la Galice SS (1er ukrainien). Il reçoit la Croix de chevalier de la Croix de fer en septembre 1944[1],[4]. Fritz Freitag se suicide le 10 mai 1945[1],[5].

Promotions grades[modifier | modifier le code]

Décorations notables[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « SS-BRIGADEFÜHRER & GENERALMAJOR DER POLIZEI », Axis Biographical Research (consulté le 2009-03-17)
  2. a, b, c, d, e et f Mitchum, pp 74-75
  3. Hennes, War of Extermination, p.136
  4. (en) Wendal, Marcus, « Knight's Cross Holders of the Waffen-SS », Axis History (consulté le 2009-03-17)
  5. (en) « Allgemeine-SS, Waffen-SS und Polizei casualties in WW II » (consulté le 2009-03-17)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • (en) Mitcham, Samuel W, The German Defeat in the East, 1944-45, Mechanicsburg, Stackpole,‎ 2007, 1e éd. (ISBN 978-0-8117-3371-7)
  • (de) Berger, Florian, Ritterkreuzträger mit Nahkampfspange in Gold, Vienne (Autriche), Florian Berger,‎ 2004, 1e éd., poche (ISBN 978-3-9501307-3-7, OCLC 61386396)
  • Fellgiebel, Walther-Peer, Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945, Friedberg/H, Friedburg, Germany,‎ 1993 (ISBN 978-3-7909-0284-6, LCCN 88400236)
  • (en) Hannes Heer & Klaus Naumann, War of Extermination: The German Military in World War II 1941-1944, New York, Berghahn Books,‎ 2000 (ISBN 978-1-57181-232-2)
  • (de) Scherzer, Veit, Ritterkreuzträger 1939 - 1945 Die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchives, Ranis, Scherzers Miltaer-Verlag,‎ 2007, 2e éd. (ISBN 978-3-938845-17-2)

Sources[modifier | modifier le code]