Discobole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Discobole Lancellotti, copie romaine, vers 120 ap. J.-C., palais Massimo alle Terme

Le Discobole est l’une des plus célèbres statues de l’Antiquité. Généralement attribuée à Myron, sculpteur athénien du Ve siècle av. J.-C., elle représente un athlète en train de lancer le disque. Myron, représentant du premier classicisme, était célèbre pour ses représentations d'athlètes, ce qui explique l’attribution. De plus, elle est mentionnée par Pline l'Ancien dans les Histoires Naturelles, où l'auteur livre la liste des œuvres réalisées par Myron.

Description[modifier | modifier le code]

La statue originale représentant un athlète nu, imberbe, figé alors qu'il prépare le lancé de son disque. La tête est tournée sur le côté. Le mouvement se déploie sur le côté, donnant une composition bidimensionnelle (ce qui est caractéristique du pré-classicisme). La composition est géométrisée, théorique. En effet, le bord des pectoraux est net, la musculature est faite de formes plastiques et théoriques qui se répondent. Le personnage, alors qu'en plein effort, est impassible, le regard serein et sans expression. Les paupières sont lourdes, le nez droit, la bouche charnue et légèrement entrouverte, la mâchoire épaisse, le menton fort. On idéalise son visage pour que son image gagne un aspect intemporel.

Découverte[modifier | modifier le code]

L’original en bronze a été perdu. Seules demeurent des copies en marbre d’époque impériale. La plus célèbre d'entre elles est le Discobole Lancellotti, considérée comme la reproduction la plus fidèle de l'original. L’œuvre fut découverte sur le mont Esquilin au XVIIIe siècle et vendue à la famille Massimo, devenue ensuite Massimo Lancelotti. Réalisée au IIe siècle sous les Antonins, elle figure actuellement dans les collections du palais Massimo alle Terme, branche du Musée national romain, à Rome. Une autre copie connue, exposée dans le même musée, est le Discobole Castelporziano, découverte mutilée (la tête est perdue) dans le village homonyme en 1906, parmi les ruines d’une villa d’époque impériale. Cette copie est plus réaliste dans son traitement des volumes et témoigne des évolutions techniques survenues depuis entre le classicisme grec et la sculpture romaine impériale.

Représentation dans la culture grecque[modifier | modifier le code]

Le mot discobole vient du grec ancien δισκοβόλος / diskobolos, « lanceur de disque ». Le disque grec était un palet de pierre ou de bronze d’environ 20 cm de diamètre. Il pesait plus de 5 kg. Parallèlement au type du discobole, on peut citer celui du discophore : un athlète au repos, tenant simplement le disque à la main.

La statue du discobole figure sur la pièce commémorative de 2 € frappée par la Grèce à l'occasion des jeux olympiques d'Athènes de 2004.

Liens externes[modifier | modifier le code]