Sabazios

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sabazios (Σαβάζιος, « le Frappant, le Tonnant » en grec ancien) est un dieu thrace ou phrygien qui apparaît à Athènes vers le Ve siècle av. J.-C.[1]. Le culte de Sabazios semble être en rapport avec celui de la Magna Mater, la « Grande Mère ». On célèbre en son honneur des mystères privés ; on ne connait rien du rituel avant l'époque impériale, période où, en Italie, il est assimilé à Bacchus ou Jupiter. Son principal attribut est le serpent ; dans les Caractères, Théophraste explique, dépeint la superstition[2] par une personne qui invoque le dieu en trouvant un serpent inoffensif dans sa maison[3],[4],[5].
Son culte, initiatique, comportait une procession au cours de laquelle les fidèles portaient et agitaient un serpent ou une main décorés de références à l'animal[6]. L'initié était dévêtu, et frictionné par le prêtre avec de l’argile et du son.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien Externe[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il est parfois identifié au dieu grec Dionysos
  2. Le mot grec deisdemonia, traduit par superstitieux, a un sens plus clair, se rapprochant du Toc selon Lacan
  3. Ce serpent que mentionne Théophraste, dit « joufflu », est inoffensif
  4. Élien, Histoire des animaux, VIII, 12.
  5. Discours sur la couronne, 260
  6. Aristophane le mentionne, dans une comédie perdue aujourd'hui, dans laquelle Sabazios ainsi que d'autres dieux étrangers sont traînés en justice puis chassés de la cité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :