Messénie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

37° 15′ N 21° 50′ E / 37.25, 21.83 ()

District régional de Messénie
Περιφερειακή ενότητα Μεσσηνίας
Messénie
Administration
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Périphérie Péloponnèse
Chef-lieu Kalamata
Code postal 24x xx
Code d’immatriculation ΚΜ
Code ISO 3166-2 GR-17
Démographie
Population 180 264 hab. (2005)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 37° 10′ N 22° 00′ E / 37.166666666667, 22 ()37° 10′ Nord 22° 00′ Est / 37.166666666667, 22 ()  
Superficie 299 100 ha = 2 991 km2
Rangs / 54 Nomes
Superficie 15e
Population 15e
Densité 19e

La Messénie (en grec ancien Μεσσηνία, translittération moderne : Messinia, ancienne : Messēnía) est une région au sud-ouest de la péninsule du Péloponnèse en Grèce.

Elle constitue un district régional de la périphérie du Péloponnèse, dont la capitale est Kalamata.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géographie physique[modifier | modifier le code]

La Messénie est bordée au nord par le mont Tétrasion (1 389 m), qui la sépare de l'Élide, à l'est par le mont Taygète (1 908 m au pic Élias), qui la sépare de la Laconie, à l'ouest et au sud par la mer Méditerranée, où la péninsule messénienne se termine par le cap Akritas et se prolonge en mer par l'archipel des îles Oinousai ("vineuses") : Sapienza, Schizo et Venétiko. La principale vallée est celle du Pamisos, qui se jette dans le golfe de Messénie, où se situe le port de Kalamata, capitale du pays. Sur la côte ouest de la péninsule messénienne s'ouvre la baie de Pylos, où eut lieu la fameuse bataille de Navarin.

Transport[modifier | modifier le code]

Municipalités[modifier | modifier le code]

Municipalités actuelles
Dèmes (municipalités) Districts municipaux Sièges
4. Ichalia Andania Meligalas
Dorio (en)
Ichalia
Ira (en)
Meligalas (en)
1. Kalamata Aris (en) Kalamata
Arfara (en)
Kalamata
Thouria (en)
2. Magne-Occidental
(Dytiki Mani)
Avia (en) Kardamyli
Lefktro (en)
3. Messène
(Messini)
Aipeia (en) Messène
Androussa (en)
Aristomène (ancien dème)
Ithômé
Messène
Petalidi (en)
Trikorfo (en)
Voufrades (en)
5. Pylos-Nestor Chiliochoria (en) Pylos
Coron
Modon (Méthone)
Nestoras (en)
Papaflessas (en)
Pylos
6. Triphylie Aetos (en) Kyparissia
Avlonas (en)
Gargaliani (en)
Filiatra (en)
Kyparissia
Tripyla (en)

Histoire[modifier | modifier le code]

La Messénie apparaît dans l'histoire au VIIIe siècle av. J.-C. dans des textes de Tyrtée, et de Pausanias, comme un pays dorien, rural et boisé, dont le principal centre (avec forteresse, temple à Zeus et marché) est Ithômé, et que convoite sa voisine Sparte, qui s'en empare au terme de trois guerres (qui s'achèvent en 464 av. J.-C.), réduisant les Messéniens à l'état d'hilotes (serfs) ou de périèques (vassaux). L'aristocratie messénienne doit alors quitter le Péloponnèse et est installée à Naupacte par les Athéniens, tandis que le peuple doit subir la kryptie spartiate et de lourds impôts.

Au cours du IVe siècle av. J.-C., le général thébain Épaminondas libère la Messénie du joug spartiate et lui rend son indépendance : c'est la « première libération » de l'historiographie locale. Une ville, Messène, fut alors fondée en contrebas du mont Ithomé, et la forteresse en constitua désormais l'acropole.

En 146 av. J.-C., la Messénie tombe sous domination romaine avec le reste de la ligue achéenne, et est intégrée en -27 à la province romaine d'Achaïe. En 396 la Messénie est mise à sac par les Goths d'Alaric.

En 610 des Slaves s'installent en Messénie alors byzantine ; ils s'hellénisent et se christianisent au contact des Grecs. Au début du IXe siècle, le pays fait partie du thème byzantin du Péloponnèse, et résiste victorieusement aux raids maritimes des pirates arabes ou normands d'Italie, mais en 1204 les croisés s'en emparent et la majeure partie du pays est alors intégrée à la principauté d'Achaïe, tandis que le sud de la péninsule (avec les ports de Modon et Coron), deviennent vénitiens. La région est l'une des dernières de la principauté à rester sous domination latine mais est reconquise par les Byzantins du despotat de Mistra au début du XVe siècle : c'est la « deuxième libération » de l'historiographie locale.

Les Turcs s'emparent de la Messénie en 1460 (puis des possessions vénitiennes en 1503), perdent le pays en 1699 au profit des Vénitiens, mais le regagnent en 1718 pour encore un siècle, avant de s'en retirer définitivement lors de l'indépendance de la Grèce : c'est la « troisième libération » de l'historiographie locale.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Note[modifier | modifier le code]