Jargon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En sciences du langage, un jargon est un parler propre aux représentants d'une profession ou d'une activité commune se caractérisant par un lexique spécialisé[1]. C'est un sociolecte.

Du XIIIe au XVIIIe siècles, ce mot a été employé dans l'usage commun, entre autres acceptions, pour désigner des langages, jugés secrets ou difficiles à comprendre, de différents groupes de gens vivant plus ou moins en marge de la société (bandits, voleurs, mendiants, merciers ambulants, etc.)[2]. Au XVIIIe siècle, il a peu à peu été supplanté dans cet emploi, sauf dans les écrits portant sur le jargon ancien, par le mot argot qui n'avait pas du tout, au départ, cette signification.

Le jargon a une fonction principalement utilitaire qui vise l'efficacité de l'expression, mais revêt également un caractère identitaire. Le jargon peut être incompréhensible ou difficilement compréhensible pour les non initiés, mais il ne s'est pas développé dans ce but.[réf. nécessaire]

Sa fonction technique[modifier | modifier le code]

Le jargon se développant au sein d'un groupe spécialisé et réuni autour d'une activité commune, il se doit d'abord de mieux décrire les réalités que connaît spécifiquement ce groupe. Il vise l'efficacité de l'expression, mais aussi sa clarté, sa concision, et l'absence d'ambiguïté. Pour une personne extérieure, le vocabulaire de base suffira probablement à décrire une activité, mais dès lors qu'on approfondit le domaine, il devient nécessaire de traduire la complexité des réalités à travers un langage plus précis.

Son caractère identitaire[modifier | modifier le code]

Parallèlement, le jargon resserre le groupe en introduisant une complicité due au langage. Les locuteurs étant les détenteurs de leur propre parler spécialisé (composé de termes largement connotés) permet leur cohésion et leur distinction des étrangers au groupe. Le groupe crée des mots qui reflètent une expérience particulière de la réalité, et en cela le jargon incorpore en lui l'identité et la culture du groupe.

Le jargon revêt aussi une fonction ludique, mais cette caractéristique est moins marquée. Les mots sont largement connotés, ne serait-ce que parce que la création lexicale est motivée par des préférences propres au domaine professionnel. Certaines expressions témoignent clairement de l'humour qui peut faire naître des termes jargonneux. Tout cela permet aux locuteurs de « s'amuser » avec leur langage. Ainsi le jargon parlé dans les entreprises emprunte au vocabulaire professionnel ou financier mais comporte aussi des formules toutes faites, des sigles, des codes, des grammaires originales et des emprunts à l’anglais (ou plus rarement à d'autres langues étrangères) souvent créolisés.

Il faut distinguer le jargon du technolecte, qui partage avec lui sa fonction technique mais n'a pas du tout les caractères identitaires et ludiques du jargon. Le technolecte est un moyen d'exprimer des réalités spécialisées avec une objectivité froide, dénuée de toute connotation. Pour trouver ses mots, le technolecte a recours à la rigueur de la terminologie officielle alors que le jargon crée ses expressions propres.

Le jargon militaire[modifier | modifier le code]

Le jargon politique[modifier | modifier le code]

Le jargon mercatique[modifier | modifier le code]

Peu de secteurs ont aussi intimement associé leur activité à l'emploi d'un jargon que le secteur du marketing – nom anglais de la mercatique. Une conversation de mercaticiens francophones est pétrie de termes authentiquement anglophones (top of mind, co-branding, merchandising) ou simplement anglomorphes, dont les équivalents français sont ostensiblement écartés du lexique de cette corporation.

Le novlangue orwellien[modifier | modifier le code]

LQR, le Langage de la Ve République[modifier | modifier le code]

Exemples de jargons[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé (1971-1994), (jargon)
  2. Voir par exemple les articles Coquillard ou Jargon et jobelin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Le parler des métiers (2003), Pierre Perret, éd. Robert Laffont, ISBN 2221096444 (lexique de mots classés par profession)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :