Chimborazo (volcan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chimborazo.
Chimborazo
Le Chimborazo vu depuis le sud en 2011.
Le Chimborazo vu depuis le sud en 2011.
Géographie
Altitude 6 268 m[1]
Massif Cordillère Occidentale (Andes)
Coordonnées 1° 27′ 50″ S 78° 48′ 54″ O / -1.464, -78.8151° 27′ 50″ Sud 78° 48′ 54″ Ouest / -1.464, -78.815  
Administration
Pays Drapeau de l'Équateur Équateur
Province Chimborazo
Géologie
Âge Paléogène
Type Volcan gris
Activité Endormi
Dernière éruption env. 640
Code 1502-071
Observatoire Instituto Geofísico

Géolocalisation sur la carte : Équateur

(Voir situation sur carte : Équateur)
Chimborazo

Le Chimborazo est un volcan d’Équateur culminant à 6 268 m d’altitude et situé près de Riobamba, à environ 180 km au sud de Quito. C’est le sommet le plus haut des Andes équatoriennes, qui domine une région de 50 000 km2, sa base faisant 20 km de diamètre.

Il est surnommé Taita Chimborazo, c’est-à-dire Papa Chimborazo, la mère étant Mama Tungurahua. Il figure sur les armoiries de l'Équateur.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le mot viendrait de la prononciation en espagnol de chimba razu (en quechua) signifiant « la neige de l'autre versant » ou « glace de l'autre côté »[réf. souhaitée].

Sommet « le plus haut du monde »[modifier | modifier le code]

Le Chimborazo peut être défini comme le plus haut sommet du monde, en le considérant comme le sommet le plus éloigné du centre de la Terre[2]. En effet, la terre a une forme d'ellipsoïde, dont le rayon est environ 21 km plus important à l'équateur qu'aux pôles, et le Chimborazo est proche de cet équateur, plus que les sommets de l'Himalaya. Le sommet du Chimborazo est donc aussi le point de la surface de la terre dont la distance minimale au Soleil au cours d'une année est la plus petite.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le glacier du Chimborazo est la source d'approvisionnement en eau des habitants des cantons de Bolivar et de Chimborazo, tous deux en Équateur. La capitale du canton de Bolivar, Guaranda (25 000 habitants) est approvisionnée par vertientes dans le haut páramo (plateau aride andin au-dessus de 4 000 m) situé à 25 km de la ville. À l'été 2005 l'approvisionnement en eau de la ville a subi plusieurs crises, probablement dues à la rapide disparition de la couverture glaciaire du Chimborazo. Selon des chercheurs français, les haut glaciers andins fondent à une vitesse accélérée et beaucoup devraient disparaître dans les prochaines décennies. C'est pourquoi les villes de Quito, Lima, La Paz et d'autres, dont l'alimentation en eau dépend de ressources glaciaires, devront affronter d'importantes pénuries d'eau dans un avenir proche.

Histoire[modifier | modifier le code]

Charles Marie de La Condamine conduit la première reconnaissance en 1736, durant une campagne pour mesurer la longueur d'un arc de méridien d'un degré à proximité de l'équateur. Il atteint l'altitude de 4 755 mètres d'altitude[3]. Le 23 juin 1802[4], le géographe scientifique allemand Alexander von Humboldt et le botaniste français Aimé Bonpland accompagnés d’un porteur et de Carlos Montufar, tentèrent de gravir ce volcan, qui était alors considéré comme le plus haut sommet du monde[5]. Mais ils durent rebrousser chemin à 5 920 m en raison d’une blessure au pied d’Humbolt et des conditions extrêmes qui épuisèrent le groupe[5]. Les deux scientifiques eurent le temps de mesurer l’altitude et la composition de l’air[5]. Simón Bolívar tente l'ascension en 1822 suivi de Jean-Baptiste Boussingault en 1831[3]. C’est donc à Edward Whymper et aux frères Louis et Jean-Antoine Carrel que revint en 1880 l’honneur d’être les premiers occidentaux à atteindre le sommet. Beaucoup de personnes doutaient de cet exploit et Whymper gravit une nouvelle fois le Chimborazo la même année, en compagnie des Équatoriens David Beltrán et Francisco Campaña.

Il inspira le Libertador Simón Bolívar, qui écrivit un poème sur ce volcan.

Sa dernière éruption date de plus de dix mille ans. De nos jours, il est considéré comme représentant un risque minime d’éruption.

Observations astronomiques[modifier | modifier le code]

Les scientifiques Pierre Bouguer et Charles Marie de La Condamine y firent, entre 1735 et 1744, plusieurs relevés stellaires à deux stations différentes autour de la montagne, s'aidant pour cela, d'un fil à plomb, comme référence. Ils y constatèrent une discrète déviation entre les sites de mesures et avec les valeurs attendues. Ce phénomène fut la première mise en évidence de l'influence gravitationnelle d'une masse rocheuse importante, qui ne fut prouvée qu'en 1774 autour d'une montagne écossaise[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ecuador, Chimborazo/Cotopaxi (copy), Mountain INFO, High Magazine 136, mars 1994
  2. The 'Highest' Spot on Earth ? sur le site de la National Public Radio
  3. a et b Sylvain Jouty et Hubert Odier, Dictionnaire de la montagne, Paris, Place des éditeurs,‎ 2009, 883 p. (ISBN 9782258082205), p. Chimborazo
  4. « Alexander von Humboldt » sur le site de l'Association franco-équatorienne Ñuca-LLacta, Terre des Volcans
  5. a, b et c Philippe Foucault, Le Pêcheur d'Orchidées - Aimé Bonpland (1773-1858), Seghers, 1990, p. 140-141
  6. Fauque D, Une curieuse expérience : l'attraction des montagnes, Les Génies de la Science, no 39, mai- juillet 2009, p. 14-16

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :