Páramo (biotope)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Páramo.
Carte des Páramos (en jaune)
Páramo de Guerrero (Cogua, Colombie)

Le Páramo est un biotope néotropical d'altitude, qu'on trouve dans la Cordillère des Andes, entre la limite des forêts et les neiges éternelles.

Localisation[modifier | modifier le code]

La plupart des páramos se situe dans la partie supérieure du nord de la Cordillère des Andes, à peu près entre 11 ° de latitude nord et 4,5 ° de latitude sud. Ils forment une ceinture discontinue entre la Cordillère de Mérida au Venezuela et la dépression Huancabamba dans le nord du Pérou. Trois zones supplémentaires existent, l'une dans la Sierra de los Cuchumatanes au Guatemala, une autre dans la Cordillère de Talamanca du Costa Rica et du Panama, et un autre dans la Sierra Nevada de Santa Marta en Colombie. Le plus grand páramo du monde est Sumapaz. Il est situé en Colombie à environ 30 km de Bogotá et fait partie du district de la capitale. Un des meilleurs exemples de páramos relativement peu perturbées peut être trouvé à la Station biologique de Guandera dans le nord de l’Équateur.

La superficie totale couverte par le páramo est estimée entre 35000 et 77000 km². Cet écart est principalement dû aux incertitudes quant à la limite inférieure du páramo. La ligne de forêt naturelle est gravement altérée par l'activité humaine (exploitation forestière, brûlage répété, pâturage intensif), ce qui rend la différence entre les prairies naturelles et artificielles difficile à distinguer. Le subpáramo est grandement influencé par l'homme, «probablement en raison de la coupe et du brûlage étendu à l'extrémité supérieure de la limite des arbres", et peut être une formation anthropiques de la forêt montagnarde supérieure dégradée[1].

Des prairies alpines tropicales similaires à la páramo sont abondamment présentes dans d'autres continents, telles que le ceinture afroalpine (en), qui s'étend de l'Éthiopie et de l'Ouganda au Kenya, la Tanzanie et l'Afrique du Sud. On en rencontre dans une moindre mesure en Nouvelle-Guinée et en Indonésie.

Végétation[modifier | modifier le code]

L'isolement et la fragmentation du páramo sur les hauts plateaux andins favorise un haute spéciation et un endémisme

Végétation et brume typiques du Páramo de San José, au Venezuela

exceptionnellement élevé. L'écosystème abrite environ 5000 espèces de plantes différentes. Environ 60 % de ces espèces sont endémiques, adaptées aux conditions physico-chimiques et climatiques spécifiques, telles que la faible pression atmosphérique, l'intense rayonnement ultra-violet, et les effets desséchants du vent. La végétation se compose principalement de touffes d'herbes, de rosettes, d'arbustes nains et de plantes en coussinet et de rosettes géantes remarquables telles que Espeletia et Puya.

Dans certaines régions, un gradient altitudinal de la végétation est clairement présent. Dans le subpáramo, à 2500-3100 m d'altitude, des mosaïques d'arbustes et de petits arbres alternent avec les prairies. De vaste forêts de nuages peuvent se développer à certains endroits, constituées de petits arbres tordus et noueux avec de petites feuilles épaisses notophylles, et de nombreuses épiphytes .

Dans le páramo proprement-dit (3100 - 4100 m), les prairies dominent et des zones avec des espèces ligneuses telles que Polylepis et Gynoxys n'existent que dans des endroits abrités et le long de cours d'eau.

Le superpáramo est une zone étroite à la végétation rare comprise entre le páramo herbeux et la ligne des neiges. Dans tous les ceintures de végétation, des types de végétation azonales (tourbières, marais, végétation aquatique) existent sur terrain plat et perhumide.

Principales familles

Les familles de plantes les plus importantes son les Asteraceae (y compris les frailejones), les Orchidaceae et les Poaceae ou gramineae. L'espèce peut-être la plus largement distribuée, l'herbe Calamagrostis intermedia, appartient à cette dernière famille. D'autres familles importantes sont les Apiaceae, Blecnaceae, Brassicaceae, Bromeliaceae, Campanulaceae, Cyperaceae, Dicranaceae, Dryopteridaceae, Ericaceae, Eriocaulaceae, Escrofulariaceae, Gentianaceae, Haloragaceae, Hypericaceae, Juncaceae, Lentibulariaceae, Lycopodiaceae, Lobeliaceae, Loganiaceae, Melastomataceae, Onagraceae, Plantaginaceae, Rosaceae, Rubiaceae, Solanaceae, Violaceae et les Valerianaceae.

Faune[modifier | modifier le code]

Les animaux présentent eux aussi d'importantes adaptations majeures pour garder leur chaleur comme des couches épaisses et des couleurs foncées. Les adaptations éthologique sont également fréquentes.

Les animaux propres (pas nécessairement exclusivement) au páramo sont les ours de lunettes (Tremarctos ornatus), le loup ou le renard du páramo (Pseudalopex culpaeus), le lapin (Sylvilagus brasiliensis), le chat du páramo (Felis colocolo), le cerf à queue blanche (Odocoileus virginianus), plusieurs espèces de rongeurs, le condor (Vultur gryphus) et plusieurs espèces d'aigles, les mouettes, les canards, les hiboux et les colibris. La grenouille appelée en Équateur "jambato" (Atelopus ignescens ) a été abondante jusqu'à ces dernières années, mais à ce jour complètement éteinte. Le genre de lézards Stenocercus est l'un des rares représentants des reptiles. La faune aquatique est très diversifiée et comprend des poisson-chats (Astroblepus). La faune des invertébrés n'est pas bien connue.

Ecorégions[modifier | modifier le code]

Le Fonds mondial pour la nature a identifié cinq écorégions de páramo distinctes  :

  • Páramo de la Cordillère centrale (sud Équateur et le nord du Pérou) )[2]
  • Páramo de la Cordillère de Mérida( Venezuela) [3]
  • Páramo des Andes septentrionales (Colombie, Équateur)[4], qui comprend le Paramo Sumapaz (Colombie) [5]
  • Páramo du Santa Marta Páramo (Colombie) [6]
  • Páramo du Costa Rica ou páramo Talamanca (Costa Rica, Panama)

Intérêt socio-économique et perspectives[modifier | modifier le code]

Ulluques (Ullucus tuberosus), une culture typique des páramos.

Malgré l'éloignement et le climat froid et humide, l'activité humaine dans le páramo n'est pas rare. La présence humaine dans les Hautes Andes date de l'époque préhistorique, mais se limite principalement au pâturage extensif du bétail laissé en liberté.

Les habitants ont utilisé l'écosystème pour l'eau, la nourriture, la médecine, le bois de chauffage, les matériaux de construction, etc. Plusieurs tubercules andins ou des légumes-racines comme l'ulluque (Ullucus tuberosus), l'oca du Pérou (Oxalis tuberosa) et la capucine tubéreuse (Tropaeolum tuberosum) sont typiques de la partie supérieure de la cordillère des Andes.

Les montagnes et les lacs ont été au cœur de la religion andine. L'époque de la conquête coloniale a vu une détérioration de l'écosystème par les espèces exotiques, comme les moutons, chevaux et vaches. Aujourd'hui, les landes sont pour la plupart habitées et utilisées directement par les populations rurales et / ou indigènes, largement marginalisés et dans un état d'extrême pauvreté. Ces personnes, qui constituent une véritable culture de la lande (lui-même écosystème diversifié long) qui sont en danger d'extinction, y ont vécu dans de nombreux cas depuis des générations, mais le plus grand impact de ces dernières décennies a été la distribution inégale des terres, qui oblige ces personnes à faire reculer la frontière agricole, brûlant la paille, à amener leurs troupeaux sur les collines et à utiliser le bois comme bois de chauffage. Des plantations ont également été effectuées, parfois à l'échelle industrielle, d'espèces exotiques ligneuses, en particulier le pin de Monterey (Pinus radiata), qui ont une incidence négative sur les écosystèmes et la diversité des sols. Dans certains endroits, l'impact de l'exploitation minière est également très grave.

Toutefois, le páramo fournit toute une gamme de services environnementaux. Les plus importants sont le stockage du Carbone Organique Total (en) et l'approvisionnement en eau. Les rivières descendant du páramo sont caractérisées par un débit de base élevé et soutenu. Compte tenu des difficultés à extraire les eaux souterraines, l'eau de surface du páramo est intensivement utilisée pour la consommation, l'irrigation et l'hydroélectricité. Il n'est pas exagéré de dire que les grandes villes, y compris des Mérida, Bogota, Quito et Cajamarca, dépendent fondamentalement de la santé de cet écosystème.

L'érosion éolienne et le surpâturage dans les páramos sablonneux des pentes du Chimborazo, Équateur.

Le réchauffement de la planète affecte également l'écosystème de deux façons: d'abord, la fonte des glaciers qui affecte le stockage et la distribution d'eau, d'autre part, les caractéristiques des sols dépendent du maintien d'une température basse. Une élévation de la température signifie que les sols perdent leur structure particulière et leur capacité de rétention de l'eau.

Cependant, le manque de sensibilisation et le manque de politiques de conservation intégrée des écosystèmes ont fait cela et d'autres services environnementaux, comme le stockage du carbone dans le sol et le paysage, sont dégradés. Il y a des efforts qui visent à établir une bonne gestion de l'écosystème sur place, en essayant de générer des alternatives économiques pour les populations du páramo et ex situ, à travers la création de politique de sensibilisation et de prise de conscience des élites et de la population. L'intensification de la culture dans les vallées et la protection des sources d'eau dans les hautes terres, avec l'introduction des troupeaux de camélidés andins (qui touchent moins que les espèces exotiques) sont des remèdes à prendre dans le cadre des plans de gestion qui sont conçus pour des sites différents du páramo .

Cependant, une conservation efficace et humaine ne pourra être atteint qu'avec des changements structurels sur le plan politique, éducatif et social.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Páramo » (voir la liste des auteurs)

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Páramo (ecosistema) » (voir la liste des auteurs)

  1. David L. Lentz, Imperfect balance: landscape transformations in the Precolumbian Americas, New York, Columbia University Press,‎ 2000, 291 p. (ISBN 0-231-11157-6)
  2. Worldwildlife.org
  3. Worldwildlife.org
  4. worldwildlife.org
  5. Bogota.gov.co
  6. Worldwildlife.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) R. Hofstede, P. Segarra et P. V. Mena, Los Páramos del Mundo, Quito, Global Peatland Initiative/NC-IUCN/EcoCiencia,‎ 2003, 299 p.
  • (en) James L. Luteyn, Páramos: A Checklist of Plant Diversity, Geographical Distribution, and Botanical Literature, New York, The New York Botanical Garden Press,‎ 1999, 278 p.
  • (es) M. Kappelle et S.P. Horn, Páramos de Costa Rica, Santo Domingo, Insitituto Nacional de Biodiversidad,‎ 2005
  • (en) H. Balslev et J. Luteyn, Páramo: An Andean Ecosysten under Human Influence, Londres, Academic Press,‎ 1992
  • (es) Bernal, F. O. Sánchez et A. Zapatta, Manejo de Páramos y Zonas de Altura, Quito, CAMAREN-IEDECA,‎ 2000
  • (en) C. Troll, Geoecology of Mountainous Regions of Tropical America, Bonn,‎ 1968
  • (es) Ernesto Guhl Nimtz, Los páramos circundantes de la Sabana de Bogotá, Bogotá, Jardín Botánico José Celestino Mutis et Financiera Eléctrica Nacional,‎ 1982
  • (en) O. Hedberg, Features of Afroalpine Plant Ecology,‎ 1964
  • (en) P. Royen, Alpine Flora of New Guinea, Vaduz, Cramer Verlag
  • (es) D. Malagón et C. Pulido, Suelos del Páramo Colombiano, Bogotá, Universidad Nacional de Colombia,‎ 2000
  • (es) P. Mena Vásconez, G. Medina et R. Hofstede, Los Páramos del Ecuador, Quito, Abya Yala/Proyecto Páramo,‎ 2001
  • (es) M. Monasterio, Estudios Ecológicos de los Páramos Andinos, Mérida, Universidad de los Andes
  • (es) J. Mostacero, F. Mejía, W. Zelada et C. Medina, Biogeografía del Perú, Lima, Edit. Del Pacífico,‎ 2007
  • (es) O. Rangel, La región paramuna y franja aledaña en Colombia, Bogotá, Universidad Nacional de Colombia,‎ 2000

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :