Château du Haut-Ribeaupierre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château du Haut-Ribeaupierre
Image illustrative de l'article Château du Haut-Ribeaupierre
Donjon circulaire du Haut-Ribeaupierre où fut enfermé le chevalier anglais John Harleston
Période ou style Médiéval
Type Château-Fort
Début construction XIe siècle
Protection Logo monument historique Classé MH (1841, ruines)
Logo monument historique Classé MH (1841, ruines)
Coordonnées 48° 12′ 23″ N 7° 18′ 20″ E / 48.20625, 7.3054548° 12′ 23″ Nord 7° 18′ 20″ Est / 48.20625, 7.30545  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Haute-Alsace
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Commune Ribeauvillé

Géolocalisation sur la carte : Alsace

(Voir situation sur carte : Alsace)
Château du Haut-Ribeaupierre

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château du Haut-Ribeaupierre

Le château du Haut-Ribeaupierre (Hohrappolstein) est l'un des trois châteaux (avec le Girsberg et le Saint-Ulrich) qui dominent la commune de Ribeauvillé, dans le Haut-Rhin. Situé à 642 m d'altitude, il domine les deux autres. L'ensemble des trois châteaux fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis octobre 1841[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue sur le château du Haut-Ribeaupierre (642 m d'altitude) et le village de Ribeauvillé depuis le rocher de la Paix d'Udine (Taennchel) située à 902 m

Le château du Haut-Ribeaupierre est le plus ancien château des Ribeaupierre puisque son existence est signalée dès 1084. On doit probablement son origine aux comtes d'Eguisheim, propriétaires primitifs de la terre des Ribeaupierre.

Il aurait été construit sur un ancien site romain. Connu sous le nom de Altenkastel, c'est Anselme de Ribeaupierre qui prend possession de ce château vers 1288. Au XIIIe siècle il figure sous le nom de Vieux-Château. Ce château a reçu la visite de l'empereur Rodolphe de Habsbourg en 1280 et 1284, puis à nouveau en 1286 pour un siège au cours duquel fut signé un traité important passé entre le roi de France Charles VII et le sire de Ribeaupierre[3]. Par ce traité, ce dernier s'engagea à tenir toujours le fort ouvert aux forces des rois de France. Vers 1368, Brunon de Ribeaupierre devient propriétaire du château. Vouant une haine féroce aux Anglais, il enferme dans son donjon le chevalier John Harleston de 1384 à 1387 qui avait eu le malheur de parader dans la région avec un sauf-conduit impérial. Il ne sera libéré que contre une forte rançon et à la suite de fortes pressions de l'empire. À la fin du XIIIe siècle il devint une résidence des Ribeaupierre. Un autre prisonnier de marque sera enfermé dans le donjon du Haut-Ribeaupierre en 1477. Il s'agit de Philippe Ier de Croÿ (1435-1511), comte de Chinay, allié de Charles le Téméraire fait prisonnier par un Ribeaupierre à Nancy.

Architecture[modifier | modifier le code]

Ce château est aujourd'hui complètement ruiné et cerné par une importante végétation. Il fait actuellement l'objet de consolidations.

Bibliographie restreinte[modifier | modifier le code]

  • Baquol: L'Alsace ancienne et moderne. Dictionnaire topographique, historique et statistique du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, 1865
  • Braun, Jean : Circuit des châteaux forts d'Alsace - Ingersheim : éd. SAEP, 1978 - collection Delta 2000.
  • Carmona, Christophe & Trendel, Guy : Les Châteaux autour de Ribeauvillé et Ricquewihr - Sarreguemines : éd. Pierron, 2001 - collection Les Châteaux des Vosges : histoire, architecture, légendes no 7.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. « Notice no PA00085585 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. L'Alsace ancienne et moderne, p. 420

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :