Cervo (torrent)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cervo
le Cervo à Biella
le Cervo à Biella
le Cervo dans le bassin du Pô
le Cervo dans le bassin du
Caractéristiques
Longueur 65,5 km
Bassin 1 024 km2
Bassin collecteur
Débit moyen 21,9 m3/s (Foce)
Cours
Source Lac de la Vieille
· Localisation province de Biella
· Altitude 1 868 m
· Coordonnées 45° 21′ 24″ N 7° 54′ 53″ E / 45.35667, 7.91472 (Source - Cervo)  
Embouchure Sesia
· Localisation près de Caresanablot, Piémont, Province de Verceil, Italie
· Altitude 0 m
· Coordonnées 45° 22′ 00″ N 8° 24′ 24″ E / 45.36667, 8.40667 (Embouchure - Cervo)  
Géographie
Pays traversés Drapeau de l'Italie Italie
Régions traversées Piémont Piémont

Le Cervo (en piémontais Sarv ou Serv) est un torrent du Piémont long d'environ 65 kilomètres, principal tributaire de la Sesia. Il traverse les provinces de Biella et de Verceil. Le périmètre de son bassin est de 152 kilomètres[1] et le tronçon montagneux du torrent baigne la Comunità Montana Valle Cervo.

Géographie[modifier | modifier le code]

Parcours[modifier | modifier le code]

Source du Cervo au Lac de la Vieille.

Le torrent naît dans les Alpes bielloises dans les eaux du Lac de la Vieille et poursuit sa course, baignant de nombreuses communes de la vallée homonyme. Sur ce tronçon, le torrent reçoit l'eau de modestes affluents tels que la Mologna, l'Irogna, la Chiobbia, le Lu Rialet, la Bruma et la Nelva. À proximité des confins entre Tollegno et Biella se jette depuis la rive droite le torrent Oropa. Le Cervo traverse ensuite la partie est du chef-lieu à la hauteur du quartier de Chiavazza. Ici la vallée s'élargit de telle manière que le torrent ralentit sa course et dévie dans le même temps son orientation vers l'est. Rejoint aux environs de la ville de Cossato, le torrent reçoit les eaux de la Strona di Mosso, provenant de la rive gauche.

La zone des canyons de sable.

Dans la zone de la confluence, l'érosion a creusé des formations caractéristiques ressemblant à des canyons de sable dans le sable compact et rougeâtre traversé par le lit des deux torrents. Ces dépôts de sable sont ensuite creusés en divers endroits par l'action érosive des cailloux transportés par le courant qui produit des tas de sable, proche du mécanisme de formation des tas de sable présent dans les torrents de montagne[2].

Pont sur le Cervo près de Piedicavallo.

En traversant ensuite Castelletto Cervo, il reçoit l'apport hydrique de l'Ostola et pénètre dans la plaine vercellienne et dans la province homonyme récupérant au passage peu après les eaux du Guarabione. Dans cette zone, le cours du Cervo se dirige dans la direction du Sud-Est, une orientation qu'il conservera jusqu'à sa confluence avec la Sesia. Dans le territoire vercellien, le torrent s'enrichit considérablement par la contribution de nombreux cours d'eaux et canaux mineurs, il est en ces lieux creusé par le Canal Cavour et par l'Autoroute A4. Près de Collobiano, le torrent s'enrichit d'apports hydriques plus importants : sur sa rive gauche, les torrents Rovasenda et Marchiazza et surtout sur sa rive droite, l'Elvo, son principal affluent, si bien que sa portée dans ce tronçon dépasse celle de nombreux fleuves italiens. Enfin se poursuit paresseusement le chemin du torrent vers la confluence avec la Sesia, à laquelle il fournit une importante contribution hydrique, confluence qui se situe à 132 mètres d'altitude entre les communes de Caresanablot et de Vercelli[1].

Principaux affluents[modifier | modifier le code]

Sur la rive droite :

Sur la rive gauche :

  • Irogna : prend sa source entre le Mont Cresto et le Mont Pietra Bianca et conflue au Cervo 1 km à l'ouest de Piedicavallo.
  • Pragnetta : prend sa source au nord de la Punta Gran Gabe et, après avoir baigné le Vallon de la Gragliasca, se jette dans le Cervo à Rosazza
  • Oropa, 13,5 km
  • Roggia Drumma et Roggia Ottina : récoltent les eaux provenant des barrages de Candelo et de Benna puis descendent en direction du sud-est. Dans la commune de Buronzo, ces deux cours d'eau s'unissent alors et peu après confluent au Cervo.
  • Elvo[1], 58,5 km

Histoire[modifier | modifier le code]

Malgré la notable platitude près de la Foce (c.ca 22 m3⋅s-1), le Cervo est un cours d'eau à régime typiquement torrentiel créant de nombreuses crues tardives au printemps (causées par la fonte des neiges sur les Alpes bielloises) et surtout automnales, dues à la pluie, qui peuvent causer bon nombre de dommages, comme ce fut le cas en 1968 et en 2002. En été il est par contre plutôt calme, s'asséchant même par endroits à cause de l'importante exploitation de ses eaux.

Environnement[modifier | modifier le code]

Le Cervo depuis le pont de Quinto Vercellese.

La composition de la faune du Cervo est plutôt mince. Ceci semble s'expliquer par la théorie selon laquelle les diverses activités antropiques telles que prélèvements hydriques et altérations biochimiques des eaux auraient empêcher la faune de s'implanter durablement. Dans les tronçons montagneux du torrent près de Biella, on a cependant recensé des populations de Salmo trutta fario tandis que dans la vallée le torrent est peuplé principalement de vairons, d'alborelles et de chevesnes. Le statut environnemental de ses eaux (indice SACA) a été classifié en 2002 par le Piémont comme « bon » jusqu'à Passobreve (Sagliano Micca) et comme « suffisant » de Biella à sa confluence avec la Sesia. Cette différence qualitative des eaux est due aux impacts antropiques rappelés plus haut[1]. Le Cervo est classé comme cours d'eau de catégorie « A » (de par la présence dans ses eaux de salmonidae) de sa source jusqu'à Biella (Haute Vallée du Cervo) et de catégorie « B » (de par la présence dans ses eaux de cyprinidae) pour son parcours dans la vallée vercellienne.

Débit moyen[modifier | modifier le code]

Débit moyen mensuel (en m3)
Station hydrologique : confluenza Sesia
(1951-1991)

Source : AA.VV., Piano di tutela della acque - Allegato tecnico II.h/1 Bilancio delle disponibilita' idriche naturali e valutazione dell'incidenza dei prelievi - Bilancio idrologico - Rapporto tecnico; tabella 8, pag. 28; juillet 2004; Regione Piemonte (consulté dans le décembre 2011)

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Plan de tutelle des eaux (AI 18 - Cervo); Piémont - Direction de Planification des Ressources Hydriques - 2007 (en ligne au format .pdf)
  2. (it) Page sur les canyons et les tas de sable