Scrivia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

45° 03′ N 8° 54′ E / 45.05, 8.9 ()

La Scrivia
La Scrivia
La Scrivia
Caractéristiques
Longueur 88 km
Bassin 600 km2
Bassin collecteur le
Débit moyen 23 m3/s
Régime Torrentiel
Cours
Source Torriglia (GE)
· Altitude 1 300 m
Confluence le
· Localisation Cornale (PV)
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Brevenna, Camiasca, Busalletta, Traversa, Borlasca
· Rive droite Laccio, Pentema, Laitona, Seminella, San Rocco, Vobbia, Spinti, Borbera, Ossona, Grue
Pays traversés Provinces Gênes, Alexandie, Pavie Drapeau de l'Italie Italie
Régions traversées Flag of Liguria.svg Ligurie / Flag of Piedmont.svg Piémont
Flag of Lombardy.svg Lombardie
Principales villes Torriglia, Montoggio, Casella, Savignone, Busalla, Ronco Scrivia, Isola del Cantone, Arquata Scrivia, Vignole Borbera, Serravalle Scrivia, Novi Ligure, Cassano Spinola, Villalvernia, Tortona, Castelnuovo Scrivia, Molino dei Torti, Cornale

La Scrivia est une rivière du nord de l'Italie, affluent de droite du , qui traverse la Ligurie, le Piémont et la Lombardie.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Elle est dénommée Scrèivia en langue ligurienne, Scrivia en piémontais et anciennement appelée Olubria par les Romains.

Parcours[modifier | modifier le code]

Naît en Ligure dans la province de Gênes de la confluence près de Montoggio (GE) des torrents Laccio et Pentema, provenant du mont Prelà (Apennin ligure) parcourant un trajet d’environ 88 km. Si l’on considère que le bras principal du torrent Laccio, la longueur totale du Scrivia jusqu’à son embouchure deviendrait à 112 km.

Depuis la confluence d’avec ces torrents, le Scrivia s’écoule dans un lit encaissé en direction nord-ouest jusqu’à la commune de Montoggio (GE) où il reçoit de droite le torrent Laitona. A Casella (GE) il reçoit un important affluent en le torrent Brevenna, puis s’élargit en formant un ample conoïde alluvionnaire et, vers la commune de Savignone reçoit le torrent Camiasca de sa gauche.

Dans la commune de Busalla (GE) il reçoit respectivement à droite le torrent Seminella et de gauche le Busalletta, de là, il oblique vers le nord pour rejoindre la commune de Ronco Scrivia (GE), où vers le hameau de Borgo Fornari, il reçoit de gauche le torrent Traversa et de droite le torrent San Rocco, poursuivant son cours dans un profond ravin.

Sur ce parcours il baigne quelques hameaux et le centre de Isola del Cantone (GE) recevant de droite le torrent Vobbia et de gauche le torrent Borlasca. De là il courre de nouveau dans un goulet jusque sur les environs du hameau de Pietrabissara (GE) où il entre en territoire piémontais.

Formant un vaste conoïde alluvionnaire, il baigne la commune de Arquata Scrivia (AL) recevant de droite le torrent Spinti et plus en aval, son principal affluent, le torrent Borbera qui redouble le débit d’eau. De là, la vallée se rétrécit dans la traversée de Serravalle Scrivia (AL) après quoi, sort de son parcours fangeux ralentissant sa course en longeant à sa droite les pieds des cols de la région Tortonese (bas Piémont).

Dans la commune de Cassano Spinola (AL), le lit du torrent s’élargit énormément, au point de rejoindre le km d’amplitude avec de nombreux bras secondaires. Sur ce tracé le torrent ne reçoit que quelques torrents de peu d’importance comme le Castellania-Bruto, provenant des cols Tortoneses. Après avoir baigné la cité de Tortona (AL) et avoir reçu de droite le petit torrent Ossona, le fleuve entre en plaine approfondissant son propre lit.

A Castelnuovo Scrivia (AL) reçoit de sa droite son dernier affluent, le torrent Grue, petit cours d’eau sérieusement pollué. Ensuite, avec son caractère de fleuve de plaine, il baigne Alzano Scrivia (AL) et Molino dei Torti (AL), entrant en Lombardie près de Cornale (PV) pour se jeter sur la droite du

Caractéristiques hydrologiques[modifier | modifier le code]

Le débit moyen annuel du Scrivia près de son embouchure est d’environ 23 m3/s. Le régime est nettement torrentiel avec des crues parfois désastreuses en automne (celle de 1968 rejoignit un maximum historique de plus de 2 000 m3/s et celle d’automne 2002 qui emporta un pont entre Arquata Scrivia et Vignole Borbera, rouvert seulement en 2005). Le régime est presque totalement à sec en été, surtout sur le tronçon entre Cassano Spinola et Casei Gerola où il peut rester tari pour plusieurs mois.

L’accentuation de cette caractéristique est due au temps d'afflouage (ou d’afflouement) essentiellement bref en cas de fortes pluies en amont : les ondes de crue de la Scrivia peuvent être particulièrement tumultueuses et dévastatrices même si elles sont brèves. C’est pour ces caractéristique qu’il est classifié en torrent malgré des dimensions majeures, généralement pas attribuées à un torrent.

Débit moyen[modifier | modifier le code]

Débit moyen mensuel (en m3)
Station hydrologique : point de confluence avec le
(1951 - 1991)

Source : AA.VV., Piano di tutela della acque - Allegato tecnico II.h/1 Bilancio delle disponibilita' idriche naturali e valutazione dell'incidenza dei prelievi - Bilancio idrologico - Rapporto tecnico; tabella 8, pag. 28; juillet 2004; Regione Piemonte (consulté dans le décembre 2011)

Faune[modifier | modifier le code]

Les espèces piscicoles les plus courantes dans le fleuve sont : le chevesne, le Padogobius bonelli, le Barbeau, la Chondrostoma soetta, la Chondrostoma genei et sur son tracé supérieur, la truite fario, truite arc-en-ciel, l’omble chevalier et le vairon.

La vallee de la Scrivia est une des routes migratoires préférées par les volatiles qui, partent d’Afrique pour rejoindre le ord de l’Europe.

Parmi les espèces d’oiseaux locaux sont à signaler : le nitticore, l’aigrette garzette, le héron cendré, le rarissime butor étoilé et l’échasse blanche. Dans les zones humides recouvertes de cannes et joncs sont : le canard colvert, le canard souchet et le fuligule morillon. Sur le tracé où la végétation se fait plus rare on peut observer l’alouette des champs, le guêpier d'Europe et le cochevis huppé, alors que les arbres hébergent le rossignol philomèle, la fauvette à tête noire, la fauvette grisette, l’upupa, le geai des chênes, le picidae et le martin-pêcheur dont la population s’accroît.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]