Catherine Visconti (1360-1404)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Visconti et Catherine Visconti.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres des familles, voir : Famille Visconti.

Catherine Visconti, en italien Caterina Visconti, née à Milan vers 1360[1] et morte à Monza le 17 octobre 1404, est une noble italienne qui fut l'épouse du duc de Milan, son cousin Jean Galéas Visconti.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle était la fille de Barnabé Visconti (1319-1355), co-seigneur de Milan, et de Béatrice Reine della Scala (1331-1384), elle-même fille de Mastino II della Scala, seigneur de Vérone et Vicence, et de Taddea son épouse.

En 1378, alors qu'elle a 18 ans, son père prévoit, à l'instigation de son condottiere anglais John Hawkwood[2], de lui faire épouser le roi d'Angleterre Richard II, lui-même âgé de onze ans, mais abandonne l'idée l'année suivante[3].

Le mari de Catherine sera son cousin Jean Galéas, le fils de Galéas II, frère aîné[4] de Barnabé, et de Blanche de Savoie.

Le mariage a lieu le 2 octobre 1380. Catherine a 20 ans. Jean Galéas, quant à lui, a 29 ans, est veuf depuis 1372 d'Isabelle de Valois, il a deux enfants[5], Azzone né en 1368, et Valentine née entre 1368 et 1371, et est quasiment inféodé à son oncle Barnabé qui le tient sous sa coupe depuis le décès de son père Galéas II auquel il est censé avoir succédé.
Le jour du mariage[6], Azzone décède et, malgré les récriminations de la cour qui demande le report des festivités, Barnabé impose sa volonté de voir le mariage se célébrer, accroissant ainsi la haine et la rancœur de Jean Galéas et d'un certain nombre de nobles à son égard.

Le Catello Visconteo de Pavie

Catherine séjourne à Pavie, dans le château, le castello Visconteo, que fit construire, entre 1360 et 1362, Galéas II dans son séjour préféré, et se chargea de l'éducation de sa belle-fille Valentine qui restera liée avec elle.

À l'étroit entre ses devoirs de fille et d'épouse, elle assiste, plutôt impuissante, aux échanges acerbes entre Barnabé et Jean Galéas qui se montre de plus en plus rétif à la tyrannie de son oncle. Lorsque, en mai 1385, sonne l'heure pour Jean Galéas de se libérer de son joug, Catherine est tenue à l'écart de la conjuration que son mari prépare avec sa mère Blanche de Savoie, Jacopo dal Verme, Ottone di Mandello et Giovanni Malaspina. Le coup d'État réussit, Barnabé est emprisonné et lorsqu'il meurt six mois plus tard, la famille de Jean Galeéas est partie à Plaisance et Catherine n'assistera même pas aux funérailles officielles de son père.

Après une grossesse avortée au cours de laquelle elle manque de perdre la vie, elle s'engage auprès de la Vierge à prénommer Marie les prochains enfants qui lui viendront. En septembre 1388, un premier enfant, Jean Marie naît. En janvier 1390, une nouvelle grossesse difficile, qui échouera, l'amène à faire le vœu testamentaire de faire construire une chartreuse aux abords de Pavie. En septembre 1392, la naissance de Philippe Marie a lieu.

La Certosa de Pavie

En 1393, pour honorer le vœu de son épouse, Jean Galéas décide la construction de ladite chartreuse, la Chartreuse de Pavie, dont la première pierre sera posée, à quelque huit kilomètres au nord de Pavie[7], en août 1396, en présence des deux héritiers.

Le 11 mai 1395, l'empereur Venceslas Ier élève Jean Galéas au titre de duc. Mais Catherine est absente de la cérémonie officielle comme lors de l'inauguration de la chartreuse. Elle se fait quasiment invisible.

Il faut dire que ses enfants la préoccupent, surtout Philippe Marie dont la santé est fragile. Elle fuit également les dépenses fastueuses de son mari pour sa bibliothèque et sa grande collection de reliques sacrées.

Elle ne réapparaîtra seulement qu'après le décès de son époux survenu le 3 septembre 1402. L'aîné de ses garçons a à peine treize ans et nécessite la présence de sa mère qui devient régente du duché. Jean Galéa lui a légué 1000 000 florins, la tutelle des enfants et la seule signature des actes qui seront décidés par le Conseil de la cité.

En peu de temps le duché se désintègre. Au milieu des affrontements entre factions rivales, menées par des capitaines de fortune et des mercenaires, un homme sans scrupules émerge, Facino Cane. Celui-ci réussit, en s'appuyant sur le caractère sanguinaire de Jean Marie à instiller en lui un sentiment de suspicion à l'égard de la régente. Catherine est emprisonnée le 18 août 1404 au château de Monza, où elle meurt deux mois plus tard, le 17 octobre, soit empoisonnée soit victime de la peste qui ravageait l'Europe entière.

Elle eut droit à des funérailles officielles mais son corps fut abandonné à Monza.

Descendance[modifier | modifier le code]

De son union avec Jean Galéas, naquirent deux enfants :

  • Jean Marie (1388-1412) qui succèdera à son père en 1402
  • Philippe Marie (1392-1447) qui sera comte de Pavie en 1402 et succèdera à son frère en 1412.

Ascendance[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
8. Mathieu Ier Visconti
 
 
 
 
 
 
 
4. Étienne Visconti
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
9. Bonacosa Borri
 
 
 
 
 
 
 
2. Barnabé Visconti
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
10.
 
 
 
 
 
 
 
5. Valentine Doria
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
11.
 
 
 
 
 
 
 
1. Catherine Visconti
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
12. Alboino Ier della Scala
 
 
 
 
 
 
 
6. Mastino II della Scala
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
13.
 
 
 
 
 
 
 
3. Béatrice della Scala
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
14. Jacopo Ier de Carrare
 
 
 
 
 
 
 
7. Taddea de Carrare
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
15. Élisabeth Gradenigo
 
 
 
 
 
 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La date de naissance de Catherine, fille de Barnabé, est imprécise. Par exemple, Storia di Milano dit, pour la fin de l'année 1360 : Data probabile di nascita di Caterina, figlia legittima di Bernabò Visconti e futura moglie di Gian Galeazzo. (Date probable de naissance de Caterine, fille légitime de Barnabé Visconti et future femme de Jean Galéas.) et Cilia La Corte dit : Born: Abt 1361, Milano (née: vers 1361, Milan).
  2. John Hawkwood est également le gendre de Barnabé, le condottière ayant épousé, en 1377, Donnina, la fille naturelle de Barnabé qui lui est née de Montanina de Lazzari.
  3. Il semblerait que les préparatifs de l'union aient été fort avancés, Geoffrey Chaucer ayant déjà composé le poème La Maison de la renommée pour la circonstance (voir (en)The House of Fame sur Wikisource).
  4. En réalité, des trois frères co-seigneurs de Milan, Galéas II est le cadet et Barnabé le benjamin, le véritable aîné, Mathieu II, étant décédé en 1355.
  5. Pour mémoire, Jean Galéas et Isabelle de Valois ont eu deux autres enfants, le premier, Jean Galéas, né en 1366, est mort en 1373 et le quatrième, Carlo, né en 1372, est mort bébé, sa naissance ayant entraîné la mort d'Isabelle.
  6. (it) Maria Grazia Tolfo & Paolo Colussi, « Azzone di Gian Galeazzo », sur http://www.storiadimilano.it/,‎ 2003 (consulté le 2 mai 2007)
  7. La chartreuse a donné son nom à la commune où elle a été construite, Certosa di Pavia.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]