Jean Marie Visconti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Visconti.
Jean Marie Visconti
Philippe Marie Visconti, gravure du XIXe siècle
Philippe Marie Visconti, gravure du XIXe siècle

Titre Duc de Milan
(3 septembre 140216 mai 1412)
Prédécesseur Jean Galéas Visconti
Successeur Philippe Marie Visconti
Biographie
Dynastie Visconti
Naissance 7 septembre 1388
Abbiategrasso
Décès 16 mai 1412
Milan
Père Jean Galéas Visconti
Mère Catherine Visconti
Conjoint Antonia Malatesta
Enfants aucun

Jean Marie Visconti, en italien Giovanni Maria Visconti, (né le 7 septembre 1388 à Abbiategrasso[1] (duché de Milan) et mort le 16 mai 1412 à Milan) est un noble du début du XVe siècle, qui fut le 2e duc de Milan en 1402.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Marie Visconti était le fils de Jean Galéas Visconti et de Catherine Visconti, elle-même fille de Barnabé Visconti. Il eut pour frère Philippe Marie qui lui succéda.

Il avait à peine treize ans à la mort de son père et sa mère assuma la régence de son duché. En peu de temps, le duché se désintégra. Au milieu des affrontements entre factions rivales, menées par des capitaines de fortune et des mercenaires, un homme sans scrupules émergea, Facino Cane. Celui-ci réussit, en s'appuyant sur le caractère sanguinaire de Jean Marie, à instiller en lui un sentiment de suspicion à l'égard de la régente. Catherine fut emprisonnée en 1404 à Monza, où elle mourut peu après, probablement empoisonnée ou peut-être victime de la peste.

En 1408, il épousa Antonia, fille de Charles Ier Malatesta, seigneur de Rimini, et d'Élisabeth de Mantoue[2] mais ils n'eurent pas de postérité.

Jean Marie se rendit célèbre par ses chiens, mâtins qu'il avait dressés à dévorer des hommes vivants. On dit que, lorsqu'en mai 1409, alors que la ville était encore en guerre, le peuple affamé criait sur son passage « Paix ! Paix ! », il déchaîna sur lui sa soldatesque qui massacra deux cents personnes ; à la suite de cela, il interdit, sous peine de pendaison, que soient prononcés les mots paix et guerre et obligea même les ecclésiastiques à dire, pendant la messe : « dona nobis tranquillitatem » à la place de pacem.

Quelques conjurés profitèrent de la période où Facino Cane, le plus grand condottiere du duché, gisait gravement blessé à Pavie pour assassiner Jean Marie devant l'église San Gottardo in Corte de Milan, le 16 mai 1412.

Facino Cane mourant fit jurer, le jour même, à ses officiers de soutenir l'héritier de Jean Marie, Philippe Marie, et il proposa de plus, que sa femme, Béatrice de Tende, épouse le nouveau duc après sa mort, ce qui eut effectivement lieu peu après.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon le site « Italy world club », la basilique Santa Maria Nuova d'Abbiategrasso, a été construite en 1388 pour la naissance dans la ville de Giovanni Maria fils de Gian Galeazzo Visconti
  2. Élisabeth de Mantoue (NC-1432) était la sœur de François Ier Gonzague (1366-1407), seigneur de Mantoue, qui épousa Agnès (ca 1362-1391), une des filles de Barnabé Visconti, la fit décapiter en 1391 et épousa, en 1393, Margherita Malatesta (NC-1399), sœur de Charles Ier Malatesta. Parallèlement à la double alliance entre les familles Gonzague et Malatesta, la famille Gonzague renoue ainsi avec la famille Visconti après l'épisode sanglant d'Agnès.

Voir aussi[modifier | modifier le code]