Auxiliary Territorial Service

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
"White statue of a woman in uniform, with a chapel in the background."
Un mémorial de l'ATS au National Memorial Arboretum.

L'Auxiliary Territorial Service (ATS ; prononcé comme un acronyme) était la branche féminine de la British Army au cours de la Seconde Guerre mondiale. Elle a été formée le 9 septembre 1938, originellement comme un service de femmes volontaires, et a existé jusqu'au 1er février 1949, quand elle a été fusionnée dans le Women's Royal Army Corps.

L'ATS a pour origine le Women's Auxiliary Army Corps (WAAC), qui s'est formé en 1917 comme un service volontaire. Pendant la Première Guerre mondiale ses membres ont exercé différents métiers comme commis, cuisinières, standardistes et serveuses. Le WAAC a été dissous en 1921, quatre ans seulement après sa création.

Avant la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement a décidé de créer un nouveau service pour les femmes, et un conseil consultatif, qui incluait les membres de la Territorial Army (TA), le Women's Transport Service et la Women's Legion, a été mis en place. Le conseil a décidé que l'ATS serait rattaché à la Territorial Army et que les femmes du service toucheraient le tiers du salaire d'un homme.

Toutes les femmes de l'armée ont rejoint l'ATS sauf les infirmières, qui ont rejoint le Queen Alexandra's Imperial Military Nursing Service (QAIMS - Service Impérial infirmier militaire de la reine Alexandra), et les médecins et dentistes, qui ont été envoyées directement dans l'Armée et sur le front.

L'ATS en action[modifier | modifier le code]

Membres de l'ATS étudiant des rapports.
Deux membres de l'unité de projecteur.

Les premières recrues de l'ATS étaient employées comme cuisinières, commis et commerçantes. Au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, 300 membres de l'ATS ont été envoyées en France. En même temps que l'armée allemande progressait en France, le British Expeditionary Force été repoussé dans la Manche. Ceci a conduit au retrait des troupes de la bataille de Dunkerque en mai 1940, et plusieurs standardistes de l'ATS comptaient parmi les derniers britanniques à quitter le pays.

Comme de plus en plus d'hommes rejoignaient le front, il a été décidé d'augmenter la taille de l'ATS, qui atteint même les 65 000 membres en septembre 1941. Seules les femmes qui avaient entre 17 et 43 ans étaient autorisées à entrer dans l'ATS, mais les règles ont été assouplies pour autoriser les vétérans du WAAC à rejoindre le service jusqu'à 50 ans. Les devoirs des membres ont aussi été élargis vers les professions de conductrices, postières et inspectrices des munitions.

Loi sur le Service National - National Service Act[modifier | modifier le code]

Affiche de recrutement.

En décembre 1941, le Parlement a voté la Loi sur le Service National (National Service Act), qui incitait les femmes célibataires entre 20 et 30 ans à rejoindre l'un des services auxiliaires. Ceux-ci regroupaient l'ATS, le Women's Royal Naval Service (WRNS), le Women's Auxiliary Air Force (WAAF) et le Women's Transport Service (WTS). Les femmes mariées ont aussi été appelée plus tard, seules les femmes enceintes ou avec des jeunes enfants étaient exemptées.

D'autres dispositions de la loi incluaient de rejoindre le Women's Voluntary Service (WVS), qui complétait les services d'urgence à domicile, ou la Women's Land Army, qui aidait dans les fermes.

Il y avait également des dispositions prises dans la loi pour les objections contre les services pour des raisons morales, car environ un tiers des objecteurs de conscience étaient des femmes. De nombreuses femmes ont été poursuivies à la suite de la loi, certaines ont même été emprisonnées. En dépit de cela, en 1943 environ 9 femmes sur 10 ont été actives dans l'effort de guerre.

Les femmes se sont vues interdites de batailles, mais en raison du manque d'hommes, des membres de l'ATS, ainsi que d'autres femmes des services bénévoles, ont repris de nombreuses tâches de soutien, tels que les opérateurs de radar, faisant partie des équipages de lutte antiaérienne et de police militaire. Cependant, ces rôles n'étaient pas sans risques, et il y a eu, d'après l'Imperial War Museum, 717 victimes durant la Guerre[1]. L'une des victimes enregistrées était Ivy Berwick, qui est morte en devoir le 30 avril 1942, seulement âgée de 25 ans. Elle a été enterrée au Hamilton Road Cemetery à Deal, et sa tombe est encore maintenue par la Commonwealth War Graves Commission.

Le jour de la victoire et avant la démobilisation, il y avait plus de 190 000 membres dans le Women's Auxiliary Territorial Service.

Les membres célèbres de l'ATS incluaient Mary Churchill, la plus jeune fille de Winston Churchill alors Premier ministre, et la princesse Elizabeth (future Élisabeth II), fille aînée du roi George VI, qui s'est formée comme conductrice d'ambulances[2].

L'après-guerre[modifier | modifier le code]

Après l'arrêt des hostilités les femmes ont continué de servir dans l'ATS, ainsi que dans le WRNS et la WAAF. Il a été remplacé par le Women's Royal Army Corps (WRAC), qui a été formé le 1er février 1949 sous l'ordre de l'armée 6.

Grades[modifier | modifier le code]

Initialement les grades étaient complètement différents de ceux de l'armée, mais utilisaient les mêmes insignes excepté la couronne qui a été remplacée par une couronne de lauriers[3]. Les membres étaient censées saluer leurs officiers supérieurs, mais pas les officiers d'autres organisations, cependant il était d'usage de le faire[3].

Le 9 mai 1941, la structure des grades de l'ATS a été réorganisée, et à compter de juillet 1941 l'ATS a reçu un un statut militaire à part entière et les membres n'étaient plus bénévoles. Les autres grades sont maintenant quasiment identiques à ceux de l'armée, mais les officiers continuaient à avoir un système de grade séparé, qui a été quelque peu modifié. Tous les uniformes et les insignes de grade sont restés les mêmes. Les membres doivent maintenant saluer tous les officiers supérieurs.

Les seules détentrices du grade de Contrôleur en Chef ont été les trois premières directrices, promues à ce grade lors de leurs nominations, et la princesse Mary, sœur du roi, qui a porté ce titre depuis 1939 et a été nominée comme Contrôleur-Commandante honoraire de l'ATS en août 1941.

Quand les autres grades étaient assignés au unités mixtes de commande anti-aérienne débutées en 1941, ils étaient accordés avec les versions de la Royal Artillery : artilleur, bombardier-lanceur et bombardier.

Deux membres de l'ATS, déchargeant des fusils.
Grades de l'ATS avant juin 1941 Grades de l'ATS après juin 1941 Grades de la British Army après 1938
Volunteer Private / Gunner 1 Private / Gunner 2
Chief Volunteer Lance-Corporal / Lance-Bombardier 1 Lance-Corporal (en) / Lance-Bombardier
Sub-Leader Corporal / Bombardier 1 Corporal / Bombardier Section Leader Sergeant Sergeant
n/a n/a Staff Sergeant / Colour Sergeant
n/a n/a Warrant Officer Class III 3
Senior Leader Warrant Officer Class II Warrant Officer Class II
n/a Warrant Officer Class I Warrant Officer Class I
Company Assistant Second Subaltern Second Lieutenant
Deputy Company Commander Subaltern Lieutenant
Company Commander Junior Commander Captain
Senior Commandant Senior Commander Major
Chief Commandant Chief Commander Lieutenant-colonel
Controller Controller Colonel
Senior Controller Senior Controller Brigadier
Chief Controller Chief Controller Major-General
n/a n/a Lieutenant-General
n/a n/a General
n/a n/a Field Marshal

n/a - grade non autorisé
1 - utilisé quand assigné à la batterie AAC
2 - noms divers utilisés selon l'unité
3 - pas de nouvelles nominations après 1940

Liste des directrices de l'ATS[modifier | modifier le code]

Leslie Whateley (en), l'une des directrices d'ATS. Peinture d'Henry Lamb.
  • Contrôleur en chef Dame Helen Gwynne-Vaughan, Juillet 1939 – Juillet 1941
  • Contrôleur en chef Jean Knox, Juillet 1941 – Octobre 1943
  • Contrôleur en chef Dame Leslie Whateley, Octobre 1943 – Avril 1946
  • Contrôleur supérieure Dame Mary Tyrwhitt, Avril 1946 – Janvier 1949

Membres notables de l'ATS[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'AUXILIARY TERRITORIAL SERVICE SOUS LA SECONDE GUERRE MONDIALE », L'Imperial War Museum (consulté le 2009-02-27)
  2. « Her Majesty the Queen – Early Public Life », Site officiel de la monarchie britannique (consulté le 2009-02-27)
  3. a et b "Badges de Grade dans l'ATS", The Times, 30 septembre 1939

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bidwell Shelford. Women's Royal Army Corps (1997) 141pp
  • Bigland, Eileen. Britain's other army: The story of the A.T.S (1946), an official history
  • Cowper, J. M. The Auxiliary Territorial Service (1949) ,an official history
  • Crang, Jeremy A. "The revival of the British women's auxiliary services in the late nineteen-thirties," Historical Research (May 2010) Volume 83, Issue 220, pages 343–357, online at EBSCO
  • Crang, Jeremy A. "'Come into the Army, Maud': Women, Military Conscription, and the Markham Inquiry," Defence Studies, Nov 2008, Vol. 8 Issue 3, pp 381-395, online at EBSCO
  • Dady, Margaret. Women's War: Life in the Auxiliary Territorial Service (1986)
  • De Groot, Gerard J. "'I love the scent of cordite in your hair': Gender dynamics in mixed anti-craft batteries" History, Jan 1997, Vol. 82 Issue 265, pp 73-92
  • Kerr, Dorothy Brewer. Girls Behind the Guns: With the Auxiliary Territorial Service in World War II (1990)
  • Noakes, Lucy. Women in the British Army: War and the Gentle Sex, 1907–48 (2006), pp 61-81 on ATS of war years

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :