Atoll de Bikini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bikini et Bikini Atoll.
Atoll de Bikini
Bikini Atoll (en)
Atoll de Bikini avec l'île de Bikini encadrée en rouge d'après le satellite Landsat.
Atoll de Bikini avec l'île de Bikini encadrée en rouge d'après le satellite Landsat.
Géographie
Pays Drapeau des Îles Marshall Îles Marshall
Archipel Îles Ralik
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 11° 36′ 14″ N 165° 23′ 23″ E / 11.603889, 165.389722 ()11° 36′ 14″ N 165° 23′ 23″ E / 11.603889, 165.389722 ()  
Superficie 6 km2
Administration
Autres informations

Géolocalisation sur la carte : Îles Marshall

(Voir situation sur carte : Îles Marshall)
Atoll de Bikini
Atoll de Bikini
Atoll de Bikini, site d'essais nucléaires *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Champignon de Baker, deuxième explosion sur l'île de Bikini (opération Crossroads)
Champignon de Baker, deuxième explosion sur l'île de Bikini (opération Crossroads)
Pays Drapeau des Îles Marshall Îles Marshall
Type Culturel
Critères (iv)(vi)
Superficie 73 500 ha
Zone tampon 130 425 ha
Numéro
d’identification
1339
Zone géographique Asie et Pacifique **
Année d’inscription 2010 (34e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

L'atoll de Bikini est un atoll des îles Marshall. Il fut le théâtre d'essais d'armes atomiques menés par les États-Unis, à partir du 1er juillet 1946, date de la première explosion de l'opération Crossroads.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'atoll a été découvert par l'expédition d'Otto von Kotzebue (1823-1826) et baptisé alors îles Eschscholtz.

L'histoire atomique de l'atoll commence en février 1946, lorsque le gouverneur des îles Marshall vient en fin de messe pour demander aux 167 habitants leur consentement pour le prêt de leur atoll. On expose au roi de Bikini (dans une scène rejouée à Bikini même et filmée par une multitude de caméras) l'expérience nucléaire comme ceci :

« Les scientifiques américains veulent transformer une grande force destructrice en quelque chose de bénéfique pour l'humanité et en finir avec toutes les guerres. »

Une caméra immortalise la scène.

« Êtes-vous prêts à sacrifier vos îles pour le bien de l'humanité ? » leur demandent les Américains.

Ce à quoi le roi répond :

« Tout est bien. Tout est dans les mains de Dieu. »

Le gouverneur reprend :

« Si tout est dans les mains de Dieu, c'est forcément bien. »

L'armée américaine se livre alors à de curieuses vidéos faites et refaites où elle est censée montrer qu'elle fait tout pour apporter du bien être aux Bikiniens. Puis, l'armée publie ces vidéos très exagérées sur tous les points positifs à la télévision sur United News, instrument de propagande[1].

C'est ainsi que tout commence. Le 7 mars 1946, la population indigène de l'île avait été évacuée et déplacée sur l'atoll de Rongerik. 67 expériences nucléaires dont 23 explosions de bombes A et de bombes H ont été effectuées entre 1946 et 1958. Trois îles seront rayées de la carte durant ces expériences.

À la fin des années 1960 et aux débuts des années 1970, quelques habitants originaires de l'île revinrent s'y installer mais furent à nouveau évacués du fait du fort taux de radioactivité enregistré. En 1998, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a recommandé de ne pas repeupler l'île, les produits locaux et l'eau des nappes étant impropres à la consommation.

En 2010, l'atoll de Bikini est inscrit sur la liste du patrimoine mondial en tant que « symbole de l'entrée dans l'âge nucléaire » de l'Humanité[2].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Il est aujourd'hui possible d'y faire du tourisme à condition de signer une décharge indiquant que l'on renonce à toute poursuite en cas de cancer. Selon les autorités, il n'y aurait pas de risque sanitaire particulier si on s'abstient de manger les fruits et légumes de l'île.

En effet, ces produits alimentaires poussent grâce au sol et demandent du potassium, or le césium 137 est très proche du potassium. Les plantes absorbent donc le césium 137 et deviennent à leur tour radioactives. Seuls certains fruits et légumes sont touchés. Tchernobyl illustre parfaitement ce cas de figure dans la forêt rouge (sous partie de la zone interdite)[3].

Transport[modifier | modifier le code]

L'atoll de Bikini possède un aéroport (code AITA : BII).

Postérité[modifier | modifier le code]

Maillot de bain[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bikini (vêtement).

L'atoll a donné son nom au bikini, un type de maillot de bain féminin. En 1946, Louis Réard a lancé un maillot de bain « révolutionnaire » qu'il baptisa du nom de l'atoll de Bikini, où venait de se dérouler un essai nucléaire américain. Ce maillot deux pièces, vendu dans une boîte d'allumettes, est commercialisé avec le slogan : « Le bikini, la première bombe anatomique ! ». De quoi susciter à l'époque un véritable raz de marée de protestations. Les autorités italiennes, espagnoles et belges en interdisent le port. En France, le maire de Biarritz aura recours à un décret municipal pour bannir ces bouts de tissu de la plage du casino.

Bob l'éponge[modifier | modifier le code]

L'île de Bikini Atoll est la source d'inspiration du lieu de l'émission américaine pour enfant Bob l'éponge. L'émission mettant en scène différents personnages marins anthropomorphes se déroule en majeure partie dans la ville sous-marine de Bikini bottom.

Drapeau des îles Bikini

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :