Artère temporale superficielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Artère carotide externe droite et ses collatérales dont l'artère temporale superficielle.

L'artère temporale superficielle (Arteria temporalis superficialis en latin) est une des deux branches terminales de l'artère carotide externe. Elle participe notamment à la vascularisation de la glande parotide et de la partie latérale de la face et du scalp.

Description[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

L'artère temporale superficielle est la plus petite des deux branches terminales de la carotide externe, l'artère maxillaire étant la plus importante. Elle naît dans la glande parotide et se dirige vers le haut, suivant la même orientation que la carotide externe.

Trajet[modifier | modifier le code]

Peu après son origine et avant qu'elle quitte la parotide, l'artère temporale superficielle donne une première collatérale, l'artère faciale transverse. Celle-ci se dirige vers l'avant, quitte la glande et se poursuit ensuite à la face externe des muscles masséter et buccinateur en passant entre l'arcade zygomatique au-dessus et le canal de Sténon en dessous. Elle donne de nombreux rameaux pour la parotide et son canal excréteur, pour les téguments de la joue et pour les muscles masséter, buccinateur, petit zygomatique, grand zygomatique, élévateur de l'angle de la bouche et de la lèvre supérieure ainsi que pour la partie inférieure du muscle orbiculaire de l'œil[1]. À son extrémité, l'artère faciale transverse s'anastomose avec des branches de l'artère faciale et de l'artère maxillaire.

L'artère temporale superficielle continue ensuite son trajet vers le haut et sort de la parotide. Elle est accompagnée par la veine temporale superficielle et le nerf auriculo-temporal issu du nerf mandibulaire. Elle passe en avant du tragus et en arrière de l'articulation temporo-mandibulaire, croise l'arcade zygomatique et devient sous-cutanée. C'est à ce niveau que l'on peut mesurer le pouls pré-tragien tandis que la palpation du pouls temporal s'effectue un peu plus haut sur le trajet de l'artère[2].

Artères du scalp et de la face.

Au niveau du bord supérieur du processus zygomatique, l'artère temporale superficielle donne deux collatérales importantes : les artères temporale moyenne et zygomatico-orbitaire (ou zygomatico-malaire).

L'artère temporale moyenne traverse l'aponévrose et s'anastomose avec les artères temporales profondes antérieure et postérieure issues de l'artère maxillaire. Elle assure la vascularisation du muscle temporal[3].

L'artère zygomatico-orbitaire se dirige vers l'avant, le long du bord supérieur de l'arcade zygomatique. Elle est située entre les deux feuillets de l'aponévrose temporale. Elle se poursuit jusqu'au niveau du muscle orbiculaire de l’œil où elle s'anastomose avec les artères palpébrales issues de l'artère ophtalmique[3]. Cette artère peut soit naître directement de l'artère temporale superficielle, soit provenir de l'artère temporale moyenne[4].

D'autres collatérales sont également présentes à ce niveau et forment les artères auriculaires antérieures. Elles participent à la vascularisation de l'oreille externe et s'anastomosent avec la branche auriculaire de l'artère auriculaire postérieure.

Entre 3 et 5 cm au-dessus de l'arcade zygomatique[1],[4], l'artère temporale superficielle se divise en deux branches terminales : une branche antérieure frontale et une branche postérieure pariétale.

Terminaison[modifier | modifier le code]

La branche antérieure se termine en de nombreux rameaux vascularisant la partie antéro-latérale du scalp, le front et le muscle occipito-frontal. Elle s'anastomose avec les artères supra-orbitaire et supra-trochléaire issues de la carotide interne.

La branche postérieure est la plus large des deux. Elle remonte à la partie latérale du scalp qu'elle vascularise et s'anastomose avec des rameaux provenant des artères auriculaire postérieure et ocipitale, ainsi que de la branche pariétale de l'artère temporale superficielle contro-latérale. Cette branche est parfois issue de l'artère auriculaire postérieure[3].

Intérêt clinique[modifier | modifier le code]

L'artère temporale superficielle est souvent touchée au cours de la maladie de Horton. Il s'agit d'une maladie inflammatoire des vaisseaux, pouvant entraîner entre autres des céphalées et une diminution ou abolition du pouls temporal. Le diagnostic repose notamment sur la réalisation d'une biopsie de l'artère temporale superficielle[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]