Apple I

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Apple I
Un Apple I exposé au Smithsonian Museum
Un Apple I exposé au Smithsonian Museum
Type Micro-ordinateur
Date de sortie 1976
Fin de production 1977
Processeur MOS Technology 6502
Mémoire Ko, extensible à 64 Ko

L'Apple I de la marque Apple, fut l'un des tout premiers micro-ordinateurs individuels.

Historique[modifier | modifier le code]

Conçu par Steve Wozniak, Steve Jobs et Ronald Wayne dans le garage des Jobs[1], il fut le premier produit d'Apple mis en vente en avril 1976. Son prix était alors de 666,66 $[2], ce qui correspondrait aujourd'hui à 2700 dollars (2070 Euros) en prenant en compte l'inflation[3]. Environ 200 unités furent produites. Une cinquantaine d'entre elles ont été vendues par un magasin d'électronique de Mountain View. À la différence d'autres ordinateurs amateurs de cette époque qui étaient vendus en kit, l'Apple I était constitué uniquement d'une carte assemblée comprenant des composants électroniques dont environ 21 circuits intégrés.

Maison des parents de Steve Jobs, 2066 Crist Drive, Los Altos (Californie). L'histoire d'Apple débute dans leur garage en 1975.

Cependant, pour en faire un ordinateur fonctionnel, les utilisateurs devaient encore l'intégrer dans un boîtier avec une alimentation, un clavier, et un écran de télévision. Une carte facultative, fournissant une interface pour un lecteur de cassette, fut proposée plus tard pour un prix de 75 $.

L'utilisation d'un clavier et d'un moniteur distinguait l'Apple I des machines concurrentes, telle que l'Altair 8800, qui étaient généralement programmées avec des interrupteurs et utilisaient des lumières clignotantes pour l'affichage. Cela faisait de l'Apple I une machine innovante pour son époque, malgré son manque de graphismes ou de fonctions sonores. La production fut arrêtée en mars 1977, avec l'apparition de son successeur, l'Apple II.

L'Apple I est parfois considéré comme le premier ordinateur individuel vendu sous une forme entièrement assemblée. Cependant, certains pensent que cette caractéristique reviendrait légitimement à d'autres machines, telles que le Datapoint 2200.

Il existe encore six exemplaires de l'Apple I en état de marche[4], faisant de lui un article de collection.

Spécifications techniques[modifier | modifier le code]

Apple I à l'écran[modifier | modifier le code]

Vente aux enchères[modifier | modifier le code]

Une version originale de l’Apple I, y compris l’emballage d’origine et une lettre signée par Steve Jobs, a été vendue aux enchères chez Christie’s à Londres le 23 novembre 2010. Initialement vendu à 666,66 $, l’ordinateur était mis aux enchères pour environ 150 000 livres (180 000 €) ; l'enchère s'est élevée à 133 250 livres (150 000 €)[5]. Le 15 juin 2012, un Apple I a été vendu 374 000 $ aux enchères chez Sotheby’s à New York. L’estimation haute des analystes était alors de 180 000 $[6]. Un clone, compatible logiciel de l'Apple I, produit en utilisant des composants de nouvelle génération, a été mis sur le marché en 2003 en quantité limitée pour un prix d'environ 200 $.

Le 25 mai 2013, en Allemagne, le commissaire-priseur Uwe Breker a vendu aux enchères un exemplaire de l'Apple I au prix de 671 400 dollars soit environ 519 000 euros. Acheté par un entrepreneur d'Extrême-Orient, il bat le record précédent qui était de 374 500 dollars, obtenu lors d'une vente en juin 2012 à New York[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Walter Isaacson (2011), Steve Jobs, Ed. JC Lattès
  2. (en) Wozniak: $666.66 seemed like a good idea
  3. a et b (fr) Un Apple 1 vendu 671 400 dollars aux enchère
  4. Le tout premier ordi Apple, encore en état de marche, mis aux enchères
  5. « Un exemplaire du premier ordinateur d'Apple vendu 150 000 euros », Le Monde, 24 novembre 2010, sur le site lemonde.fr, consulté le 24 novembre 2010.
  6. http://www.liberation.fr/ecrans/2012/06/16/374-000-dollars-pour-le-premier-ordinateur-apple_826802 « 374 000 dollars pour le premier ordinateur Apple »], Libération, 16 juin 2012, sur le site libération.fr, consulté le 16 juin 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]