Steve Wozniak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wozniak.

Steve Wozniak

Description de cette image, également commentée ci-après

Steve Wozniak

Naissance 11 août 1950 (63 ans)
San José (Californie)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Profession Cofondateur d'Apple avec Steve Jobs & Ronald Wayne
Ingénieur électronique
Informaticien
Conjoint
Janet Hill depuis 2008

Stephen Gary Wozniak (né le 11 août 1950 à San José en Californie) aussi appelé Woz, est un informaticien, professeur d'informatique et électronicien américain. Il est cofondateur de la société Apple Computer (devenue Apple Inc.) avec Steve Jobs et concepteur des premiers Apple (dont Apple I, Apple II, Apple III, Lisa divers périphériques...), et est un des pionniers de l'industrie micro-informatique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Wozniak a toujours aimé les projets qui exigent une profonde réflexion. Son père, ingénieur chez Lockheed, lui apprend les rudiments des mathématiques et de l'électronique. À 11 ans, il construit son propre équipement de radioamateur. À 13 ans, il est élu président du club d'électronique de son établissement scolaire, et gagne le premier prix à une foire de la science pour une calculatrice utilisant des transistors. En outre à 13 ans, Wozniak conçoit son premier micro-ordinateur, la base de tout son travail ultérieur[1].

Apple[modifier | modifier le code]

Apple I de Steve Wozniak et Steve Jobs.

Wozniak fait la connaissance de Steve Jobs en 1970 grâce à son ami Bill Fernandez, alors camarade de classe de Jobs à Homestead High School. Ils partagent la même passion de l'électronique, ils deviennent amis et réalisent ensemble de nombreux canulars. En septembre 1971, les deux Steve mettent la main sur un article du magazine Esquire qui explique comment fabriquer une blue box, un appareil qui permet de passer des appels longue distance de façon entièrement gratuite en fraudant donc les compagnies téléphoniques, et plus précisément AT&T. Ils décident alors d'en monter et de les vendre. Selon Jobs, cette expérience est à l'origine d'Apple.

Wozniak rapporte dans son autobiographie iWoz, c'est Steve Jobs qui eut l’idée de vendre un ordinateur sous la forme d'un circuit imprimé pré-assemblé. Bien que d'abord sceptique, Wozniak est convaincu par la suite par Jobs que même si cela est un échec, ils pourront toujours raconter à leurs petits enfants qu'ils avaient eu leur propre société. Pour rassembler des fonds, Wozniak vend sa calculatrice programmable HP-65, Jobs son Volkswagen Combi et ils en obtiennent 1 300 $ pour assembler leur prototype. Le travail commence dans la chambre de Jobs puis lorsque la pièce devient trop exiguë, ils transfèrent leur atelier de montage dans le garage de la famille Jobs. L’appartement de Wozniak à San José est lui rempli de moniteurs, d'appareils électroniques et quelques jeux vidéo développés par Wozniak.

Extrait du manuel de conception de l'Apple I, incluant les schémas de Wozniak dessinés à la main.

Le circuit de l’Apple I est entièrement conçu par Steve Wozniak, bien que sommaire il impressionne les membres du Homebrew Computer Club, un club de Palo Alto réunissant des passionnés d'informatique. Contrairement à d'autres machines admirées par le groupe comme l'Altair 8800, l'Apple I est capable d'affichage graphique sur un écran.

Le 1er avril 1976, Jobs et Wozniak forment leur société, Apple. Wozniak quitte son travail chez Hewlett-Packard et devient vice-président responsable de la recherche et du développement à Apple. L'Apple I est vendu au prix de 666 dollars, Jobs et Wozniak placent leurs 50 premiers ordinateurs à un revendeur local.

Steve Wozniak en 1983.

L'Apple I permet à la société d'engranger près d'un million de dollars. Wozniak se concentre maintenant à plein temps à son amélioration et lui ajoute de nouvelles fonctionnalités. Sa nouvelle machine doit conserver les caractéristiques les plus importantes de l'Apple I : simplicité et rentabilité. Woz ajoute le graphisme haute résolution dans l'Apple II qui peut maintenant afficher des images aussi bien que des lettres.

En 1978, il conçoit un lecteur de disquette peu coûteux et Randy Wigginton et lui écrivent un système d'exploitation de base. En plus de son don pour le matériel, Wozniak écrit la majeure partie des logiciels qui tournent sur la machine. Il programme un interpréteur BASIC, un jeu de casse-briques (qui est l'occasion d'ajouter du son à l'Apple), le code pour commander le lecteur de disquettes, et plus encore. Côté logiciel, l'Apple II est également rendu plus attrayant pour un utilisateur professionnel par l'apparition du fameux tableur VisiCalc de Dan Bricklin et Bob Frankston. En 1980, Apple entre en bourse et fait de Jobs et Wozniak des millionnaires.

Ses travaux pour Apple sont arrêtés après un accident d'avion en février 1981, à la suite duquel Steve Wozniak a souffert d'amnésies pendant quelques semaines. Wozniak est devenu moins enthousiaste dans son travail pour Apple. Il s'est marié avec Candice Clark, est retourné à l'université sous le nom de « Rocky Clark » pour obtenir en 1986 ses diplômes en informatique et en électrotechnique.

En 1983, il revient chez Apple d'une manière assez originale. Il rentre dans l'un des bâtiments de l'unité Apple et demande tout simplement s'il peut faire quelque chose. Il découvre alors le projet Apple IIgs, avec son microprocesseur 65816. Cependant, à cause de problèmes externes et internes, il quitte Apple le 6 février 1987, 12 ans après la création de la société ; il touche d'Apple un salaire symbolique d'environ 120 000 $ par an. Jobs quitte aussi Apple à la suite d'une lutte pour le pouvoir à la tête de la société. Wozniak sponsorise alors des actions caritatives dans le domaine de l'éducation, ce qui ne l'empêche nullement d'acheter les nouveaux produits Apple pour les étudier et les mettre à la disposition des écoles.

Carrière après Apple[modifier | modifier le code]

Il poursuit ses activités dans le domaine de l'informatique avec l'aide d’anciens collaborateurs débauchés d'Apple.

En 1985, il fonde CL 9 (en), société créant des télécommandes universelles, vendue en 1988, le coût de ces appareils entièrement programmables étant supérieur aux autres télécommandes du marché[2].

En 2001, il fonde Wheels of Zeus (en) (WoZ, comme diminutif de Wozniak), créant un localisateur GPS pour retrouver des objets via un ordinateur. La société et les brevets ont été vendus en 2006 à ZonTrak.

En 2006, il fonde Acquicor Technology (en), un holding pour acquérir des sociétés de technologies pour les développer. Ce holding rachète Jazz Semiconductor Inc. puis prend son nom pour devenir Jazz Technologies, qui sera finalement absorbée par Tower Semiconductor en septembre 2008[3].

En février 2009, il rejoint Fusion-io, une compagnie de serveurs informatiques et de stockage de données dont il devient le chief scientist[4].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Il est marié à sa quatrième femme, Janet Hill, depuis 2008, et a trois enfants de ses précédents mariages.

En septembre 2000, Steve Wozniak entre au National Inventors Hall of Fame américain (musée des inventeurs américains).

Il voyage avec 23 kg de matériel informatique, comprenant plusieurs smartphones, des tablettes tactiles[5]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Apparitions personnelles[modifier | modifier le code]

Représentations par des acteurs[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jeffrey S. Young, Steve Jobs cofondateur d'Apple Inc. - Un destin fulgurant : les dessous de la révolution informatique, Micro Application, 1989
  • Steve Wozniak (auteur), Gina Smith (auteur), Lucie Delplanque (traductrice) et Frédéric de Solliers (Relecture scientifique), iWoz [« iWoz , an autobiography »], Paris, École des loisirs,‎ 2011, 1e éd., 324 p. (ISBN 978-2-211-20535-1)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :