Apophénie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En psychiatrie, une apophénie est une altération de la perception, qui conduit un individu à attribuer un sens particulier à des évènements banals en établissant des rapports non motivés entre les choses. Tout lui parait avoir été préparé pour lui : pour tester s'il remarque ces bizarreries, etc.

En psychologie jungienne, l'apophénie est à rapprocher de la notion de synchronicité, bien que Jung se contente de décrire le phénomène tel qu'il est vécu, sans se positionner clairement quant à l'idée que ce phénomène consiste en une distorsion de la perception ou s'il s'agit d'un contact particulier avec une authentique réalité métaphysique.

Certains[Qui ?] voient dans ce phénomène une explication du lien entre psychose et créativité.

Pour Klaus Conrad, l'apophénie est la deuxième phase dans le développement d'une schizophrénie (entre le tréma et l’apocalypse[1]). Conrad a d'abord décrit ce phénomène en relation à la distorsion de la réalité présente dans les cas de psychoses, mais il est devenu plus largement utilisé pour décrire cette tendance chez des individus sains sans nécessairement impliquer la présence de troubles neurologiques ou de maladie mentale[2]. En ce sens, il est devenu un quasi-synonyme de paréidolie d'après James Alcock.

En statistique, le phénomène d'apophénie correspond à ce qu'on appelle un faux positif.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article de l'ISC
  2. Article du laboratoire zététique

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]