Amal (Liban)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Amal (milice))
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amal.
Drapeau du mouvement Amal
Politique au Liban
Image illustrative de l'article Amal (Liban)

Amal (أمل) (fondée le 20 janvier 1975) est l'acronyme arabe d'afwâju l-muqâwamati l-lubnâniya (détachements libanais de résistance). C'est la milice du « mouvement des dépossédés » créée par Moussa Sader. L'acronyme Amal est généralement utilisé pour désigner le mouvement et signifie espoir en arabe. Amal est devenue l'une des plus importantes milices musulmanes durant la guerre civile libanaise avant de s'intégrer au jeu politique libanais et de perdre de son audience face au Hezbollah. Amal s'est fortement développée, de par ses liens très forts avec le régime islamique d'Iran[réf. nécessaire], et les 300 000 réfugiés internes chiites du Liban du Sud après les bombardements israéliens du début des années 1980.

Historique[modifier | modifier le code]

Dans les années 1960, les palestiniens lancent des attaques répétées contre Israël depuis le Liban. Or les libanais du sud sont les premières victimes des représailles israéliennes[1]. Les habitants du sud, à majorité chiite essayent de se réfugier vers le nord du pays mais l'armée libanaise avait déjà installé un "cordon sanitaire" (zone tampon) dans le sud pour assurer la sécurité des habitants du nord[1]. Les chiites se sentent vite marginalisés, ce qui entraine un repli communautaire. En 1974, l'imam Moussa Sader crée le mouvement des dépossédés (harakat al-mahroumin) dont l'objectif est l'émancipation des chiites au Liban. En 1975, trois mois avant le déclenchement de la guerre civile, Moussa Sadr déclare « Je dénonce la démission des responsables qui encouragent Israël à se venger et à se promener sur notre terre pure »[1]. Le parti lance un avertissement contre ce qu'il appelle les "fossoyeurs de la patrie" et affirme que « Si l'État ne veut pas défendre la patrie, nous la défendrons ; si la classe dirigeante ne veut pas faire son devoir, nous serons les constructeurs de l'avenir. Nous voulons sauver le pays de ceux qui le volent, le ruinent ou le mènent à sa perte »[1]. Face à la montée des tensions au Liban, le mouvement créé sa propre branche armée. Celui-ci obtiendra tout d'abord une aide logistique, militaire et économique provenant du Shah d'Iran, puis de la république Islamique dans un second temps.

C'est l'un des premiers partis à user d'un discours patriotique, dont celui de la défense nationale qui est absente des discours des principaux hommes politiques libanais.

Moussa Sader refuse l'usage de la force pour résoudre les problèmes du Liban et n'implique pas la milice dans les combats. Le 31 août 1978, Moussa Sader disparaît lors d'une visite officielle en Libye. Hussein Husseini, alors député, prend la tête du mouvement pour une courte période avant de céder la place à Nabih Berri, qui reste le chef d'Amal jusqu'à aujourd'hui. Berri s'allie à la Syrie et engage la milice dans la guerre civile.

Amal s'est affrontée brutalement au Hezbollah à la fin 1988 à Beyrouth. Ses effectifs sont évalués à 20 000 militants.

La milice Amal dispose d'un camp d'entraînement à Baalbek et un à Burj al-Barajinah. Quelques groupes d'Amal auraient été entraînées en Crimée (URSS). Elle se divise en trois zones territoriales : le Sud-Liban, la plaine de la Beka'a et Beyrouth.

Après de nombreuses années d'activité réduite, qui ont permis au Hezbollah de développer sa présence au Sud-Liban, Amal a repris des activités violentes à la fin 1996. En janvier 1998, son unité de combat, le Régiment Shahir Mohammed Sa'ad a grièvement blessé Samir Raslan, chef des services de renseignements de l'Armée du Sud-Liban par un attentat à la bombe[2].

En 2006, ce mouvement s'est déclaré solidaire du Hezbollah durant le conflit israélo-libanais de 2006[3]. Comme le montre Levy-Tadjine (2008), le mouvement Amal est aujourd'hui obligé d'user d'une tactique dialectique vis-à-vis du Hezbollah dont l'aura s'est accrue depuis la guerre de l'été 2006. Les deux partis sont, de fait alliés au niveau national ce qui n'empêche pas une rivalité parfois forte au plan local et des affrontements entre jeunes des deux camps (notamment sur le campus de l'Université libanaise) ne sont pas rares.

Actuellement, Amal possède un important bloc de députés au parlement libanais et Berri est le président du parlement. Bien que n'étant pas membre du mouvement Amal, le ministre de la santé Khaliffeh est affilié au mouvement et a été désigné par Nabih Berri.

Selon les révélations de télégrammes de la diplomatie américaine par WikiLeaks, Nabih Berri reçoit de l’Iran 400 000 dollars américains par mois, le mouvement Amal dément[4].

Députés notables du bloc de Berri[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Le Liban, Pierre Pinta, p.25
  2. (fr) Fiche sur Terror Watch
  3. (fr) « Le parti chiite Amal se déclare solidaire du Hezbollah », Le Monde, 19 juillet 2006.
  4. « Selon WikiLeaks, Berry reçoit de l’Iran 400 000 dollars par mois, le mouvement Amal dément », sur L'Orient-Le Jour,‎ 8 mars 2011 (consulté le 25 mars 2011)

Éléments de bibliographie et de mise en perspective[modifier | modifier le code]

  • Thierry LEVY-TADJINE, 2008, Témoin au Liban avec le Hezbollah, L'Harmattan, Paris, (ISBN 978-2-296-06619-9).

Liens externes[modifier | modifier le code]