Révolution du Cèdre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Politique au Liban
Image illustrative de l'article Révolution du Cèdre

La révolution du Cèdre désigne les différentes actions civiques qui ont eu lieu au Liban après l'assassinat de l'ancien premier ministre Rafiq Hariri le 14 février 2005. Lors de cette soit-disant « révolution », les deux tiers du peuple libanais ont exprimé leur rejet de la présence de la Syrie sur le sol libanais et de son influence dans la politique nationale, qui y sévit depuis 1975.

Aux élections qui ont suivi, les partis soutenant la présence de la Syrie au Liban, regroupés dans le Bloc de la résistance et du développement (regroupant le Hezbollah, Amal et le Parti social nationaliste syrien) ont obtenu 27,4 % des voix, contre 16,4 % au Courant patriotique libre de Michel Aoun (ex. 14 Marsistes), et 56,2 % à la coalition du 14 Mars, regroupée autour du Courant du Futur de Saad Hariri, des Kataebs, et autres partis Chrétiens.

Faits marquants[modifier | modifier le code]

Voici une liste de quelques faits marquants :

  • manifestations quasi-quotidiennes contre la présence syrienne et pour la vérité sur l'assassinat de Rafiq Hariri
  • contre-manifestation de presque 800,000 personnes le 8 mars pour dire "merci" a la presence syrienne.
  • La plus grande manifestation d'un million de personnes le 14 mars, contre la syrie.
  • démission du gouvernement Omar Karamé
  • limogeage des responsables des Services de Renseignement
  • départ des troupes syriennes le 27 avril
  • attentats à répétition
  • vérification du départ des troupes syriennes par une mission de l'Organisation des Nations unies (ONU) formée de trois officiers et dirigée par le general brigadier libanais Imad Anka[1]
  • organisation d'élections législatives sous observation d'organisations internationales
  • retour du Général Michel Aoun le 7 mai 2005
  • assassinat de l'opposant antisyrien Samir Kassir le 2 juin 2005 à Achrafieh.
  • assassinat de George Hawi le 21 juin 2005.
  • libération du chef des Forces libanaises Samir Geagea le 26 juillet 2005.
  • assassinat de Gebrane Tuéni le 12 décembre 2005. Il fut l'un des principaux animateurs du printemps de Beyrouth.
  • assassinat de Pierre Amine Gemayel le 21 novembre 2006.
  • assassinat de Walid Eido le 13 juin 2007.
  • assassinat d'Antoine Ghanem le 19 septembre 2007.

Référence[modifier | modifier le code]

  1. (en) UN report on verifying Syrian pullout for Lebanon