Alexis Peyret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Peyret.

Alexis Peyret
Alexís Peiret
Alejo Peyret

alt=Description de l'image Peyret.jpg.
Activités Agronome, homme politique, écrivain
Naissance 11 décembre 1826
Béarn, Basses-Pyrénées, Royal Standard of King Louis XIV.svg Royaume de France
Décès 27 août 1902
Béarn, Basses-Pyrénées, Drapeau français France
Langue d'écriture béarnais, français
Genres Poésie

Œuvres principales

Countes biarnés

Alexis Peyret (Alejo Peyret en espagnol ; Alexís Peiret en béarnais), né à Serres-Castet, Béarn, Pyrénées-Atlantiques, le 11 décembre 1826 et mort à Buenos Aires (Argentine), le 27 août 1902, est un homme politique et homme de lettres français puis argentin d'origine béarnaise. Exilé, il poursuit sa carrière politique en Argentine où il développe notamment la Colonia San José dans la province d'Entre Ríos. C'est en Argentine également qu'il publie sa poésie en béarnais dans le recueil Countes Biarnés en 1870. Le chanteur de variété français, lui aussi d'origine béarnaise, Marcel Amont a ainsi mis un de ses poème, Los sovenirs de casa[1], qui évoque l'exil en musique ; ce même poème fut également sélectionné par le linguiste béarnais Vastin Lespy pour illustrer sa Grammaire béarnaise.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexis Peyret, Une visite aux colonies de la République Argentine, Mouillot,‎ 1889
  • Alexis Peyret, Countes Biarnés, Buenos Aires, Lajouane Éditeur,‎ 1890
  • Vastin Lespy, Grammaire béarnaise, suivie d'un vocabulaire béarnais-français, Paris, Maisonneuve,‎ 1858
  • Frédéric Clabé, Robert Dupont et Pierrette Legrand, De Serres-Castet à Buenos-Aires, Centre social Alexis Peyret,‎ 2002

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1997 : Marcèu Amont canta los poètas gascons

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Los sovenirs de casa

    Òras d'arríder, òras leugèras,
    De l'amistat e de l'amor,
    Deu temp passat aimadas messatgèras
    Per qué tornatz auprès de jo ?
    Lo sovenir qu'ei ua malaudia
    Qui hè lo còr mei triste que la nuèit,
    He negrejar la bèra lutz deu dia,
    E tot endret, que'u he paréisher vueit,
    Qu'ei lo veren qui guasta l'aiga neta,
    On lo sorelh e's vienè miralhar ;
    Qu'ei lo vent hred qui tòrra la floreta,
    Quan au printemps s'anava esparpalhar. [...]
    Les souvenir du pays
    Heures de rires, heures légères, / De l'amitié et de l'amour, / Du temps passé messagères aimées / Pour quoi revenez-vous auprès de moi ? / Le souvenir est une maladie / qui rend le cœur plus triste que la nuit, / Qui bruni la belle lumière du jour, / Et tôt endroit, le fait paraitre vide, / C'est le venin qui gâte l'eau limpide, / où le soleil venait se mirer ; C'est le vent froid qui gèle la petite fleur, / Quand au printemps elle s'en allait éclore.