Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

47° 19′ 09″ N 5° 02′ 32″ E / 47.3193, 5.0423 ()

Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Académie de Dijon.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Belles-lettres.
Page de garde du « Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes  » de Jean-Jacques Rousseau,
fruit d'un concours lancé par l'Académie de Dijon

L'Académie de Dijon a été fondée par Hector-Bernard Pouffier, doyen du Parlement de Bourgogne, en 1725. Elle reçut ses lettres patentes en 1740. En 1775, elle devint Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon. De 1855 à 1869 elle fut dénommée Académie impériale des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, avant de revenir en 1870, à la dénomination d'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon.

En juillet 1750, l'Académie de Dijon couronna le Discours sur les sciences et les arts de Jean-Jacques Rousseau. Le Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes est également le fruit d'un concours lancé par l'Académie de Dijon.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Mémoires

Les séries éditées entre 1769 et 1939 sont majoritairement disponibles sur Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France :

  1. les Mémoires de l'Académie de Dijon, tomes 1 et 2, publiés en 1769 et 1772
  2. les Nouveaux mémoires, publiés entre 1782 et 1785
  3. les Mémoires, publiés entre 1830 et 1939

Autres publications aux frais de l'Académie disponibles sur Gallica :

  1. C.X. Girault, Archéologie de la Côte d'Or, rédigée par ordre de localités, cantons et arrondissemens (1823)
  2. J. Garnier, Chartes de communes et d'affranchissements en Bourgogne, tome 1 (1867)
  3. J. Garnier, Chartes de communes et d'affranchissements en Bourgogne, tome 2 (1877)

Membres renommés[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Baudot, Note sur une statue de Minerve, destinée... dans Mémores de l'Académie, 1843-1844. Partie des Lettres p.371-373.