Abbatiale Saint-Maixent de Saint-Maixent-l'École

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbatiale Saint-Maixent
Image illustrative de l'article Abbatiale Saint-Maixent de Saint-Maixent-l'École
Présentation
Nom local Abbatiale Saint-Maixent
Culte catholique
Type Abbaye
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Deux-Sèvres
Commune Saint-Maixent-l'École
Coordonnées 46° 24′ 49″ N 0° 12′ 25″ O / 46.4136111111, -0.206944444444 ()46° 24′ 49″ Nord 0° 12′ 25″ Ouest / 46.4136111111, -0.206944444444 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbatiale Saint-Maixent

Géolocalisation sur la carte : Poitou-Charentes

(Voir situation sur carte : Poitou-Charentes)
Abbatiale Saint-Maixent
Abbatiale
Dessin de l'abbaye
Bâtiments de l'abbaye
Nef de l'abbatiale

L’abbatiale de Saint-Maixent-l'École est l’église de l’ancienne abbaye de Saint-Maixent, dans la commune de Saint-Maixent-l'École (département français des Deux-Sèvres).

En 1790, au moment de la constitution civile du clergé, elle devient le siège épiscopal du diocèse des Deux-Sèvres nouvellement créé dans le cadre de l'église constitutionnelle, et prend le titre de cathédrale. Elle conserve ce titre jusqu'au concordat de 1801, qui consacre la disparition du diocèse et sa réincorporation au diocèse de Poitiers. Elle sert depuis lors d'église paroissiale.

Historique[modifier | modifier le code]

Origine de l'abbaye[modifier | modifier le code]

Au Ve siècle un moine nommé Agapit crée une petite communauté sous le vocable de Saint-Saturnin.

En 480, il la confie à un jeune moine du nom d'Adjutor, qui prend le nom de Maixent. Un monastère est créé qui va devenir une abbaye vers 500, où il reçoit Clovis. Il meurt en odeur de sainteté le 26 juin 515. Saint-Saturnin va alors prendre le nom de son fondateur, Saint-Maixent.

Grâce aux donations des rois mérovingiens, l'abbaye devient prospère et renommée aux VIe et VIIe siècles. Léger abbé de Saint-Maixent devient évêque d'Autun. Poursuivi par la haine d'Ébrouïn, maire du palais, auquel il s'est opposé, il est envoyé en exil à Fécamp avant d'être décapité. Son corps est ramené à l'abbaye de Saint-Maixent où il est enterré.

Les invasions normandes entre 848 et 866 vont forcer les moines à quitter l'abbaye. Ils n'y reviennent qu'en 924.

Construction de l'abbatiale romane[modifier | modifier le code]

L'église construite en 940 abrita les reliques de saint Maixent et saint Léger d'Autun et fut détruite par un tremblement de terre en 1059. Plusieurs incendies ont ravagé l'abbaye et la ville en 1075, 1082, 1085 et 1116.

L'abbatiale est reconstruite entre 1093 et 1134 en conservant des parties plus anciennes de la crypte.

Reconstruction de l'abbatiale[modifier | modifier le code]

La ville est pillée par les protestants en 1562. Elle est prise par les troupes du prince de Condé en 1568, l'abbaye fut à nouveau détruite par les calvinistes le 22 septembre 1568 en sapant toutes les piles de la nef centrale de l'église romane ainsi que celles du chœur. Elle est reprise par les catholiques en 1569, puis reperdue avant d'être reprise en 1574 par le duc de Montpensier.

En 1633, l'abbaye est reprise par la congrégation de Saint-Maur qui la réforme. Elle entreprend d'en relever les ruines et confie l'architecte François Le Duc dit Toscane la reconstruction (il est aussi l'architecte chargé de la reconstruction de l'abbaye de Celles-sur-Belle). Elle commence le 21 mai 1670. La première messe solennelle y est dite le 30 août 1682. L'architecte a conservé les bases romanes de l'abbatiale et l'a bâtie dans un style gothique.

Transformation en caserne[modifier | modifier le code]

Du XIXe au XXIe siècle, une partie de l'abbaye est transformée en caserne : voir École nationale des sous-officiers d'active#Quartier Canclaux (rendu à la ville en septembre 2011)

Depuis 2011[modifier | modifier le code]

Tournage de la série télévisée Ainsi soient-ils : 1re saison diffusée en 2012, 2e saison en tournage en 2013.





Liste des abbés[1][modifier | modifier le code]

  • 459-500 : bienheureux Agapit
  • 500-5?? : saint Maixent
  • 5??-6?? : Didon
  • 6??-659 : saint Léger
  • 659-7?? : Audulphe
  • 7??-825 : Thibert (ou Teutbert)
  • 825-8?? : Rainaud Ier
  • 8??-8?? : Abbon
  • 8??-8?? : Arnoul
  • 8??-900 : Audoin
  • 900-902 : Aubert
  • 902-928 : Adhémar Ier
  • 928-936 : Ermenfroy
  • 936-9?? : Ebles
  • 9??-945 : Gislebert
  • 945-946 : Albert
  • 947-963 : Eudes
  • 963-968 : Ramnulfe
  • 968-9?? : Constantin Ier
  • 9??-9?? : Guibert
  • 9??-987 : Brixius
  • 987-1014 : Bernard
  • 1014-1025 : Rainaud II
  • 1026-1027 : Goufier
  • 1027-1039 : Amblard
  • 1039-1040 : Emmon
  • 1040-1059 : Archambaud de Parthenay
  • 1059-1068 : Aymeric Ier
  • 1068-1080 : Benoît Ier
  • 1080-1087 : Ansegise
  • 1087-1092 : Adam
  • 1092-1093 : Robert
  • 1093-1107 : Garnier
  • 1107-1134 : Geoffroy Ier
  • 1134-1175 : Pierre Ier Raymond
  • 1175-1180 : Pierre II de La Tour
  • 1180-1181 : Olivier
  • 1181-1182 : Adhémar II
  • 1182-11?? : Aymeric II de Mayrestrolle
  • 11??-1203 : Martin
  • 1204-1209 : Etienne Ier
  • 1209-1222 : Benoît II Bernard
  • 1222-1234 : Geoffroy II
  • 1235-1260 : Pierre III Audouin
  • 1260-1269 : Arnaud Ier
  • 1269-1278 : Etienne II
  • 1278-1284 : Guillaume Ier
  • 1284-1292 : Constantin II
  • 1293-1302 : Guillaume II Tousselin
  • 1303-1310 : Guillaume III
  • 1310-1332 : Arnaud II Buard
  • 1332-1337 : Hélie de Saint-Hire
  • 1337-1344 : Pierre IV Pichier
  • 1344-1361 : Guillaume III de La Porcherie
  • 1361-1362 : Jean Ier
  • 1362-1380 : Guillaume IV de Vezençay
  • 1380-1382 : cardinal Pierre V de La Tour
  • 1382-1383 : Hugues Tousselin
  • 1383-1385 : Guillaume V de Chauray
  • 1385-1402 : Roger de Saint-Avit
  • 1402-1437 : Pierre VI Baston
  • 1437-1442 : cardinal Pierre VII de Clairvaux
  • 1442-1461 : Jean II Chevalier
  • 1462-1475 : Jacques Ier Chevalier
  • 1476-1483 : cardinal Philibert Hugonet
  • 1483-1499 : Jean III Rousseau
  • 1499-1501 : Pierre VIII Chaunis
  • 1501-1503 : Louis Ier Gouffier de Boissy
  • 1504-1509 : Pierre IX Gouffier de Boissy
  • 1509-1512 : Louis II de Paris
  • 1512-1515 : Arnaud III de Saint-Gelais de Monlieu de Saint-Aulaye
  • 1515-1528 : Jacques II de Saint-Gelais de Monlieu de Saint-Aulaye
  • 1528-1574 : Jean IV de Saint-Gelais de Monlieu de Saint-Aulaye
  • 1574-1594 : Catherin Chrétien
  • 1594-1608 : Vacance
  • 1609-1615 : Guillaume VI Fouquet de La Varenne
  • 1615-1621 : Jacques III Leber
  • 1621-1622 : Louis III de Rucellay
  • 1623-1641 : Bertrand d’Eschaux
  • 1641-1642 : cardinal Armand-Jean du Plessis de Richelieu
  • 1642-1662 : Jacques IV de Crevant d’Humières
  • 1663-1684 : Balthazar de Crevant d’Humières
  • 1684-1693 : Henri-Charles Arnauld d’Andilly de Pomponne
  • 1693-1716 : Mathieu Ysoré d'Hervault de Pleumartin
  • 1717-1748 : François Honoré Grimaldi
  • 1748-1772 : Frédéric de Saint-Séverin d’Aragon
  • 1772-1791 : Jean V de Dieu-Raymond de Boisgelin de Cucé

Description[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Gallia Christiana

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yvonne Labande-Mailfert - Poitou roman - pp.42 - éditions Zodiaque (collection "la nuit des temps" n°5) - La Pierre-qui-Vire - 1957
  • Yves Blomme - Poitou gothique - pp.311-321 - éditions Picard - Paris,- 1993 -ISBN 978-2-7084-0439-7