Abbatiale Sainte-Valérie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbatiale Sainte-Valérie de Chambon-sur-Voueize
Image illustrative de l'article Abbatiale Sainte-Valérie
Présentation
Culte catholique romain
Type abbatiale
Rattachement Abbaye Saint-Martial de Limoges donc Cluny
Début de la construction XIe siècle[1]
Fin des travaux XIIe siècle[1]
Style dominant roman
Protection Logo monument historique Classé MH (1840)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
région Limousin
département Creuse
Commune Chambon-sur-Voueize
Coordonnées 46° 11′ 22″ N 2° 25′ 33″ E / 46.18944, 2.4258346° 11′ 22″ Nord 2° 25′ 33″ Est / 46.18944, 2.42583  

Géolocalisation sur la carte : Creuse

(Voir situation sur carte : Creuse)
Abbatiale Sainte-Valérie de Chambon-sur-Voueize

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbatiale Sainte-Valérie de Chambon-sur-Voueize

L'Abbatiale Sainte-Valérie est située à Chambon-sur-Voueize dans le département de la Creuse et la région Limousin. C'est un des plus importants édifices de style roman du Limousin.

L'abbatiale fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 857 les moines de l'abbaye Saint-Martial de Limoges fondent un monastère à Chambon-sur Voueize pour mettre à l'abri des incursions normandes les reliques de sainte Valérie, dont le monastère de Saint-Martial garde seulement la tête (17 mai). Vers 985, ils font construire une chapelle pour les recevoir. L'église est construite un peu plus tard[2]. Elle sera rattachée à l'ordre de Cluny, elle devient abbatiale au XIIIe siècle puis paroissiale après la Révolution française. Elle fut pillée et mutilée aux XVe et XVIe siècle avant d'être remaniée au milieu du XIXe.

Description[modifier | modifier le code]

Extérieur[modifier | modifier le code]

L'abbatiale Sainte-Valérie est une des plus importantes églises romanes du Limousin avec ses 87 mètres de longueur et son transept de 38 mètres de large. Elle est flanquée de deux clochers, l'un du XIIIe au-dessus du porche est quadrangulaire et est appelé "tour des bourgeois", l'autre à l'est, restauré au XVe siècle s'appelle "tour du Chartrier" car il servait au rangement des chartes et manuscrits du monastère. Le chevet composé de cinq absidioles est très harmonieux. Le porche couvre un très beau portail à voussures.

Intérieur[modifier | modifier le code]

À l'intérieur de l'église on peut découvrir des boiseries du XIIIe siècle, une chaire du XIXe, ornée d'une statue de saint Michel en costume Louis XIII, terrassant le dragon, et d'une autre de saint Jean agenouillé.

Dans la chapelle Sainte-Valérie, retable à colonnes torses du XVIIe, statues en bois polychrome de sainte Valérie, saint Martial et saint Pierre.

La chapelle axiale est éclairée par un vitrail moderne représentant le martyre de sainte Valérie, décapitée par son fiancé parce qu'elle lui préférait la vie contemplative.

Le Trésor[modifier | modifier le code]

Au rez-de-chaussée de la tour du Chartrier se trouve le trésor qui se compose de :

  • un bras reliquaire de saint Julien
  • un buste reliquaire en argent du XIVe siècle contenant les ossements de sainte Valérie
  • Un panneau en bois peint du XIVe issu probablement d'un triptyque, représentant "la décollation" de la Sainte patronne de l'église.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a, b et c « Notice no PA00100029 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. J B L Roy-Pierrefitte Études historiques sur les monastères du Limousin & de la Marche, Volume 1 Ve Betoulle, 1863