Aarberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Aarburg.
Aarberg
Blason de Aarberg
Héraldique
La place centrale d'Aarberg
La place centrale d'Aarberg
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Berne
Arrondissement Seeland
N° OFS 0301
Démographie
Population 4 088 hab. (31 décembre 2010)
Densité 517 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 02′ 45″ N 7° 16′ 35″ E / 47.045838, 7.276397 ()47° 02′ 45″ Nord 7° 16′ 35″ Est / 47.045838, 7.276397 ()  
Altitude 463 m (min. : 438 m) (max. : 542 m)
Superficie 791 ha = 7,91 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Berne

Voir sur la carte administrative du Canton de Berne
City locator 14.svg
Aarberg

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Aarberg

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Aarberg
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Aarberg est une ville et une commune suisse du canton de Berne, située dans l'arrondissement administratif du Seeland.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bourg moyenâgeux avec au centre une très grande place, Aarberg est située à 20 km au nord-ouest de Berne, dans la plaine du Seeland. Son altitude est de 456 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Selon l'Office fédéral de la statistique, Aarberg mesure 7,92 km2[2]. 23,5% de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 44,3% à des surfaces agricoles, 29,5% à des surfaces boisées et 2,7% à des surfaces improductives[2].

Elle se situe sur le cours de l'Aar, qui, depuis la correction des eaux du Jura s'écoule par le canal de Hagneck pour se jeter dans le lac de Bienne. L'ancienne Aar y prend son cours pour rejoindre le canal de Nidau-Büren à Büren an der Aare.

La commune est limitrophe de Bargen, Kappelen, Lyss, Seedorf et Radelfingen.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville, qui faisait partie du district du Seeland avec Cerlier, Nidau et Büren, est construite sur une île vers 1027 par le duc de Souabe Ernest II à l'occasion de la guerre qu'il faisait à son beau-père Conrad II le Salique. Ernest II avait fait creuser un canal latéral à la rivière pour défendre le camp retranché qu'il avait établi sur l'îlot. Il faut attendre 1271 pour voir une ville s'y élever sous l'impulsion d'Ulrich de Neuchâtel-Aarberg, comte d'Aarberg, seigneur de Valangin et de Willisau, petit-fils d'Ulrich III de Neuchâtel. Ulrich lui donne à cette occasion ses franchises laissant au choix du comte l'avoyer ou le châtelain alors que les habitants pouvaient nommer le maître d'école, le gardien des portes de la ville et l'huissier. Les comtes d'Aarberg s'allient très vite avec Berne qui permet la libération de Guillaume lorsque celui-ci, qui était en guerre avec son fils Pierre, fut fait prisonnier par ce dernier[3].

Lors de la guerre de Laupen les terres d'Aarberg sont ravagées par les Bernois qui ne pouvaient pas déloger Pierre d'Aarbeg de sa forteresse. Ce dernier devait décéder de la lèpre, c'est pourquoi le château d'Aarberg fut délaissé par les baillis successifs qui par ce fait résidaient à Berne. En 1379 la seigneurie d'Aarberg est définitivement annexée à la ville de Berne. Un siècle plus tard, en 1477 la ville est entièrement détruite par un incendie[3].


En 1687, 111 personnes se noient lorsque deux bateaux chargés à bloc coulent dans l'Aar, près d'Aarberg.

Article détaillé : Liste des comtes d'Aarberg.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Aarberg possède 3 954 habitants en 2008<[1]. Sa densité de population atteint 499 hab./km².

Le graphique suivant résume l'évolution de la population d'Aarberg entre 1850 et 2008[4] :

Transports[modifier | modifier le code]

Curiosités[modifier | modifier le code]

Pont couvert sur l'ancien cours de l'Aar.
  • Château, probablement construit à la fin du XVIIe siècle en style post-gothique pour servir de résidence aux baillis.
  • Église réformée, construite en 1484 en style gothique tardif; clocher de 1529.
  • Pont de bois datant de 1566 ; il est supporté par des piles en pierre et il est partiellement au sec depuis la construction du canal de Hagneck.

Industrie[modifier | modifier le code]

  • Une raffinerie de sucre est implantée à Aarberg. Elle a été fondée en 1912. Chaque année, des betteraves sucrières provenant de la Suisse occidentale sont traitées entre fin septembre et fin décembre. Elle occupe 180 collaborateurs. Site des sucreries suisses

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire de Neuchâtel et Valangin jusqu'à l'avénement de la maison de Prusse, Frédéric-Alexandre de Chambrier, imprimerie de C. Attinger, 1840, p.  16, 34, 42, 50 Google livres
  • La Suisse illustrée, Ferdinand Albert Flocon, Albert Vouga, Alexandre Daguet, Jakob Lorenz Rüdisühli, édition C. Krüsi, p.  522, 537, 538, 539 Google livres

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2010 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 15 décembre 2011).
  2. a, b et c « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. a et b La Suisse illustrée
  4. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13/01/2009)

Liens externes[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :