Cerlier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cerlier
Erlach
Blason de Cerlier
Héraldique
Château et vieille-ville de Cerlier
Château et vieille-ville de Cerlier
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Berne
Arrondissement Seeland
Maire Fritz Friedli
Code postal 3235
N° OFS 0492
Démographie
Population 1 245 hab. (31 décembre 2010)
Densité 355 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 02′ 00″ N 7° 05′ 00″ E / 47.033333, 7.083333 ()47° 02′ 00″ Nord 7° 05′ 00″ Est / 47.033333, 7.083333 ()  
Altitude Min. 433 m – Max. 603 m
Superficie 351 ha = 3,51 km2
Divers
Nom officiel Erlach
Nom français Cerlier
Langue Allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Berne

Voir sur la carte administrative du Canton de Berne
City locator 14.svg
Cerlier

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Cerlier

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Cerlier
Liens
Site web www.erlach.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Cerlier, appelée Erlach en allemand, est une commune suisse du canton de Berne, située dans l'arrondissement administratif du Seeland.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un village du nom de Sunkort a probablement existé avant le château et la petite ville. Les vignes « hinter Sunkort » rappellent le hameau disparu aux alentours de 1500 et l'actuelle Amthausgasse en est sans doute le dernier vestige.

Seigneurie puis bailliage, Cerlier possède depuis l'an 1100 un château érigé par l'évêque Bourcard de Fenis[3] ainsi qu'une abbaye bénédictine nommée Saint-Jean-Baptiste fondée vers 1093/1103 par son frère l'évêque Conon de Fenis (tous deux sont fils d'Ulrich Ier de Neuchâtel)[4]. Le château va devenir la résidence des membres de la Maison de Fenis vers 1117 après qu'un tremblement de terre ne détruise celui de leur fief d'origine[3]. Avec Ulrich III de Neuchâtel Cerlier va être donné à la branche des Neuchâtel-Nidau en la personne de son fils Rodolphe Ier de Neuchâtel-Nidau et c'est Rodolphe II qui lui donnera ses franchises en 1264/66. La seigneurie restera dans cette famille jusqu'en 1375, date du décès de Rodolphe IV de Neuchâtel-Nidau, à ce moment elle est remise à la Maison de Savoie qui en avait déjà la suzeraineté depuis 1265[3].

Personnalité[modifier | modifier le code]

Le conseiller fédéral Karl Scheurer, chef du département militaire (1920-1929), était bourgeois d'Erlach.

Tourisme[modifier | modifier le code]

L'île Saint-Pierre, en fait une presqu'île. On peut s'y rendre à partir de Cerlier à pied, à vélo ou en bateau.

Transports[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2010 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté en 15 décembre 2011).
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. a, b et c Bern: Schloss Erlach - Le château de Cerlier, J.-C. Curtet [1]
  4. Dictionnaire historique de la Suisse, Couvent de Cerlier [2]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :