Studen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Studen
Blason de Studen
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Berne
Arrondissement Seeland
communes limitrophes
(voir carte)
Aegerten, Busswil bei Büren, Büetigen, Jens, Schwadernau, Worben.
Maire Urs Lanz
Code postal 2557
N° OFS 0749
Démographie
Population 2 820 hab. (31 décembre 2010)
Densité 1 037 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 07′ 00″ N 7° 18′ 00″ E / 47.116669, 7.300006 ()47° 07′ 00″ Nord 7° 18′ 00″ Est / 47.116669, 7.300006 ()  
Altitude 437 m
Superficie 272 ha = 2,72 km2
Divers
Nom officiel Studen (BE)
Langue Allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Berne

Voir sur la carte administrative du Canton de Berne
City locator 14.svg
Studen

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Studen

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Studen
Liens
Site web www.Studen.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Studen est une commune suisse du canton de Berne, située dans l'arrondissement administratif du Seeland.

Vestiges Celtes et Romains[modifier | modifier le code]

A la pointe sud-est du Jensberg se trouvent les vestiges, en partie encore visibles, du site de Petinesca, sur le territoire de la commune. Le site comprend une fortification celtique, (Oppidum), puis un village fortifié romain, qui formaient un centre régional depuis le second siècle av. J.-C. jusqu'au IVe siècle après J.-C.:

Les ruines de la station romaine Petinesca, datant de 58 av. J.-C., permettant la protection de la route Aventicum(Avenches) à Solodurum (Soleure): au temps des Romains déjà, la région était bien colonisée. Le grand axe routier de la Suisse passant par Avenches, Morat, Chiètres et Kallnach se dirigeait vers Soleure et Windisch, en longeant la côte est du Seeland. Une seconde route romaine traversait le Seeland vers Witzwil, entre les lacs de Neuchâtel et de Morat. Une bifurcation passant par les gorges du Taubenloch traversait le Jura en passant par le Col de Pierre Pertuis.

Transport[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2010 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 15 décembre 2011).
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]