Épitomé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un épitomé, tiré du grec ἐπιτέμνειν (epitemnein, "pour faire court") est le condensé d'une chose, généralement une œuvre. Il se distingue d'un résumé par le fait que ce dernier est produit à partir de citations d'un travail plus grand, alors que l'épitomé est une œuvre à part entière faisant intervenir, au moins en partie, un travail inédit.

Ainsi, plusieurs écrits de la Grèce et de la Rome antique ne sont disponibles de nos jours que sous forme d'épitomé. En effet, certains auteurs postérieurs, les "épitomateurs", écrivaient des versions allégées des travaux classiques, qui ont été ensuite perdus.

Les écrits ayant traversés les âges sous forme d'épitomé se distinguent de ceux que l'on retrouve sous forme de fragments disséminés dans des œuvres postérieures ainsi que de ceux utilisés comme sources non-officielles par les académiciens. Contrairement à ces derniers, un épitomé forme un document entier.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Les épitomés apparaissent sous l'Empire romain, elles mettaient à disposition des lecteurs des versions plus accessibles de textes historiques volumineux, condensant le savoir à l'essentiel à connaître.

  • les Epitome ou Periochae de Tite-Live résument les 142 livres de l'Histoire romaine de Tite-Live.
  • Florus rédige un Abrégé de l'histoire romaine depuis Romulus jusqu'à Auguste en 4 livres, probablement à partir de l'Histoire romaine de Tite-Live, et d'autres auteurs
  • Justin est l'auteur d'un Abrégé des histoires philippiques (Epitoma Historiarum Philippicarum) de Trogue Pompée
  • l'Épitomé de Caesaribus, dont l'auteur est inconnu, condense le Livre des Césars d'Aurélius Victor

Ère moderne[modifier | modifier le code]

Article connexe : Vulgarisation.

Des épitomés sont encore produits de nos jours. Ils sont généralement produits dans le but de rendre accessibles un corpus de travaux classiques jugés denses et lourds inaccessibles au profane.

Certains d'entre-eux sont plus proche du résumé, comme certaines versions de l'Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain d'Edward Gibbon, composées de huit livres totalisant environ 3 600 pages et souvent publiés en un livre d'environ 1 200 pages.

D'autres se rapprochent des anciens épitomés, tels ceux basés sur la Somme théologique de Thomas d'Aquin et ceux tels A Summa of the Summa et A Shorter Summa présentant la philosophie aristotélicienne. Des expressions dans les titres d'épitomés reviennent de manière récurrente :

En anglais 
  • The Companion to... ("le compagnon de…"), tels The Oxford Companion to Aristotle,
  • An Overview of ("une vue générale de"),
  • An introduction to…
  • How to,
  • …in a nutshell.
En français 
  • Que sais-je?,
  • …pour les nuls,
  • guide de…

Exemples[modifier | modifier le code]

Voici une liste non-exhaustive d'épitomés tirés d'œuvres originales désormais perdues :

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Epitome » (voir la liste des auteurs)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]