Élection fédérale canadienne de 2000

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1997 Drapeau du Canada 2004 Suivant
Élection fédérale canadienne de 2000
Les 301 sièges du parlement canadien
  
64,1 %
Chretien crop Sept 9 2002.jpg
Parti libéral du Canada – Jean Chrétien
  
40,85 %
Sièges obtenus 172 Green Arrow Up.svg 11
Stockwell Day.jpg
Alliance canadienne – Stockwell Day
  
25,49 %
Sièges obtenus 66 Green Arrow Up.svg 6
Gilles Duceppe2.jpg
Bloc québécois – Gilles Duceppe
  
10,72 %
Sièges obtenus 38 Red Arrow Down.svg 6
Mcdonoughalexa.jpg
Nouveau Parti démocratique – Alexa McDonough
  
8,51 %
Sièges obtenus 13 Red Arrow Down.svg 6
JoeClark.jpg
Parti progressiste-conservateur du Canada – Joe Clark
  
12,19 %
Sièges obtenus 12 Red Arrow Down.svg 3
Carte
Carte du vote populaire avec barres graphiques démontrant le total des sièges dans chaque province et territoire
La Chambre des communes après l'élection de 2000
Diagramme
  •      Libéraux (172)
  •      Alliancistes (66)
  •      Bloquistes (38)
  •      Néo-démocrates (13)
  •      Progressiste-conservateurs (12)
Premier ministre
Sortant
Élu
Jean Chrétien
Modèle:Canadian party colour

L'élection fédérale canadienne de 2000 se déroule le 27 novembre 2000 dans le but d'élire les 301 députés de la 37e législature à la Chambre des communes du Canada.

Le Parti libéral du Canada au pouvoir remporte facilement un troisième mandat majoritaire consécutif, comme prévu lors du déclenchement de l'élection en octobre et à travers la campagne. Cette élection est considérée comme un grand succès pour le premier ministre Jean Chrétien et le Parti libéral mais un échec pour tous les autres partis. Sans enjeux importants ni de campagne passionnante, les taux de participation chutent à 64,1 %, un plancher jamais atteint auparavant.

Les partis[modifier | modifier le code]

Le Parti libéral fait campagne sur son bilan économique solide et ses sept ans au pouvoir relativement dénués de scandales. Ils refont quelques gains dans les Provinces de l'Atlantique où ils avaient essuyé des pertes majeures au profit du NPD et du Parti progressiste-conservateur dans l'élection de 1997, en bonne partie à cause de changements à l'assurance-emploi qui défavorisaient les travailleurs saisonniers. Au Québec, les libéraux parviennent également à récolter près de la moitié des circonscriptions de la province aux dépens du Bloc québécois. En tout, les libéraux augmentent leur représentation aux communes, de 155 sièges à 172.

L'Alliance canadienne se lance dans l'élection avec de grands espoirs. On s'attend à ce que le nouveau chef Stockwell Day séduise beaucoup l'électorat ontarien, crucial, et le parti espère faire des gains importants. L'Alliance fait campagne sur une plate-forme prônant des baisses d'impôts, l'abolition du registre fédéral des armes à feu, et les valeurs familiales. La campagne est toutefois freinée par des accusations d'un « agenda caché » selon lequel ils permettraient l'existence d'un système de santé « à deux vitesses » (un système privé fonctionnant en parallèle avec le système public) ; on les accuse aussi de menacer les droits des homosexuels et à l'avortement ; le parti nie toutes ces accusations. L'image publique de Day souffre, principalement à cause de gaffes commises au cours de la campagne. À la fin, l'Alliance ne remporte que deux circonscriptions en Ontario. Ceci contribue à l'éjection de Day l'année suivante. À un moment de la campagne, l'Alliance récolte 30,5 % d'appuis dans les sondages, et certains pensent même qu'ils pourraient remporter la victoire. Ces attentes ne se concrétisent pas, mais ils gardent leur statut d'Opposition officielle et augmentent de six sièges leur représentation aux communes, de 60 à 66.

Le Bloc québécois ne parvient pas à maintenir de l'intérêt, et Gilles Duceppe, malgré de bonnes performances lors des débats, voit sa campagne s'essouffler. Le parti perd six sièges dans l'élection, passant de 44 à 38 aux communes.

Le Nouveau Parti démocratique fait une campagne intense sur la question du système de santé, mais ne parvient pas à séduire l'électorat. Leur nombre de sièges tombe de 21 à 13. Toutefois, leurs appuis demeurent forts au Canada atlantique, surtout en Nouvelle-Écosse, où leurs appuis sont traditionnellement plutôt faibles.

Le Parti progressiste-conservateur du Canada vise à retrouver sa place traditionnelle dans la politique canadienne sous la direction de l'ancien premier ministre Joe Clark. L'élection est toutefois une déception : ils tombent de 20 à 12 sièges et sont presque entièrement confinés aux provinces maritimes et Terre-Neuve-et-Labrador. Le Parti remporte les 12 sièges nécessaires au statut de parti officiel aux communes ; un échec de ce côté aurait marginalisé le parti et probablement conduit à un déclin plus rapide.

Résultats[modifier | modifier le code]

Pays[modifier | modifier le code]

Parti Chef Nombre de
candidats
Sièges Voix
1997 Dissol. Élus Diff. Nombre absolu % Diff.
     Libéral Jean Chrétien 301 155 161 172 +17 5 252 031 40,85 % +2,39 %
     Alliance canadienne Stockwell Day 298 60 58 66 +6 3 276 929 25,49 % +6,13 %1
     Bloc québécois Gilles Duceppe 75 44 44 38 -6 1 377 727 10,72 % +0,04 %
     NPD Alexa McDonough 298 21 19 13 -8 1 093 868 8,51 % -2,54 %
     Progressiste-conservateur Joe Clark 291 20 15 12 -8 1 566 998 12,19 % -6,65 %
     Parti vert Joan Russow 111 - - - - 104 402 0,81 % +0,38 %
     Marijuana Marc-Boris St-Maurice 73 * - - * 66 258 0,52 % *
     Action canadienne Paul Hellyer 70 - - - - 27 103 0,21 % +0,08 %
     Loi naturelle Neil Paterson 69 - - - - 16 577 0,13 % -0,16 %
     Marxiste-léniniste Sandra L. Smith 84 - - - - 12 068 0,09 % -
     Communiste Miguel Figueroa 52 * - - * 8 776 0,07 % *
     Indépendant 29 1 4 - -100 % 17 445 0,14 % -0,32 %
     Aucune appartenance 57 - - - - 37 591 0,29 % +0,28 %
Vacant -
Total 1 808 301 301 301 - 12 997 185 100 % -
Sources : http://www.elections.caHistorique des circonscriptions depuis 1867

Notes :

"% Diff." indique la différence avec les résultats de l'éleciton précédente

  • Le parti n'a pas présenté de candidats lors de l'élection précédente

1 - différence de pourcentage avec les résultats du Parti réformiste du Canada lors de l'élection précédente

Par province[modifier | modifier le code]

Parti C-B AB SK MB ON QC N-B N-É ÎPE TNL NU TNO YK Total
     Libéral Sièges : 5 2 2 5 100 36 6 4 4 5 1 1 1 172
     Voix : 27,7 20,9 20,7 32,5 51,5 44,2 41,7 36,5 47,0 44,9 69,0 45,3 32,9 40,8
     Alliance canadienne Sièges : 27 23 10 4 2 - - - - - - - 66
     Voix : 49,4 58,9 47,7 30,4 23,6 6,7 15,7 9,6 5,0 3,9 17,6 27,0 25,5
     Bloc québécois Sièges : 38 38
     Voix : 39,9 10,7
     NPD Sièges : 2 - 2 4 1 - 1 3 - - - - - 13
     Voix : 11,3 5,4 26,2 20,9 8,3 1,8 11,7 24,0 9,0 13,1 18,3 26,9 32,1 8,5
     Progressiste-conservateur Sièges : - 1 - 1 - 1 3 4 - 2 - - - 12
     Voix : 7,3 13,5 4,8 14,5 14,4 5,6 30,5 29,1 38,4 34,5 8,1 10,1 7,6 12,2
Total sièges : 34 26 14 14 103 75 10 11 4 7 1 1 1 301
Partis n'ayant remporté aucun siège :
     Parti vert Voix : 2,1 0,5 0,4 0,2 0,9 0,6 0,1 0,3 4,5 0,8
     Marijuana Voix : 0,7 0,2 0,1 0,3 1,0 0,1 0,4 0,5
     Action canadienne Voix : 0,8 0,1 0,2 0,2 0,2 0,2
     Loi naturelle Voix : 0,1 0,1 0,3 0,2 0,1 0,1 0,1
     Marxiste-léniniste Voix : 0,1 0,1 0,2 0,1 0,1
     Communiste Voix : 0,1 0,3 0,1 0,1 0,1
     Autre Voix : 0,4 0,4 1,0 0,6 0,2 0,2 0,1 4,4 0,4 0,4

Source : Élections Canada

Notes[modifier | modifier le code]

10 circonscriptions les plus serrées[modifier | modifier le code]

1. Champlain, QC : Marcel Gagnon (BQ) défait Julie Boulet (lib.) par 15 voix
2. Laval-Centre, QC : Madelein Dalphond-Gurial (BQ) défait Pierre Lafleur (lib.) par 42 voix
3. Leeds—Grenville, ON : Joe Jordan (lib.) défait Gord Brown (CA) par 55 voix
4. Saskatoon—Rosetown—Biggar, SK : Carol Skelton (CA) défait Dennis Gruending (NPD) par 68 voix
5. Yukon, YK : Larry Bagnell (lib.) défait Louise Hardy (NPD) par 70 voix
6. Tobique—Mactaquac, NB : Andy Savoy (lib.) défait Gilles Bernier (PC) par 150 voix
7. Regina—Lumsden—Lake Centre, SK : Larry Spencer (AC) défait John Solomon (NPD) par 161 voix
8. Regina—Qu'Appelle, SK : Lorne Nystrom (NPD) défait Don Leier (AC) par 164 voix
9. Palliser, SK : Dick Proctor (NPD) défait Don Findlay (AC) par 209 voix
10. Matapédia—Matane, QC : Jean-Yves Roy (BQ) défait Marc Bélanger (lib.) par 276 voix
10. Cardigan, ÎPE : Lawrence MacAulay (lib.) défait Kevin MacAdam (PC) par 276 voix