Église Saint-Pierre-du-Gros-Caillou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église Saint-Pierre-du-Gros-Caillou
Image illustrative de l'article Église Saint-Pierre-du-Gros-Caillou
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattachement Archidiocèse de Paris
Protection  Inscrit MH (1975)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Paris
Commune Paris
Coordonnées 48° 51′ 34″ N 2° 18′ 19″ E / 48.859539, 2.3052548° 51′ 34″ Nord 2° 18′ 19″ Est / 48.859539, 2.30525  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Pierre-du-Gros-Caillou

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Église Saint-Pierre-du-Gros-Caillou

Géolocalisation sur la carte : 7e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 7e arrondissement de Paris)
Église Saint-Pierre-du-Gros-Caillou

L'église catholique Saint-Pierre-du-Gros-Caillou est située au 92, rue Saint-Dominique dans le 7e arrondissement de Paris.

Historique[modifier | modifier le code]

« Saint-Pierre du Gros-Caillou, église paroissiale située rue Saint-Dominique-Gros Caillou, n° 58. — Lorsque le Gros-Caillou fut devenu un bourg assez considérable, on sentit la nécessité d'y bâtir une succursale de Saint-Sulpice, qui était la paroisse de ce bourg. On s'occupa de ce projet dès 1652, mais des obstacles sans nombre vinrent successivement arrêter les travaux. Enfin, le 19 mars 1733, on posa la première pierre de cette église, qui fut bénite sous le titre de l'Assomption de la Sainte' Vierge, et nommée par les habitants Notre-Dame-de-Bonne-Délivrance ; elle est cependant désignée dans les registres de l'archevêché sous le nom de Saint-Pierre-du-Gros-Caillou, succursale de Saint-Sulpice. Elle devint bientôt église paroissiale. en 1775, on la reconstruisit sur un plan plus vaste et sur les dessins de l'architecte Chalgrin ; mais elle n'était pas entièrement terminée lors qu’éclata la révolution. Elle futalors démolie. En 1822, on éleva sur le même emplacement et sous le même nom, une nouvelle église qui est d'une belle simplicité. Ce monument est dû au talent de M. Godde, architecte. »

— Nouvelle histoire de Paris et de ses environs, Jules de Gaulle & Nodier, Paris, Pourrat, 1839, p 387.

La dépouille de Jean-Sylvain Bailly, premier maire de Paris en 1789, repose sous le dallage.

Les confessionnaux ont été dessinés par le protestant Victor Baltard en 1854.[réf. nécessaire]

Les orgues[modifier | modifier le code]

Le grand orgue de tribune[modifier | modifier le code]

Orgue Mutin-Convers (1925), restauré par Victor Gonzalez (1933, 1955) et Danion-Gonzalez (1978); relevage par Bernard Dargassies en 2000.

L'instrument comporte 3 claviers de 56 notes et un pédalier de 32 notes pour 47 jeux. Les transmissions sont électriques.

Noëlie Pierront fut organiste titulaire à Saint-Pierre-du-Gros-Caillou de 1929 à 1970.

L'orgue de la chapelle[modifier | modifier le code]

Construit par Danion-Gonzalez en 1972, il comporte 3 claviers de 61 notes et un pédalier de 32 notes pour 25 jeux (22 réels). Les transmissions sont électriques.

Tableaux[modifier | modifier le code]

Curés de l'église[modifier | modifier le code]

Le père Antoine de Vial en fut curé de 1988 à 2005. Il fit baptiser les nouvelles cloches de cette église.

Le Père Richard Escudier en est l'actuel titulaire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]