Écho (mythologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Écho.

Dans la mythologie grecque, Écho (en grec ancien Ἠχώ / Êkhố) est une oréade, nymphe des sources et des forêts du mont Hélicon, et la personnification de l'écho acoustique.

Mythe[modifier | modifier le code]

Elle fut élevée par les nymphes. Elle était très prolixe et inventait de nombreuses histoires : c'est ainsi qu'elle distrayait Héra pour favoriser les amours de Zeus. Mais la déesse finit par s'apercevoir de ce manège et pour punir Écho, lui ôta la parole, depuis elle se cache dans les forêts et on ne la voit sur aucune montagne, nulle part. Tout le monde l'entend ; seul le son est vivant en elle.

Elle donna son nom au phénomène de l'écho, deux légendes l'expliquent :

  • Écho est une jeune fille qui tomba amoureuse de Narcisse, mais fut méprisée par celui-ci qui était amoureux de lui-même. Le cœur brisé, elle s'enfuit dans une grotte solitaire et se laissa dépérir. La légende dit qu'elle s'était tellement amaigrie que ses os avaient totalement disparu et s'étaient transformés en pierre. Ainsi, elle se transforma en source et il ne lui reste que sa voix.
  • Pan jaloux de ses talents, éparpilla ses membres sur toute la Terre. Il n'en reste que l'écho, pâle imitation, et une fille, Jynx.

Évocations artistiques[modifier | modifier le code]

On rencontre Écho avec Narcisse dans le théâtre du Siècle d'or espagnol (Calderón, Eco y Narciso ; Sor Juana Ines de la Cruz, El Divino Narciso). Le dialogue avec l'écho devient à la Renaissance un véritable genre poétique, illustré dans les pastorales dramatiques, dans la poésie lyrique, dans l'opéra. Les poètes (Pétrarque, Villon (La ballade des dames du temps jadis, v. 5-7), Ronsard, Du Bellay, Hugo, Pouchkine…) utilisent volontiers la figure de la nymphe Écho ou le phénomène de l'écho pour désigner la voix et l'activité poétiques.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Elbridge Colby, The Echo-Device in the Literature, New York Public Library, 1920.
  • (en) John Hollander, The Figure of Echo. A Mode of allusion in Milton and after, University of Columbia Press, 1981.
  • (en) Joseph Lœwenstein, Responsive readings: versions of Echo in pastoral, epic, and the Jonsonian masque, Yale University Press, 1984.
  • Véronique Gély-Ghedira, La Nostalgie du moi : Écho dans la littérature européenne, Presses Universitaires de France, 2000.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :