Xavier Gélin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Xavier Gelin)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gélin.
Xavier Gélin
Defaut 2.svg
Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Mère
Sœur
Enfant

Xavier Gélin est un acteur, producteur, scénariste et réalisateur français né le à Paris et mort le (à 53 ans) dans la même ville.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tombe de Xavier Gélin au cimetière du Montparnasse.

Xavier Gélin est le fils de Daniel Gélin et Danièle Delorme, le petit-fils d’André Girard, le demi-frère de Maria Schneider, Manuel Gélin et Fiona Gélin et le père de Hugo Gélin.

Il étudie au lycée français de New York et sort diplômé en 1966[1].

En tant que comédien, il tourne une vingtaine de films, plusieurs dramatiques et feuilletons à la télévision, et joue au théâtre. Il se lance ensuite dans la mise en scène de cinéma, d'abord comme assistant avec Yves Robert, Pierre Etaix et Terence Young.

De 1976 à 1980, il participe aux productions d'Yves Robert et Danièle Delorme à la Guéville, leur maison de production, dans des films tels que Un éléphant ça trompe énormément ou Nous irons tous au paradis d'Yves Robert.

L'année suivante, il crée sa propre société de production, Hugo Films, et produit notamment Qu'est-ce qui fait courir David ? d'Élie Chouraqui ou encore La Lectrice de Michel Deville. Xavier Gélin réalise deux comédies : Coup de jeune en 1993 et L'Homme idéal en 1997.

Il meurt d'un cancer en 1999.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Assistant[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

  • 1971 : Animation durant l'été l'émission C'est ma planète en compagnie de Catherine Allégret et de Didier Kaminka. Le ton est iconoclaste et suscite la polémique. Une version très édulcorée reprendra plusieurs années plus tard, mais le succès ne sera pas au rendez-vous.

Notes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]