Xavier Dor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2008).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dor.
Xavier Dor
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Xavier Dor, né le à Marseille, est un médecin retraité français, engagé dans la lutte contre l'avortement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille bourgeoise — son père a été directeur de la Transatlantique à Cuba —, Xavier Dor est veuf, catholique pratiquant et a eu quatre enfants avec son épouse, Françoise Dugé de Bernonville, fille du collaborateur français Jacques de Bernonville[1]

Docteur en médecine spécialisé en embryologie, Dor a exercé à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière où il a aussi été maître de conférences[2] ; il a été chercheur en embryologie cardiaque à l'INSERM.

Engagement contre l'avortement[modifier | modifier le code]

Fondateur et président depuis 1986 de l'association SOS tout-petits, Xavier Dor est un des initiateurs des « commandos anti-IVG ». Dans le cas de son association, les actions menées consistaient, pour ces militants antiavortement et catholiques, à s'introduire dans des hôpitaux ou cliniques où étaient pratiquées des IVG, parfois dans des parties interdites au public, à détruire les dossiers médicaux, à s'enchaîner et chanter des cantiques, et à menacer le personnel et les patientes[2]. Il a ainsi participé à plusieurs dizaines d'opérations au moins[3], jusqu'en 1995. Son association fut par ailleurs, surtout jusqu'en 1997, à l'origine de manifestations contre l'avortement. Par la suite, avec l'adoption de la loi créant le délit d'entrave, les méthodes ont évolué et les destructions de biens abandonnées.

Condamnations[modifier | modifier le code]

Le docteur Dor a été condamné à 11 reprises pour ses actions[4],[2], notamment après l'adoption en 1993 de la loi Neiertz, créant le délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossesse, et pour avoir organisé des manifestations sans autorisation. Il est condamné à 8 mois de prison, dont cinq avec sursis, sous le régime de la peine aménagée par la Cour d'Appel de Versailles en mars 1996[2].

Le 16 septembre 2013, il est condamné en première instance à dix mille euros d'amende pour délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossesse, notamment pour avoir exercé des "pressions" sur une candidate à l'avortement dans un centre de planning familial du fait qu'il lui avait remis des chaussons tricotés et une médaille représentant la Vierge Marie[5].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le Crime contre Dieu, Perrin & Perrin, Paris, 1998, (ISBN 2911005147)
  • Le livre blanc de l'avortement en France, chap 8, par le collectif 30 ans, ça suffit Tequi, Paris, 2006, (ISBN 2740312423)
  • L'opposition à l'avortement : du lobby au commando, Editeurs Berg International, Paris, 1995, (ISBN 2911289021)

Notes et références[modifier | modifier le code]