Xavier Dor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Xavier Dor
Dr Xavier Dor.jpg
Xavier Dor en 2019.
Fonction
Président
SOS tout-petits
-
Philippe Piloquet (d)
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Xavier Albert Antoine Marie DorVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Xavier Dor, né le à Marseille et mort le à Paris, est un embryologiste français, principalement connu pour son engagement dans la lutte contre l'avortement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille bourgeoise — son père est directeur de la Transatlantique à Cuba —, Xavier Dor est catholique traditionaliste, proche de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X[1]. Il a quatre enfants avec son épouse, Françoise Dugé de Bernonville, fille de Jacques de Bernonville[2].

Docteur en médecine spécialisé en embryologie, Xavier Dor exerce à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière. Il est également chercheur en embryologie cardiaque à l'INSERM et maître de conférences à l'université Paris-VI[3].

Il meurt des suites de la maladie à coronavirus 2019 le [4],[5],[6].

Engagement contre l'avortement[modifier | modifier le code]

Fondateur et président depuis 1986 de l'association SOS tout-petits, Xavier Dor est un des initiateurs des « commandos anti-IVG ». D'après Libération, les actions menées par ces commandos consistaient à s'introduire dans des hôpitaux ou cliniques où étaient pratiquées des IVG, parfois dans des parties interdites au public, à s'enchaîner et chanter des cantiques, et à menacer le personnel et les patientes[3]. Il participe ainsi à plusieurs dizaines d'opérations[7][source insuffisante]. Son association est par ailleurs, surtout jusqu'en 1997, à l'origine de manifestations contre l'avortement.

Selon Neil Datta, secrétaire général du Forum parlementaire européen sur la population et le développement, Xavier Dor est le représentant français de la « première génération anti-choix », apparue dans les années 1980-1990 à la suite de la légalisation du droit à l'avortement dans les pays occidentaux (États-Unis, France, Allemagne). Elle décrit cette première génération comme « un mouvement de protestation sociale qui existe à travers les manifestations et les opérations chocs » et explique qu'elle « provoquait un effet de nuisance certain, mais [qu'elle] n’a rencontré aucun succès », ajoutant que ce mouvement était « amateur, très local » et qu'il « s’est éteint assez rapidement »[8].

Le , trois jeunes militants de l'association SOS tout-petits entrent dans les locaux du Planning familial situé dans le 2e arrondissement de Paris, pour y distribuer des tracts anti-avortement aux femmes présentes, avant de commencer une prière dans la cour des locaux et d'être interrompus par la police. Cet événement est pour Xavier Dor représentatif de ce qu'il appelle la « relève », c'est-à-dire un rajeunissement de la cohortes des militants anti-avortement. Ainsi, selon Xavier Dor, « de plus en plus de jeunes rejoignent nos rangs ». Cette « relève », composée de jeunes qui le considèrent comme un mentor, lui permet aussi de mener de nouvelles actions. Ainsi, peu après, Xavier Dor s'en va tracter avec deux jeunes devant le service d’orthogénie de l’hôpital parisien de Port-Royal. Il déclare à propos de son combat : « même sur mon lit de mort, je continuerai »[9].

Il quitte la présidence de l'association SOS tout-petits en [10]. Lui succède alors le Dr Philippe Piloquet, embryologiste, cytogénéticien et maître de conférence en imagerie médicale à l'université de Nantes[11].

Condamnations[modifier | modifier le code]

Le docteur Xavier Dor est condamné à onze reprises pour ses actions[12],[3], notamment après l'adoption en 1993 de la loi Neiertz, créant le délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossesse, et pour avoir organisé des manifestations sans autorisation. Il est condamné à huit mois de prison, dont cinq avec sursis, sous le régime de la peine aménagée par la cour d'appel de Versailles en [3].

En 2014, il est jugé en appel pour avoir organisé une manifestation anti-IVG le devant l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul, dans le XIVe arrondissement de Paris, ainsi que pour avoir, à la suite d’une irruption dans un centre du Planning familial de Paris en , pris à partie des patientes et exercé une « pression morale et psychologique » sur une candidate à l'avortement. À celle-ci, constituée partie civile du procès, il avait remis des chaussons tricotés et une médaille figurant la Vierge Marie, un acte dont la plaignante témoigne de la violence au cours d'une audience[13],[14],[15]. La cour d’appel de Paris prononce une relaxe pour son action de 2011 et le condamne à 10 000 euros d’amende, dont la moitié avec sursis, pour entrave à l'IVG[16].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le Crime contre Dieu, Perrin & Perrin, Paris, 1998
  • Le Livre blanc de l'avortement en France, chap 8, collectif 30 ans, ça suffit, Tequi, Paris, 2006
  • L'Opposition à l'avortement : du lobby au commando, Berg International, Paris, 1995

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Rappel à Dieu du Dr Xavier Dor », sur FSSPX.news, (consulté le 7 avril 2020).
  2. « Portrait d'un anti-mariage gay : Xavier Dor », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 4 avril 2020).
  3. a b c et d Xavier Dor, chef d'un commando anti-IVG, ira dormir en prison. Vendredi, il a été condamné en appel pour une occupation à Clamart, Libération, .
  4. « Xavier Dor, meneur des « commandos anti-IVG » condamné 11 fois, est mort du coronavirus », actu.fr,‎ (lire en ligne).
  5. (sk) Štefan Danišovský, « Xavier Dor je s Bohom » [« Xavier Dor a rejoint le Père céleste »], Konzervatívny denník Postoj (sk),‎ (lire en ligne).
  6. (pl) « Zmarł największy francuski obrońca życia dr Xavier Dor » [« Le plus grand défenseur français de la vie — en la personne du Dr Xavier Dor — est mort »], Najwyższy Czas! (pl),‎ (lire en ligne).
  7. Plus de deux cents selon le site prochoix.org.
  8. «Les anti-IVG sont souvent anti-genre, homophobes et contre le planning familial», sur Libération.fr, (consulté le 15 avril 2019).
  9. Audrey Salor, « Anti-IVG : "SOS tout-petits" reprend du service », L'Obs, (consulté le 20 avril 2020).
  10. Anne Le Pape, « Ne jamais se décourager », Présent,‎ (lire en ligne, consulté le 4 avril 2020).
  11. Jean-Bernard Gervais, « Prof en médecine et anti-IVG, c’est possible à Nantes et Lyon ! », What's up Doc ?,‎ (lire en ligne, consulté le 4 avril 2020).
  12. Aline Andrea, « Xavier Dor évite la prison » L'Humanité, le .
  13. Mathilde Gérard, « Condamné, le militant anti IVG Xavier Dor promet "d'autres actions" », Le Monde, (consulté le 20 avril 2020).
  14. Sylvain Mouillard, « Xavier Dor, les litanies d'un multirécidiviste anti-IVG », Libération, (consulté le 20 avril 2020).
  15. AFP, « L'anti-IVG Xavier Dor, condamné à 10.000 euros d'amende en appel », Le Point, (consulté le 20 avril 2020).
  16. Sylvain Mouillard, « Peine adoucie en appel pour le militant anti-IVG Xavier Dor », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 4 avril 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]