XXXVe millénaire av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

LXXe millénaire av. J.‑C. | LXe millénaire av. J.‑C. | Le millénaire av. J.‑C.| XLe millénaire av. J.‑C. |
XXXVe millénaire av. J.‑C.
| XXXe millénaire av. J.‑C. | XXIXe millénaire av. J.‑C.| XXVIIIe millénaire av. J.‑C.| XXVIIe millénaire av. J.‑C.

Voir aussi : Liste des millénaires, Chiffres romains


Au sens strict, le XXXVe millénaire av. J.-C. commença en 35 000 av. J.-C.

Toutefois, les dates n’étant pas précises à cette échelle, cet article couvre une période de cinq millénaires :
du XXXVe (35e) au XXXIe (31e) millénaire inclus, soit jusqu’en 30 001 av. J.-C. compris.

Évènements[modifier | modifier le code]

35 000 av. J.-C.[modifier | modifier le code]

  • Dès 35 000 av. J.-C., les deux tiers des tombes contiennent du mobilier funéraire (outils, os d’animaux, bijoux, coquillages, ocre, objets décoratifs).
  • L’abri Castanet sur le site de Castel Merle à Sergeac, en Dordogne (Aurignacien ancien) contient une plaque rocheuse d’une tonne et demie, détachée de la paroi, sur laquelle ont été découvertes des gravures de sexe masculin et de vulve féminine, d’animaux teintés d’ocre et de symboles daté de 37 000 à 35 000 avant le présent[3].
  • L’os de Lebombo, un péroné de babouin daté de 35 000 à 37 000 ans av. J.-C. retrouvé dans une grotte de la chaîne montagneuse de Lebombo, au Swaziland, entaillé de 29 encoches qui correspondent peut-être à un cycle lunaire, est le plus ancien bâton de comptage connu[4].
  • Le séquençage du génome de l'homme de Kostenki 14, qui vivait en Ukraine entre 36 700 et 34 200 avant le présent, montre qu'il avait 3% de gènes de Neandertal, ce qui confirme que le croisement entre Sapiens et Neandertal s'est déjà produit il y a plus de 45 000 ans[5]. Ce génome, qui a déjà les trois principales composantes que nous détectons chez les Européens modernes, est le premier document à montrer une certaine continuité parmi les premières personnes à se rendre en Europe et les gens qui y vivent aujourd'hui.

34 000 av. J.-C.[modifier | modifier le code]

Parure de pointes d'os et de dents d'animaux. Culture de Chatelperron d'Arcy-sur-Cure.
  • Apparition des premiers éléments de parure (Châtelperronien de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure, datée d'environ 36 000 avant le présent : dents perforées à la racine ou rainurées pour permettre leur suspension, fragments d’os découpés et façonnés, qui peuvent être attribuées à l’artisanat néandertalien[6].
  • Sépulture néandertalienne de la Zaskalnaya VI sur la falaise de Krasnaya Balka à l'est de la Crimée, datée d'environ 36 000 à 33 000 av. J.-C.[7].
  • Crâne d'Hofmeyr, fossile d'homme moderne, découvert en 1952 en Afrique du Sud et daté de 36 000 ans environ. Il présente de très grandes similitudes avec d'autres crânes du Paléolithique supérieur, trouvés en Europe et au Proche-Orient, voire en Extrême-Orient[8]. Les squelettes de Nazlet Khater (en), en Haute-Égypte, datés entre 30 360 et 35 100 ans avant le présent, présentent les mêmes similitudes, avec des caractéristiques archaïques[9].

33 000 av. J.-C.[modifier | modifier le code]

  • Le plus ancien reste de chien domestique serait un crâne vieux de 33 000 ans, trouvé dans la grotte de Razboinichya, dans les montagnes de l'Altaï, au sud de la Sibérie. Ce canidé archaïque, comme celui des grottes de Goyet en Belgique est génétiquement différents des chiens actuels[11].

32 000 av. J.-C.[modifier | modifier le code]

  • Sépultures de Sungir, près de Moscou en Russie, datées entre 32 050 et 28 550 ans av. J.-C. et par une analyse ADN effectuée en de 2017 de 34 000 avant le présent[12]. Un de ses trois occupants est mort à l’âge de soixante ans, ce qui fait de lui le doyen des hommes préhistoriques connus. Plusieurs milliers de perles d'ivoire, cousues sur les vêtements des morts y ont été découvertes. Les corps portent de nombreuses parures, bracelets, colliers de coquillages, canines perforées de renard polaire, ornements d’ivoire, figurines d'animaux, pendentifs. Deux lances en ivoire de mammouths de plus de deux mètres de long ont été déposées à côté des plus jeunes des défunts. Rectilignes, elles ont été déformées sans doute dans de l’eau bouillante..
  • Découverte en 2009 de fibres teintes de lin naturel et de laine de chèvre portant des marques de torsion dans des couches d'argile de la grotte de Dzudzuana en Géorgie, datées de 36 000 à 31 000 ans avant le présent. Elle suggère l'utilisation la plus anciennes connu de matériaux textiles par l'homme[13].
  • Découverte dans les années 1860 d'un crâne de canidé, identifié comme celui d'un chien domestique, dans les grottes de Goyet en Belgique, daté en 2002 de 31 680 ± 750 ans avant le présent.
  • Peintures rupestres des grottes d'Arcy-sur-Cure datées entre 33 000 et 29 000 ans[14]. Les peintures ont été réalisées à l'ocre et au charbon de bois. On y trouve à la fois des mains d'hommes, de femmes et d'enfants en négatif, et des représentations d'animaux.

31 000 av. J.-C.[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernadette Arnaud, « 1ère modélisation chronologique de la longue histoire de la grotte Chauvet », Sciences et Avenir,‎ (présentation en ligne)
  2. Jean-Paul Demoule, Les dix millénaires oubliés qui ont fait l'Histoire, Fayard, (ISBN 9782213679235, présentation en ligne)
  3. F. Belnet, « Abri Castanet (Périgord) : les plus vieilles œuvres pariétales du monde ? », sur Hominidés.com
  4. Abdul Karim Bangura, African Mathematics : From Bones to Computers, University Press of America, (ISBN 9780761853480, présentation en ligne)
  5. Marylène Patou-Mathis, Neandertal de A à Z, Allary éditions, (ISBN 9782370731616, présentation en ligne)
  6. Henry de Lumley, Etchegaray, Marcello Sanchez, Sur le chemin de l'humanité, CNRS Editions (ISBN 9782271087782, présentation en ligne)
  7. Marylène Patou-Mathis, Neandertal de A à Z, Allary éditions, (ISBN 9782370731616, présentation en ligne)
  8. John G. Fleagle, Primate Adaptation and Evolution, Academic Press, (ISBN 9780123786333, présentation en ligne)
  9. Pierre M. Vermeersch, Palaeolithic Quarrying Sites in Upper and Middle Egypt, Leuven University Press, (ISBN 9789058672667, présentation en ligne)
  10. Donald Henson, Archaeology Hotspot Great Britain : Unearthing the Past for Armchair Archaeologists, Rowman & Littlefield, (ISBN 9780759123977, présentation en ligne)
  11. Stefano Biagetti, Francesca Lugli, The Intangible Elements of Culture in Ethnoarchaeological Research, Springer, (ISBN 9783319231532, présentation en ligne)
  12. Martin Sikora, Andaine Seguin-Orlando, Vitor C Sousa, Anders Albrechtsen, Thorfinn Korneliussen, Amy Ko, Simon Rasmussen, Isabelle Dupanloup, Philip R Nigst, Marjolein D Bosch, Gabriel Renaud, Morten E Allentoft, Ashot Margaryan, Sergey V Vasilyev, Elizaveta V Veselovskaya, Svetlana B Borutskaya, Thibaut Deviese, Dan Comeskey, Tom Higham, Andrea Manica, Robert Foley, David J Meltzer, Rasmus Nielsen, Laurent Excoffier, Marta Mirazon Lahr, Ludovic Orlando et Eske Willerslev, « Ancient genomes show social and reproductive behavior of early Upper Paleolithic foragers », Science, vol. 358, no 6363,‎ , p. 659–662 (PMID 28982795, DOI 10.1126/science.aao1807)
  13. Marc Azéma, Laurent Brasier, Le beau livre de la préhistoire: De Toumaï à Lascaux 4, Dunod, (ISBN 9782100757893, présentation en ligne)
  14. Corinne Julien, Histoire de l'humanité, vol. 1, UNESCO, (ISBN 9789232028105, présentation en ligne)
  15. Q. Ashton Acton, PhD, Issues in Earth Sciences, Geology, and Geophysics: 2013 Edition, ScholarlyEditions, (ISBN 9781490106564, présentation en ligne)
  16. Donald Denoon, Gavan McCormack, Multicultural Japan: Palaeolithic to Postmodern=, Cambridge University Press, (ISBN 9780521003629, présentation en ligne)
  17. Yves Coppens, L'Histoire de l'homme : 22 ans d'amphi au Collège de France (1983-2005), Odile Jacob, (ISBN 9782738119902, présentation en ligne)