Vincent Veillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Veillon.
Vincent Veillon
Vincent Veillon.jpg
Vincent Veillon au Forum des 100 en 2012.
Biographie
Naissance
Période d'activité
Depuis 2011
Nationalité
Domicile
Activités
Père
Autres informations
Propriétaire de
Les Productions 360

Vincent Veillon, né le à Monthey[1], est un animateur de radio et de télévision, un humoriste et un producteur de télévision et de spectacle suisse.

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

En 2003, il devient animateur sur Radio Chablais, à Monthey[2],[3]. Après avoir obtenu un bachelor en design graphique à l'École cantonale d'art de Lausanne[1], il rejoint en 2009 Couleur 3, station de radio publique suisse romande, dont les studios sont à Lausanne, pour laquelle il réalise des chroniques, puis la couverture médiatique du Paléo Festival de Nyon[4]. Dès août 2011, il y est chargé de produire et d'animer la matinale, Lève-toi et marche, pendant laquelle il co-anime notamment, entre septembre 2011 et juin 2014, la chronique humoristique 120 secondes (abrégé en 120’’). Il y tient le rôle d'interviewer, face à des personnages fictifs joués par Vincent Kucholl, souvent sur des sujets d'actualité locale[5]. L'émission, filmée, est également disponible sur le site web de la station.

Vincent Veillon rejoint en 2013 la troupe d'improvisation Avracavabrac, dont fait partie Vincent Kucholl, qui joue depuis plusieurs années sur les scènes lausannoises[6].

En mai 2013, les deux humoristes font leurs débuts sur scène avec 120’’ présente la Suisse, un spectacle qu'ils présentent 145 fois jusqu'à fin 2014, surtout en Suisse romande, mais également à Winterthour, à Évian-les-Bains et à Paris, à L'Européen (où le spectacle, adapté, s'intitule 120 secondes : la Suisse expliquée aux pauvres Français)[7],[8],[9].

Une fois la tournée terminée, Vincent Veillon quitte la radio pour animer, toujours avec Vincent Kucholl, dès janvier 2015, 26 minutes, émission de télévision humoristique diffusée hebdomadairement sur la chaîne publique RTS Un et produite par Les Productions 360, la société de production qu'ils créent pour l'occasion en collaboration avec Vincent Sager, le directeur d'Opus One[10],[Note 1]. Reprenant le principe des fausses interviews de 120 secondes, l'émission propose également de faux reportages, sous l'oeil d'une personnalité invitée (comme, entre autres, Stan Wawrinka[10], René Prêtre[11] ou Bastian Baker[12]). Le programme s'arrête en décembre 2017, après la 100e émission[13],[14],[15].

En juillet 2015, ils se produisent au Paléo Festival de Nyon, devant 35 000 spectateurs, dans un spectacle spécialement créé pour l'occasion, intitulé 120’’ présente Paléo[12],[16].

Début 2018, il monte sur scène, toujours accompagné de Vincent Kucholl, dans Le fric, un spectacle humoristique qui tournera en Suisse Romande jusqu'en mars 2019. En parallèle, dès le , les deux comédiens rejoignent à nouveau la chaîne de télévision RTS pour une nouvelle émission mensuelle. Ils reprennent de plus chaque vendredi, cette fois sur la radio La Première, leur chronique 120 secondes[14],[17],[18].

Les deux Vincent accompagneront en 2019 la tournée du cirque Knie, le principal cirque suisse, en Suisse romande et au Tessin[19].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Vincent Veillon est le fils de Pierre-François Veillon, ancien député au Grand Conseil vaudois et ancien conseiller national. Il passe son enfance aux Plans-sur-Bex[20]. Domicilié à Lausanne, marié, il a une fille, Ida, née le [21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Entreprise organisant des évènements en Suisse.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b François Barras, « Le fils de son père a trouvé sa propre voix », 24 heures,‎ , p. 36
  2. Thérèse Courvoisier, « « Je suis comme ça, sans cesse tourné vers les autres » », Tribune de Genève,‎
  3. Virginie Jobé, « Le réveille-matin déjanté des ondes », Migros Magazine, no 38,‎ , p. 102-103
  4. Communiqué de presse de la RTS/Couleur 3, Catherine Saidah, 18 août 2011
  5. Christophe Passer, « « 120 secondes » passe à l'écran, puis à la scène », L'Hebdo,‎ , p. 24-25
  6. Anna Lietti, « Avracavabrac - ou l'orgasme impromptu », L'Hebdo,‎ , p. 64-66
  7. Gérald Cordonier, « À Paris, « 120 secondes » expliquera la Suisse aux pauvres Français », Tribune de Genève,‎
  8. Fred Valet, « Un phénomène « exotique et inédit » », Le Matin,‎ , p. 26
  9. Fred Valet, « Les « Frouzes » ont eu droit à « 120 secondes » », Le Matin,‎ , p. 27
  10. a et b Isabelle Falconnier, « Vincent Kucholl et Vincent Veillon - Mais comment font-ils ? », Le Matin Dimanche,‎ , p. 46-47
  11. Lucien Christen, « « J'invite ma chère maman à souper chinois » », Le Matin Dimanche,‎ , p. 15
  12. a et b Marc Ismail, « Le coup de maître des Vincent », Télétop Matin,‎ , p. 4
  13. Philippe Maspoli, « Les «120 secondes» sont écoulées, les Vincent passent à «26 minutes» », 24 heures,‎ 3-4 janvier 2015, p. 11
  14. a et b Myriam Genier, « « Notre relation est une chance » », Coopération, no 26,‎ , p. 24-27
  15. Sylvain Muller, « Adieux émus à «26 minutes» », 24 heures,‎
  16. Thierry Meyer, « Après le «grand vertige» de vendredi soir, les deux Vincent s’interrogent sur leur succès », 24 heures,‎ , p. 3
  17. Marie-Pierre Genecand, « « Le fric », fresque drôle-amère sur ses effets pervers », Le Temps week-end,‎ , p. 28
  18. « Vincent Kucholl et Vincent Veillon de retour sur les antennes de la RTS à la rentrée », sur https://rtsr.ch, (consulté le 19 juillet 2018)
  19. « Les deux Vincents joueront les clowns dans la tournée anniversaire du Knie », sur https://www.rts.ch, (consulté le 16 janvier 2019)
  20. « Violon Dingue - Portrait de Vincent Veillon », sur https://www.rts.ch, (consulté le 15 juillet 2018)
  21. « Vincent Veillon est papa ! », Le Matin,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juillet 2018)