Vincent Callebaut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vincent Callebaut
Image illustrative de l'article Vincent Callebaut
Présentation
Naissance (42 ans)
La Louvière (Belgique)
Nationalité Drapeau de la Belgique Belgique
Mouvement Utopiste écologiste futuriste visionnaire
Activités Architecte urbaniste, militant conférencier en écologie mondiale
Diplôme Architecte
Formation Institut Victor Horta, de la faculté d'architecture de l'Université libre de Bruxelles
Œuvre
Agence Vincent Callebaut Architectures, 2 rue de la Roquette (11e arrondissement de Paris)
Réalisations Liste des projets et réalisations
Publications Liste des parutions

Vincent Callebaut, né le 27 mai 1977 à La Louvière, est un architecte belge installé à Paris. Il s'est rendu célèbre par des projets d'écoquartiers à l'allure futuriste, qui intègrent tant les énergies renouvelables que l'agriculture urbaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à La Louvière en Belgique, Vincent Callebaut est diplômé en architecture en 2000, de l'Institut Victor Horta de la Faculté d'architecture de l'Université libre de Bruxelles. Grâce à la bourse Leonardo da Vinci de la communauté européenne, il s’installe à Paris et travaille pendant deux ans pour les architectes urbanistes Odile Decq et Massimiliano Fuksas, avant de fonder son bureau d'études en architecture « Vincent Callebaut Architectures », dans le 19e arrondissement de Paris.

Très inspiré par l'œuvre littéraire de visionnaire de Jules Verne, par la science-fiction, par l'univers créatif des bandes dessinées, par la nature (architecture organique, architecture bionique, biomorphisme), et à l'image des Earthships (vaisseaux de la terre) de l'architecte américain Mike Reynolds, il conçoit et réalise avec son agence, et en collaboration avec des agences d’architecture étrangères de renom, de nombreux projets futuristes, fantastiques, grandioses et visionnaires, ayant pour thème de prédilection « la cité idéale écologique de demain », immergée dans la botanique.

L'Exposition universelle de 2010 de Shanghai lui apporte la notoriété et la reconnaissance internationale, avec sept pavillons, dont ceux de Chine et d'Allemagne, qui exposent plusieurs de ses projets, dont Dragonfly (libellule en anglais), et Lilypad (villes flottantes pour réfugiés climatiques en forme de nénuphars géants).

Avec une perspective d'explosion démographique de la population mondiale, avec 9 milliards d'individus en 2050, dont 6 milliards (70 %) de citadins (liste des agglomérations les plus peuplées du monde), Vincent Callebaut explore, étudie, développe et expérimente intensivement des idées de vie urbaine utopique écologique, avec un certain succès en Asie : « Je veux transformer les villes en écosystèmes, les quartiers en forêts, et les édifices en arbres ».

Concept ARCHIBIOTIC[modifier | modifier le code]

Vincent Callebaut est le créateur du concept « ARCHIBIOTIC », néologisme entre « ARCHItecture », « BIOtechnologies » et « TIC / Technologies de l'information et de la communication », discipline qui vise à imaginer des nouveaux modes de vie écologiques, à base de mélange optimaux de solutions existantes ou en développement.

Quelques projets et réalisations[modifier | modifier le code]

  • Archibiotic : voir ci dessus.
  • Agora Garden, à Taipei (Taïwan), immeuble végétalisé de 25 étages de 45 000 m2, en forme de double hélice de molécule d'ADN, construit entre 2012 et 2018, avec 1 500 m2 de panneau solaire.
  • The Gate Heliopolis : Le Caire (Égypte), construit entre 2015 et 2019, complexe multifonctionnel de 450 000 m2 avec mélange de technologies renouvelables de pointe et de techniques ancestrales du bioclimatisme.
  • Lilypad : villes flottantes amphibies autosuffisantes en forme de nénuphars, de 50 000 habitants
  • Dragonfly (libellule) de Manhattan (New York) : fermes verticales de deux tours de 132 étages, 575 m de haut, en forme d'aile de libellule en verre et acier, reliées entre elles par une grande serre bioclimatique, avec jardins potagers, 28 champs, bassins de viviculture, autosuffisant énergétiquement.

Dragonfly[modifier | modifier le code]

Le projet consiste à implanter des "fermes verticales" à Manhattan le long de l'East River à l'extrémité sud de l'île Roosevelt. Afin de repenser la production alimentaire de la ville et d'encourager chaque habitant à participer aux jardins, l'une des visions du projet Dragonfly a été définie comme suit: `` Manger une pomme vient d'être cueillie dans un verger collectif au quatrième étage tout en regardant New York par la fenêtre, puis retourne à ton bureau juste à l'étage supérieur. Ce projet est inspiré du film japonais "Laputa: Castle in the sky".

Le bâtiment Dragonfly mesure 575 mètres (1 886 pieds), en forme d'ailes de luciole. Il est composé de deux tours reliées par une serre «bio-climatique». Il se déploie entre deux ailes cristallines en verre et en acier. La structure en nid d'abeille permet à la lumière du soleil de traverser le bâtiment. Ce concept est considéré comme une ferme nourricière et reconnecte les consommateurs avec les producteurs. Ce prototype de ferme urbaine aurait superposé 132 étages et estimé 600 mètres (2000 pieds) verticalement avec des légumes du jardin, des champs, la production de viande, de lait, de volaille et d'œufs où les gens pourraient cultiver leur propre nourriture. La libellule peut accueillir 28 champs agricoles différents pour la production. Il est autosuffisant en énergie, en eau et en bio-fertilisation, alimenté par des pare-soleil et des systèmes éoliens. Ceux-ci combinent l'énergie solaire et éolienne, ce qui rendrait la libellule autosuffisante. Tout est recyclable dans une alimentation automatique continue pour que rien ne soit perdu. Les espaces entre les ailes sont conçus pour profiter de l'énergie solaire en accumulant de l'air chaud dans la structure pendant l'hiver. En été, c'est le refroidissement qui est facilité par la ventilation naturelle et "l'évapo-transpiration" des plantes.

Les objectifs du projet Dragonfly étaient définis comme suit:

Créer une proximité entre les habitants et leurs productions.

Réduire les intermédiaires en mode production.

Se rapprocher de l'autosuffisance qui conduit à des économies financières.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2005 : New Worlds, Vincent Callebaut, architectures, France, Belgique, Corée du Sud
  • 2008 : ARCHIBIOTIC, Vincent Callebaut Monograph, Pékin (Chine)
  • 2013 : Vincent Callebaut, I Maestri dell'Architettura, Milan (Italie)
  • 2014 : Paris 2050, les cités fertiles face aux enjeux du XXIe siècle, éditions Michel Lafon
  • 2014 : Fertile cities, Hong Kong
  • Liste des parutions sur www.vincent.callebaut.org

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]