Luc Schuiten

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schuiten.
Luc Schuiten
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Site web
Un Tramway de Strasbourg habillé par Luc Schuiten.
La société de consommation a programmé son obsolescence, un peu partout un nouveau monde est déjà en gestation.
Obsolescence
Strasbourg en 2100

Luc Schuiten est un architecte belge, né le à Bruxelles[1]. Il a été formé, tout comme son père Robert Schuiten, à l'Académie royale des beaux-arts de Bruxelles dont il sortit diplômé en 1967. Il est également scénariste de bande dessinée, en collaboration avec son frère, le dessinateur François Schuiten.

Son père, Robert Schuiten, fut un architecte belge actif dans les années 1950 et 1960.

Architecture[modifier | modifier le code]

Sa première construction est « Orejona » qu'il a bâtie lui-même dans les bois, dans les environs de Bruxelles. La charpente de la maison était une structure en A, à laquelle s'ajoute une petite avancée en verrière. Sur les toits, des capteurs solaires assuraient le chauffage. Une verrière permettait de contempler le ciel.

Il se passionne pour l'archiborescence. L'espace urbain imaginé par Luc Schuiten prend en effet la forme d'une luxuriante cité végétale. Cette "cité archiborescente", comme l'appelle Luc Schuiten lui-même, prend modèle sur la nature, est biomimétique, tant au niveau de ses formes que des matériaux utilisés. «Aujourd’hui, construire c’est d’abord détruire : arbres abattus, terre cuite, pierres taillées, minerais fondus, explique l’architecte. La cité archiborescente, elle, est vivante. Elle se régénère à partir de ses propres déchets. Elle est conçue comme un massif corallien, où tous les systèmes se nourrissent les uns les autres. Elle est plus réaliste que les nouvelles villes comme Dubaï qui est construite sur le pillage des ressources de la planète»[2]. En 2010, Luc Schuiten devient un des membres fondateurs de la Biomimicry Europa qui a pour objectif de promouvoir le biomimétisme, un concept théorisé par Janine Benyus[2].

Il délaisse peu à peu l'architecture pour se consacrer davantage au dessin et aux expositions qu'il organise.


Publications[modifier | modifier le code]

  • Archiborescence, Mardaga, texte de Pierre Loze, 168 pages, année 2006, 1re partie de la réflexion sur une architecture biomimétique.
  • Vers une cité végétale, Mardaga, texte de Pierre Loze, 168 pages, année 2010, 2e partie de la réflexion sur une architecture biomimétique.
  • Vegetal City, Mardaga, texte en français-anglais-néerlandais de À.C. Labrique, 144 pages, année 2009, catalogue de l'exposition au cinquantenaire.
  • Habitarbre, Mardaga, texte de À.C. Labrique, 48 pages, année 2007. Récit de la première graine d'une cité végétale.
  • Shanghai, vision future en 4 dimensions
    La maison des papillons, en collaboration avec Maya Schuiten, Renaissance du livre, Livre pour des enfants de 4 à 12 ans.
  • Philippe Marion, Schuiten filiation, Versant Sud, 2009. (sur la famille Schuiten et sur son univers graphique)

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Il a réalisé la série Les Terres creuses avec son frère François Schuiten :

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Famille Schuiten

Liens externes[modifier | modifier le code]