Ville-di-Paraso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ville-di-Paraso
Ville-di-Paraso
Vue de Ville-di-Paraso.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Haute-Corse
Arrondissement Calvi
Canton L'Île-Rousse
Intercommunalité Communauté de communes de l'Île-Rousse - Balagne
Maire
Mandat
Pierre-Baptiste Maestracci
2014-2020
Code postal 20279
Code commune 2B352
Démographie
Gentilé Villais
Population
municipale
211 hab. (2015 en augmentation de 17,88 % par rapport à 2010)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 34′ 03″ nord, 8° 59′ 13″ est
Altitude 400 m
Min. 31 m
Max. 1 120 m
Superficie 9,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Ville-di-Paraso

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Ville-di-Paraso

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ville-di-Paraso

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ville-di-Paraso

Ville-di-Paraso est une commune française située dans la circonscription départementale de la Haute-Corse et le territoire de la collectivité de Corse. Le village appartient à la piève de Tuani, en Balagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Ville-di-Paraso appartient à la microrégion du Regino, dans la partie orientale de la Balagne. Elle se trouve actuellement dans le canton de L'Île-Rousse composé de 21 communes. Elle est située dans l'ancienne pieve de Tuani.

Communes limitrophes
Rose des vents Speloncato Monticello Occhiatana Rose des vents
Speloncato N Occhiatana,
Costa,
Occhiatana
O    Ville-di-Paraso    E
S
Speloncato Pioggiola Occhiatana

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Son territoire est situé dans le massif du Monte Cinto dont il occupe en partie les contreforts septentrionaux, dans la « Corse occidentale cristalline » à granites monzonitiques porphyroïdes (granite à porphyroïdes de la région de Calvi) qui domine à 90 % avec quelques secteurs avec des sédiments quaternaires (cuvette du Regino) et des formations sédimentaires et métamorphiques[1]. Cette zone est formée pour l’essentiel, par un vaste batholite (formé entre -340 et -240 Ma), issu d’un cycle plutonique carbonifère[2].

La vallée du Regino dont elle fait partie, est une zone dépressionnaire dans la partie orientale de la Balagne, située entre la chaîne de hautes montagnes qui la ceint au sud, et son littoral à Lozari (Belgodère, Palasca) au nord, se trouvant au sud de l'agglomération île-roussienne.

Ce territoire est une bande de terre longue de 8 km et de moins de 2 km dans sa partie la plus large, orientée dans un axe sud-nord. Il se compose de trois parties aux reliefs différents :

  • la partie haute au sud, au-dessus de 450 m-500 m allant jusqu'à 1 120 m culmen à l'extrémité méridionale de la commune. Cette partie présente de grandes surfaces de roches nues ;
  • la partie septentrionale ou « plaine » -un secteur agricole composé de nombreux vergers et vignobles-, traversée par le fleuve Regino depuis le moulin de Salti (50 m d'altitude), jusqu'au point le plus bas communal, soit 31 m au-dessus du niveau de la mer, en pénétrant sur Occhiatana.
  • la partie centrale, collinaire, entre 150 m et 450 m, habitée, comprenant le village et les hameaux alentours.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Regino (fleuve).

La commune de Ville-di-Paraso est traversée le fleuve Regino, depuis le moulin de Salti jusqu'à la limite communale de Costa, soit un parcours de 1,4 km. Au cours de sa traversée le fleuve reçoit les eaux du ruisseau de Cervione[3] qui naît sur la commune. Au sud, venant de Speloncato, coule le ruisseau de Centu Mezzini qui prend en aval le nom de ruisseau de Pinzu Corbo[4] avant de confluer avec le ruisseau de Catarelle, autre affluent du Regino. Il reçoit les eaux du ruisseau de San Simone[5] dont le sud communal est le bassin versant.

Climat et végétation[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès routiers[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]


Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le site a connu une importante occupation durant la pré et la protohistoire. Des habitats du néolithique ont été mis au jour notamment à Monte Ortu et Capu Braggaghju (Lumio), Carcu (Cateri) et à proximité de Speloncato sur le site de Mutola (actuellement commune de Ville-di-Paraso).

Antiquité[modifier | modifier le code]

Des fouilles archéologiques sur le site de Mutola ont permis la mise au jour de fragments d'amphores qui témoignent d'une fréquentation à l'époque romaine[6].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Dès l'an 800, pendant un siècle, les Sarrasins vont envahir la Corse et couper toute relation avec le Continent. La toponymie en Balagne permet de révéler le souvenir de leur présence : Punta a i Mori, Muratu, Muratellu, Capu di Moru, ... les deux derniers sont aujourd'hui sur la commune de Ville-di-Paraso.

Au XIe siècle, à partir de la fin des années 1070 ou du début de la décennie suivante, des chevaliers participent avec les marquis Obertenghi aux côtés de l'évêque de Pise, à l’expédition pour la reconquête et à la mise en place d'une nouvelle administration dans l'île. Alberto IV Rufo serait le premier marquis à exercer un pouvoir effectif et reconnu sur l'île. Son fils Hugues lui succède. Sa présence est attestée dans l'île jusque vers 1124.

En Balagne, les forces sont commandées par les membres de la famille De Pino qui, peu après la reconquête, édifient un château à Sant'Antonino. Il s'agit d'une famille importante et proche des marquis Obertenghi, au moins à la fin du XIe siècle. Originaires de la pieve de Pino, au centre de la Balagne, les seigneurs de Pino, I Pinaschi, étaient à cette époque, largement possessionnés dans tout le nord-ouest de la Corse ; mais ses membres étaient propriétaires de domaines fonciers beaucoup plus au nord. « Le marquis [Obertenghi] apparaît souvent entouré des seigneurs Pinaschi et plus occasionnellement des Amondaschi - Archives départementales de Corse-du-Sud, IH1, 15. S. P. P. Scalfati, Les documents du « Libro Maestro G di Gorgona ». »[7].

Castellum de Mutula[modifier | modifier le code]

Mutula pourrait appartenir aux seigneurs de Pino. Le château est situé dans la basse vallée du Regino, en Balagne. Il est installé sur un tertre naturel (altitude 261 m), nommé Mutola (a Mudua) sur les cartes IGN, d'une trentaine de mètres de hauteur d'où il domine un petit terroir fertile et intensément exploité au XIIe siècle. Les marquis y possédaient de nombreux alleux, principalement sur le versant droit du ruisseau de Catarelle, dont certains seront abandonnés aux abbayes de la Gorgone et de San Venerio del Tino entre la fin du XIe siècle et le début du XIIe siècle.

« Entre 1118 et 1131, est mentionné de manière non équivoque et dans un document digne de foi le premier château : le castellum de Mutula. Nous ne connaissons pas directement les propriétaires de ce lieu fortifié mais il est permis de faire quelques suppositions. L'acte dans lequel apparait Mutula est une renonciation de trois personnages de la famille de Pino à tous les biens que Lanfrancus dit Mazzacorta avait légué au monastère de la Gorgone, probablement en 1116. »

— Daniel Istria, Les marquis Obertenghi dans le nord de la Corse (fin du XIe siècle-milieu du XVe siècle) p. 237.

.

Le site sur lequel ne subsistent que deux structures seulement, une pièce quadrangulaire d'environ 25 m2 ainsi qu'un petit rempart, semble avoir été abandonné rapidement, probablement dans le courant du XIIe siècle.

Au XIIIe siècle, quand le fief sera partagé entre trois cousins héritiers des Pinaschi, l'un des membres de cette famille surnommé Malpensa édifiera le château de Speloncato, Malaspina s'en alla à Sant'Antonino qui était la résidence seigneuriale, pendant que le troisième héritier Malafidanza s'installera à Braggaghju (Capu Bracajo) au-dessus de Lumio. Les trois cousins se feront une guerre sanglante[8].

Des mésententes entre ces trois seigneurs conduisent à plusieurs attaques du château de Speloncato. Giovanni della Grossa en fait état dans sa Chronique[9].

Un siècle plus tard, le seigneur de Speloncato se heurtera au marquis de Massa installé au château de San Colombano et agissant au nom de Pise et du Pape pour reprendre en main les seigneuries locales. Le seigneur de Speloncato nommé Marovello s'attaque au château des Massa à Belgodère et le détruit.

La pieve de Tuani dans laquelle se situait Ville-di-Paraso, ainsi que les pièves de Sant'Andrea et d'Ostriconi, relevaient du diocèse de Mariana - Accia.

La piève de Tuani jouxtait celle de Santo Andrea. La ligne de partage des deux Pieve passe au centre du village qui possède ainsi deux églises paroissiales : San Michele dépendant de Tuani et Santa Catalina dépendant de Sant'Andrea. San Michele est devenu l'église piévane après l'abandon de l'église pievane San Giovanni Baptista (sur Ville-di-Paraso) proche du couvent de Tuani (sur Costa). Monseigneur Giustiniani, évêque génois du Nebbio, cite les hameaux de Giustiniani, de Cavalleragie ainsi que de « Villa di Speloncato » qui participera plus tard à la constitution de la commune de Ville-di-Paraso[9].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Au début du XVe siècle, aucune implantation de couvent n'avait été encore réalisée. Le christianisme s'implante solidement en Balagne avec les seigneurs toscans venus libérer la Corse du joug sarrasin. Les moines sont chargés de l'évangélisation. Les seigneurs locaux et les possédants vont faire des dons de terres et de bâtiments aux abbayes bénédictines de Toscane et de Ligurie dont celle de Gorgone, pour faciliter cette influence monastique[9].

Au début du XVIIIe siècle, avant la grande révolte des Corses contre les Génois (1729-1769), le nom était Ville dans la pieve de Tuani, qui faisait alors partie de la province génoise de Balagna et relevait de la juridiction civile d'Algajola et Calvi. « Quella di Tuvani con 7.ville principali frà quali Belgodere, Ochiatana, Costa, Speloncato, e Ville con un conuvento di Franti minori di S.Francesco contiene 2030.abitanti. »[10].

  • 1768 - 15 mai, après la cession de la Corse à la France par les Génois, l'île passe sous administration militaire française. Les circonscriptions administratives territoriales sont révisées. Ville se trouvait dans la pieve de Paraso.
  • 1789 - La Corse fait partie du royaume de France. Onze juridictions royales la composent : Aiacciu, Aleria, Bastia, Bonifaziu, Calvi et Balagna, Capicorsu, Corti, A Porta d’Ampugnani, Nebbiu, Sartè et Vicu.
  • 1790 - 26 février, par décret la Corse est partagée en neuf districts (ex-juridictions) : Bastia, Oletta, A Porta, Cervioni, Corti, l'Isula Rossa, Aiacciu, Tallà et Vicu. Le district est partagé en cantons (ex-pievi), le canton en communes. Le 4 mars, peu après la Révolution française, est créé le département de Corse. La pieve de Paraso devient le canton de Paraso.
  • 1793 - Le département de El Golo (l'actuelle Haute-Corse) est créé. La commune se trouvait dans le district de Calvi (qui devient en 1801 l'arrondissement de Calvi). Elle portait le nom de Ville (An II). Le canton est celui de Paraso.
  • 1794-1796 : l'île devient le Royaume de Corse (plus communément royaume anglo-corse).
  • 1801 - On retrouve le même nom de Ville au Bulletin des lois, puis Ville-di-Paraso.
  • 1828 - Le canton de Paraso devient le canton de Belgodère[11].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

  • 1926 - Ville-di-Paraso bascule dans l'arrondissement de Bastia.
  • 1943, la commune réintègre l'arrondissement de Calvi.
  • 1954 - Le canton de Belgodère est constitué avec les communes de Belgodère, Costa, Novella, Occhiatana, Palasca et Ville-di-Paraso.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Mathieu Canioni    
    Jean Leoni    
? en cours
(au 30 avril 2014)
Pierre Baptiste Maestracci DVD Retraité

Économie[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13].

En 2015, la commune comptait 211 habitants[Note 1], en augmentation de 17,88 % par rapport à 2010 (France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
542 580 603 683 690 719 763 785 770
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
758 765 760 757 714 656 754 780 714
1906 1911 1921 1926 2005 2010 2015 - -
604 669 461 545 168 179 211 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Ville-di-Paraso a compté jusqu'à 785 habitants en 1851[11].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Le 8 septembre, A Nativita di a Maria, a lieu la fête du village.

Culte[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale San Simonu relève du diocèse d'Ajaccio.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument aux morts de 1914-1918.
  • Monument aux morts de la Première Guerre mondiale situé à proximité de l'église paroissiale San Simonu.
  • Pont génois sur le ruisseau de Centu Mezzini (il prend le nom de ruisseau de Pinzo Corso en aval du pont), « à cheval » sur Costa et Ville-di-Paraso.

Église Saint-Simon[modifier | modifier le code]

Clocher de l'église paroissiale.

L'église paroissiale Saint-Simon (San Simonu) d'architecture baroque, date du XVIIIe siècle. C'est un grand édifice doté d'un clocher à 4 étages avec horloge, construit hors du village sur un promontoir à 300 m d'altitude.

Chapelle de confrérie Santa Croce[modifier | modifier le code]

Chapelle de confrérie Sainte-Croix.

La chapelle de confrérie (Casazza) Sainte-Croix (Santa Croce) est voisine de l'église paroissiale. Elle date également du XVIIIe siècle. Sa façade principale (ou occidentale) présente une niche avec une statuette de la Vierge au-dessus du portail. Entre les deux, se trouve une armoirie « emblème franciscain » appelée « conformités ».

Chapelle Saint-Roch[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Roch.

Le chapelle Saint-Roch (San Roccu) est un petit édifice qui se situe au-dessus et en arrière de la chapelle de confrérie Sainte-Croix et de l'église paroissiale.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Istria, Les marquis Obertenghi dans le nord de la Corse (fin du XIe siècle-milieu du XVe siècle). La mise en place d'un réseau de fortifications. In Mélanges de l'Ecole française de Rome. Moyen-Age, tome 112, n°1. 2000. pp. 225-258.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche FR9412007 - Vallée du Regino sur le réseau Natura 2000
  2. [1] Découverte géologique de l'île de Beauté, Centre de géologie de l’Oisans, 2010
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Cervione (Y7611340) » (consulté le 15 juin 2017)
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Pinzu Corbo (Y7610580) » (consulté le 15 juin 2017)
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de San Simone (Y7611460) » (consulté le 15 juin 2017)
  6. Daniel Istria in Les marquis Obertenghi dans le nord de la Corse (fin du XIe siècle-milieu du XVe siècle), note de bas de p. 238
  7. Daniel Istria, Les marquis Obertenghi dans le nord de la Corse (fin du XIe siècle-milieu du XVe siècle), note de bas de p. 237
  8. Lucien Auguste Letteron in Bulletin de la Société des Sciences historiques et naturelles de la Corse - 1888, tome I p. 134
  9. a, b et c Corsa - Speloncato au fil du temps passe
  10. Francesco Maria Accinelli in L’histoire de la Corse vue par un Génois du XVIIIe siècle - Transcription d’un manuscrit de Gênes - ADECEC Cervioni et l’Association FRANCISCORSA Bastia 1974
  11. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.